Ça bouge à gauche

Publié le 29 Mars 2017

Manuel Valls a enfin annoncé qu’il voterait pour Emmanuel Macron à la présidentielle, tout en essayant de nous faire peur avec Marine Le Pen, avec ses échecs répétés lors des municipales, des législatives et des régionales. La réaction au sein du PS ne s’est pas fait attendre puisque que pour Hanotin, le directeur de campagne de Benoît Hamon c’est une «Minable tentative de sabotage», Arnaud Montebourg parle de Valls comme d’un «homme sans honneur», ce qui n’est pas faux puisque ce dernier avait promis de soutenir Benoît Hamon, Alexis Bachelay, un député hamoniste parle de lui comme d’«un pompier pyromane», la députée des Hautes-Alpes, Karine Berger n’est pas plus tendre en donnant «Un seul adjectif ce matin pour qualifier le comportement de Manuel Valls : minable», et enfin Menucci n’est pas plus tendre en disant à Valls : «Tu nous fait honte». Je ne savais pas qu’être parjure était une logique politique comme l’avance Manuel Valls. Comment veut-on encore croire aux hommes politiques après ça.

 

Comme on pouvait s’y attendre Emmanuel Macron l’a félicité et a changé de ton à son encontre, espérant sans doute une coalition de gouvernement avec le PS. Et ce dernier qui nous disait qu’il ne ferait pas d’accord d’appareil. Il s’est aussi mis d’accord sur la proportion de circonscriptions réservées au Modem de François Bayrou. Un mensonge de plus de sa part. Enfin, Jean-Christophe Cambadélis ne veut pas sanctionner Emmanuel Valls, comme si il préparait déjà la défaite de Benoît Hamon, pour avoir un accord avec Emmanuel Macron. Si le PS fait cela, alors il perdra toute crédibilité et ne gagnera plus jamais une seule élection. La base du PS est en révolte depuis mardi soir et les rumeurs de ralliements de Valls à Macron n’ont pas arrangé les choses, sans oublier que toute une fraction de la gauche modérée ne votera jamais Jean-Luc Mélenchon.

 

Benoît Hamon a réagit très vite et a fait un appel au rassemblement de gauche autour de lui : «Ce matin ce qui est le plus grave pour notre pays et pour la politique, c'est que la démocratie a pris un grand coup de plus. À un moment où l'extrême-droite autoritaire est banalisée, oui, la démocratie est la prunelle de nos yeux. La parole donnée, la parole signée, devant le peuple, doit être scrupuleusement respectée. C'est pour cela que j'ai combattu le 49.3. Je lance un appel aux citoyens : réagissez, sanctionnez et tournez la page de cette vieille politique, de ceux qui bafouent leurs convictions. Ceux qui ont fait tant de mal à la gauche avec la loi travail et la déchéance de nationalité ont trouvé refuge chez Emmanuel Macron. Ne laissons pas les forces de destruction, les forces de l'argent présider aux destinées de notre pays. Rassemblons la gauche pour gagner. J'appelle les sociaux-démocrates, communistes et Jean-Luc Mélenchon attachés au progrès social et à la démocratie à unir leurs forces aux miennes. J’ai une position centrale à gauche, je suis le seul à pouvoir créer les conditions d’une majorité de gauche pour gouverner. Je refuse le vote témoignage.»

 

Un appel entendu par Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, qui souhaite une rencontre «dans les prochains jours» avec Mélenchon, Hamon et Jadot en vue d'une «candidature commune». Mais, attention à ne pas croire que le candidat socialiste choisit par la primaire à gauche se retirera pour Mélenchon, car une bonne partie de ses électeurs se dirigeront sur Macron, plutôt que de voter le leader de la France insoumise. Dans mon cas, je voterai blanc.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article