Le pape François dénonce la "double vie" de certains catholiques

Publié le 24 Février 2017

BFMTV.com nous montre dans que dans une homélie prononcée à la Maison Sainte-Marthe de Rome jeudi  matin, le pape François a dénoncé la "double vie" de certains chrétiens.

 

Le Pape François a critiqué les agissements de certains catholiques, qui selon lui mèneraient une double vie. Dans son homélie du 23 février à la Maison Sainte-Marthe de Rome, il a évoqué les personnes clamant leur appartenance à la religion mais ne se conduisant pas en chrétien. "Le scandale c'est de dire une chose et d'en faire une autre : c'est la double vie : 'moi je suis très catholique, je vais toujours à la messe, mais ma vie n'est pas chrétienne, j'abuse des gens, je fais du recyclage d'argent sale'. Une double vie. Et de nombreux catholiques sont comme ça. Et ils scandalisent".

 

Fait-il référence aux deux millions d'euros d'origine douteuse déposés à la Banque de l'État pontifical en 2016 ? Ou bien aux deux anciens hauts dirigeants de la banque du Vatican (IOR) qui ont été condamnés jeudi à quatre mois et dix jours de prison avec sursis pour violation des normes anti-blanchiment dans des transactions remontant à 2010 ? C’est plus que probable.

 

Il a affirmé que ces gens menant une double vie feraient mieux d'être athées que de se revendiquer catholique : "Combien de fois avons-nous entendu, dans le quartier ou ailleurs 'mais pour être catholique comme celui-là, il vaut mieux être athée'. C'est cela le scandale, il te détruit". Le pape n’a pas tort, un athée vaut mieux qu’un catholique hypocrite car lui n’a pas besoin de se couvrir sous la religion pour mettre en pratique ses principes.

 

Depuis son arrivée à la tête de l'Église, le pape François a souvent pris à contre-pied certaines positions du Vatican, en s'insurgeant contre l'homophobie. Après la tuerie d'Orlando, il avait déclaré que les homosexuels devaient être "accompagnés" et non "discriminés" en se demandant qui "nous sommes pour juger les homosexuels".

 

Mais dans crux.now.com, interrogé pour savoir si l’interprétation sur les situations irrégulières dans Amoris laetitia est également valable pour les couples homosexuels qui vivent ensemble, dont certains sont civilement mariés aussi, cardinal italien Francesco Coccopalmerio dit que ce n’est «clairement» pas la même situation parce que pour l'enseignement de l'Église et de la doctrine, "ce n'est pas un état naturel. Nous ne pouvons pas les accepter, les accueillir, accepter leur décision, mais ce n’est pas [même] chose."

 

Il a cependant accusé les manuels scolaires français de propager la théorie du genre et il a également condamné "l'horreur de l'avortement". Mais les manuels scolaires ne mettent pas en avant une théorie qui n’existe pas et l’avortement est une question à laquelle on ne peut pas seulement appliquer une condamnation. Il faut se rappeler que l’interdiction amène alors des avortements clandestins, qui se font souvent dans des conditions d’hygiène précaire, avec de mauvais instruments, ce qui provoquait des hémorragies, des septicémies, des péritonites. Trop de femmes sont mortes des suites d’un avortement clandestin. Cette question ne peut pas se traiter à la légère notamment à propos des femmes qui prennent la décision d’avorter ou pas.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 27/02/2017 15:58

C'est vrai qu'il y a dans nos pays une nette discrimination:
-sociale : auparavant existait la galanterie , mais l'on a trouvé cela sexiste alors on ne tient plus la porte des dames
-éducative: il semble que les meilleures des classes sont des filles ,Y compris à l'X et Normale Sup.
-médical: Bizarre et pourtant elles vivent environ 7 ans de plus que les hommes
-Corporel: ?? mis à part les menstruations où est la différence ,
-professionnel: Tout dépend des professions : J'ai des amies avocates , directrices, professions liberales dans la médecine : Elles ont des enfants , et ne se plaignent pas
Bref je ne comprends pas celle qui signe Françoise : A sa place je me serai
soit fait changer de sexe
soit suicidée

gaetan ribault 28/02/2017 10:40

Bref vous faites de votre cas une généralité . C'est votre droit , mais toutes les femmes ne vivent pas leur grossesse de cette manière , Certaines sont professeurs d'Université , (ma femme et ma fille)
J'en ai connues , chefs de Service ou Directrice de secteur dans de Grosses Entreprises, vous me direz ce sont des cas particuliers , oui mais le vôtre aussi.
Cela dit je ne pensais pas être discourtois , Excusez moi.

paroissiens-progressistes 28/02/2017 09:28

M.W,

Je devrais, mais dans ce cas je souhaitais que Françoise y réponde, et montre à Mr Ribault qu'il ne connaît pas vraiment ce que vivent les femmes puisqu'il le fait avec un regard d'homme.

Merci !

Françoise 27/02/2017 21:41

La vie précaire Mr Beda-Ribault, touche majoritairement les femmes. Bien plus que les hommes. Les menstruations, la ménopause, les périodes ovulatoires ne sont pas forcément sans douleurs et moments difficiles. L'allaitement avec tout ce que ça chamboule au plan hormonal, c'est franchement pas terrible non plus.
Les cystites plus fréquentes chez femmes qu'hommes, c'est pas cool non plus.
Le surmenage parce que les mecs ne s'investissent aucunement dans la vie quotidienne, c'est encore pour nous les femmes.
L'éducation et les tâches ménagères à assumer la plupart du temps seules, c'est encore pour les femmes.
La discrimination dans les études scolaires (même si depuis deux décennies, c'est un peu moins le cas en Occident), c'est pas mal non plus.
La mortalité liée à la pauvreté extrême touche de par le monde bien plus femmes qu'hommes. L'enfermement religieux voulu par les hommes et subi par les femmes est aussi un calvaire.
Les violences physiques et sexuelles sont bien plus subies par les filles et les femmes que par les garçons et les hommes. Ca aussi ça pèse énormément dans une vie.
L'absence de liberté de choix dans nombre de pays pour plein de choses, même banales, simplement du fait d'un patriarcat à tous niveaux, c'est encore un calvaire.
La grossesse, c'est vraiment pas de la rigolade non plus.
Je suis persuadée que vous auriez eu à vivre ça dans votre corps, vous n'auriez pas tenu ni physiquement ni psychologiquement. Parce que je ne vous raconte même pas l'état de fatigue que ça engendre et le sentiment d'intrusion qu'on éprouve dans son intimité et qui n'a rien à voir avec l'image bonbon rose véhiculée habituellement sur le sujet. Côté travail, le nombre de femmes ayant de hauts postes est très faible et encore plus quand il s'agit de professions libérales. Non pas que les femmes n'aient pas le niveau des postes loin de là, mais simplement parce que les hommes refusent l'égalité. Ne parlons pas de la contraception qui repose la plupart du temps entièrement sur les épaules et le corps des femmes. Le jour où l'on obligera les hommes à prendre une pilule hormonale avec tous les effets secondaires que nous endurons chaque mois, là on rigolera un peu plus, nous les filles, croyez-moi.
Et sur qui retombe de s'occuper des parents âgés si ce n'est pas toujours davantage sur les filles que sur les garçons? Quand un enfant est malade, quand il faut donner un coup de main dans les associations, qui se bouge si ce n'est encore et toujours les femmes, parce que les mecs ont un tronc d'arbre dans la main...
Je pourrais encore parler de bien d'autres discriminations et situations où les femmes s'épuisent simplement parce que les hommes n'en fichent pas une rame.
Et c'est valable dans toutes les cultures, tous les continents.
Donc il faut combattre ces discriminations et ces violences.
Que ça plaise ou non au pape, ces discriminations et ces violences sont simplement inadmissibles, insupportables.
Je ne me suis pas suicidée parce que j'ai pu avorter médicalement parlant et être soignée préalablement à cet avortement (comme je vomissais jour et nuit de façon continue depuis trois semaines, j'étais complètement décapée sur tout l'oesophage et déshydratée en plus d'être très faible car je ne pouvais plus m'alimenter ou presque; il a donc fallu me réhydrater, m'alimenter au glucose par perf et plâtrer mon oesophage). Je ne souhaite pas que vous ayez à subir un virus qui vous mette dans un état pareil que vous ayez envie de mourir pour que tout s'arrête. Parce que là, peut-être, vous serez éclairé sur l'horreur que j'ai pu vivre pour ce début de grossesse et que d'autres femmes vivent aussi. Et j'ose espérer qu'après, vous aurez des réflexions un peu plus courtoises.

M.W 27/02/2017 21:37

Gaëtan

Là je suis d'accord avec Taï, vous l'avez sans doute remarqué, je n'apprécie pas beaucoup Françoise mais là, l'appeler à se suicider comme vous le faîte, c'est honteux. HONTEUX.

Taï, je serai vous, je supprimerai ce commentaire nauséabond.

paroissiens-progressistes 27/02/2017 17:37

Gaëtan,

Vous allez trop loin à la fin de votre commentaire, ce que vous voyez ne correspond pas forcément à ce que vivent les autres. Un peu de retenue, au prochain commentaire de ce type, je le supprime.

Merci !

Françoise 24/02/2017 22:02

Faudrait que F1 arrête de se faire monter le bobechon, voire lobotomiser le cerveau par l'OD sur ces questions de l'avortement et du genre.
En quoi le fait de dénoncer les discriminations faites envers les filles constitue une théorie?
C'est une réalité ces discriminations; et nous en souffrons toutes, parfois jusqu'à la mort, partout dans le monde. Pourquoi naître fille est encore si souvent dans tant de pays,une malédiction?
Pourquoi apprend-t-on rapidement quand on naît fille que la vie sera bien plus difficile que pour un garçon et que ça se vérifie très rapidement au plan éducatif, professionnel, social, médical, familial, corporel? Donc oui, il faut dénoncer ces discriminations qui rajoutent de la douleur à toutes les femmes. Et dire stop à ces discriminations une bonne fois pour toutes.
Sur l'avortement, si j'avais une baguette magique, je le mettrais tout F1 qu'il est dans mon propre corps l'été 2003 avec les pulsions suicidaires que j'avais enceinte. Juste pour qu'il prenne conscience ne serait-ce qu'une seule journée de 24H, l'horreur que peut être pour une femme d'être enceinte et d'avoir son corps et sa tête dans un complet rejet, simplement le désir d'en finir avec la vie pour abréger ses souffrances.
Là, il réaliserait peut-être ce que c'est que la grossesse non désirée et que les femmes ne sont pas des machines à procréer. Punaise, s'il pouvait y avoir une injection pour faire réaliser ça à lui et à d'autres, franchement je souscrirais. Juste pour que ces mecs complètement obtus cessent de nous polluer la vie avec leurs idéologies mortifères. Quand je pense qu'il parle de compassion, ben tu vois, Taï, je crois vraiment qu'il n'a même pas compris le dixième du mot.

Françoise 27/02/2017 21:48

Sans être une femme, F1 pourrait quand même s'interroger un peu sur ces questions en posant des questions aux femmes qui ont eu recours à l'avortement et ne le regrettent pas car ça leur a sauvé la vie dans tous les sens du terme. Ca me paraît un minimum. Il parle de compassion, il parle de valeurs morales qu'il est en réalité incapable de mettre en application. Et il ne met jamais en doute ce que lui fourgue dans la tête l'OD. Je trouve ça très très grave pour un homme qui a une certaine culture, donc est en capacité de ne pas tout gober de la part d'intégristes patentés et qui est sensé être proche des gens. Là, il est totalement à côté de la plaque. Et en plus, il se permet de nous faire la leçon? On croit rêver.

M.W 27/02/2017 21:38

Mais vous-mêmes, FRançoise, avez-vous compris le sens du mot compassion ?

paroissiens-progressistes 27/02/2017 17:42

Françoise,

Le pape n'en sait rien car il n'est pas une femme, il n'a jamais pu être dans ton cas. Etant pour une égalité totale entre les hommes et les femmes, je juge qu'elles sont tout aussi compétentes que les hommes dans tous les postes, même au niveau ecclésial. Il faut donc laisser les femmes choisir leurs vies afin qu'elle puisse être heureuses d'avoir pris leurs propres décisions sans qu'on leur mette la pression.

Merci !