Pédophilie : un prêtre du diocèse de Rouen face à la justice

Publié le 18 Février 2017

actu.orange.fr nous montre dans son article du jeudi 16 février 2017 qu’un prêtre de 73 ans, soupçonné d'actes de pédophilie, a été déféré au Palais de justice de Rouen après une garde à vue de 48 heures, selon le parquet.

 

Entendu depuis mardi au commissariat de Rouen (Seine-Maritime), le père Bernard Lecoquierre a été mis en examen pour viols et tentatives de viols aggravés sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité, selon parquet, qui confirme une information révélée par M6. L'affaire a débuté en 2016, après la plainte déposée par un jeune homme, majeur, accusant le septuagénaire de l'avoir agressé sexuellement plusieurs années auparavant.

 

La brigade des mineurs de la Sûreté départementale lance alors une enquête qui permet d'identifier un autre jeune homme, également majeur, qui fait part de tentatives d'abus sexuels de la part du prêtre. Les faits reprochés à Bernard Lecoquierre se seraient produits à Yerville, près de Rouen, sur une période allant de septembre 2007 à janvier 2016. Selon les enquêteurs, l'homme aurait partiellement reconnu les faits.

 

L'archevêque de Rouen, Monseigneur Dominique Lebrun, s'est déclaré "coupable et trahi" et a tenu à adresser une pensée "aux personnes qui seraient victimes d'agissements inqualifiables et encore plus scandaleux de la part d'un prêtre, et dont les effets destructeurs sont connus" dans un communiqué publié par le diocèse. Le prêtre risque jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle.

 

Le diocèse de Rouen a pris l’affaire au sérieux puisque le prêtre sera suspendu s'il était mis en examen, mais l’exemple suisse est plus porteur comme le montre Radio Vatican dans son article du vendredi 17 février intitulé : «Suisse : une marche blanche contre les abus sexuels dans l'Église». Une Marche Blanche est organisée à Fribourg, place Python, dans l'après-midi du 18 février 2017, de 15h à 16h. Cette initiative vise à dénoncer l'absence de mesures à l'encontre des personnes qui ont commis des actes pédophiles. La Marche Blanche vise à dénoncer l'absence de mesures à l'encontre des personnes qui ont commis des actes pédophiles et demande la reconnaissance des victimes par toutes les autorités concernées.

 

L'événement, initié par Chistine Bussat (UDC/VD), la fondatrice de l'association Marche Blanche qui lutte contre la pédophilie, fait suite à la sortie du livre-témoignage de Daniel Pittet : Mon Père, je vous pardonne (éditions Philippe Rey) qui relate les nombreux viols commis par un capucin, le père Joël Allaz, entre 1968 et 1972. Dans cet ouvrage préfacé par le pape François en personne, Daniel Pittet relate aussi tout le processus de guérison et de pardon qui lui a permis de garder la foi.

 

Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg et de Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, soutiennent cette démarche. Ils rappellent qu'une telle revendication interpelle également l'Église et son rôle dans la gestion de faits pédophiles.

 

Les prêtres pédophiles sont peu à peu découverts et cela permet à l’Église de voir que les loups peuvent se trouver au milieu des brebis. Il est heureux qu’elle réagisse enfin.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 19/02/2017 11:38

Sur ce type de dossier, la Suisse reste en pôle position. C'est là que tu vois aussi que lorsque l'état admet avoir favorisé ces situations au même titre que l'Eglise,le traitement des crimes se fait plus facilement.