Irlande : les restes de bébés découverts dans un ancien foyer catholique

Publié le 5 Mars 2017

Irlande : les restes de bébés découverts dans un ancien foyer catholique

RFI.fr nous montre dans son article du samedi 4 mars 2016 une macabre découverte dans l'ouest de l'Irlande... Une quantité importante d'ossements humains a été exhumée dans l'enceinte du foyer pour mères célibataires catholique de Bon secours de la ville de Tuam. Ils ont été retrouvés dans une structure souterraine. C'est probablement la preuve matérielle que recherchaient les inspecteurs d'une enquête baptisée «la fosse aux 800 bébés». Des enfants nés pauvres ou hors mariage, qui auraient tous succombé à de mauvais traitements de la part des religieuses de l'orphelinat dans les années 1920 à 1960.

 

Catherine Corless est historienne. Dans son enfance à Tuam, dans l'ouest de l'Irlande, elle fréquentait à l'école les orphelins du foyer St Mary. L'établissement catholique accueillait alors des enfants pauvres ou nés hors mariage. «Je me souviens qu’on les appelait les bébés pensionnaires. Quelques-uns venaient à l’école à Tuam. Ils y restaient à peu près deux ans. Certains ont été adoptés», raconte l'historienne sur RFI. Sous les yeux de Catherine, des pensionnaires disparaissent.

 

En 2014, l'historienne examine des registres d’état civil. Ils font état de la mort de 800 enfants entre les années 1920 à 1960. Pourtant, seuls deux d’entre eux ont une tombe à leur nom. «J’ai commencé par faire des recherches historiques. Et puis au cours de ces recherches, j’ai compris comment les gens étaient traités dans cet orphelinat. Comment les mamans étaient enfermées là-bas le temps de nourrir leur bébé. Et puis, juste après, elles devaient s’en aller et laisser leur bébé là-bas. Je n’avais jamais entendu parler de telles choses avant d’avoir entamé ces recherches.

 

Et plus j’en apprenais, plus je réalisais qu’il y avait beaucoup de souffrance. Et puis, j’ai découvert qu’à l’intérieur du bâtiment, il y avait un cimetière. J’ai continué les recherches pour finalement découvrir que beaucoup d’enfants étaient morts à cet endroit, apparemment pour cause de maltraitance. Et je ne trouvais pas de tombes. Pas de sépulture pour ces enfants. C’est avec un très vieux plan de la zone que j’étudiais que j’ai conclu qu’ils étaient enterrés dans l’enceinte même de l’orphelinat», confie Catherine Corless à RFI.

 

Une enquête est ouverte, elle durera 3 ans. Jusqu'à l'annonce ce vendredi des premiers résultats : la découverte de nombreux ossements humains dans l'enceinte de l’orphelinat de Tuam. L'enquête se poursuit. Mais Catherine Corless attire d'ores et déjà l’attention sur les survivants du pensionnat de St Mary, dont elle porte les revendications. Ils accusent l'État, car il a fait en sorte que les mères aient leurs bébés dans ce genre de pensionnat. Ils accusent aussi l'Église catholique, qui a collaboré avec l'État pour créer ce système qui isole maman et bébé.

 

Cette affaire, qui aura profondément ému la société irlandaise, pourrait peser sur l’image de l’Église catholique du pays, déjà embourbée dans des affaires de pédophilie et d'abandon d'enfant.

 

Aujourd’hui, en ce dimanche matin dans nos Église a été lu la tentation de Jésus au désert, et nous voyons à travers les différentes affaires qui touche l’Église irlandaise que celle-ci n’a pas refusé le matérialisme, de vénérer les idoles et le pouvoir, alors que Jésus à travers cette expérience a choisi le partage plutôt l’obtention de biens matériels, l’amour plutôt que la grandeur, et le service plutôt que la puissance. L’Église a souvent oublié le message de Jésus comme nous pouvons le voir en Irlande et il serait bon qu’elle y revienne.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 07/03/2017 09:58

Complément d'information, lue sur les journaux irlandais: les femmes et enfants survivants de ces foyers, ont demandé à ce que les 180 établissements du pays, similaires à celui de Tuam ainsi que tous les couvents-prisons Magdelene soient fouillés pour déterminer si d'autres tombes de type fosses communes existaient ou pas ailleurs. Deux couvents-prisons Magdelene faisant l'objet actuellement de travaux en vue d'une destination immobilière, les travaux ont été suspendus jusqu'à nouvel ordre afin de procéder à des fouilles sous et autour des bâtiments. (Sources Irishtimes, Irishnews). Maintenant que l'état irlandais, comme l'Eglise irlandaise constatent sur un établissement ce qui a pu se passer, sous la pression des victimes et survivants de ces établissements qui veulent toute la vérité, l'enquête sera étendue à l'ensemble des établissements, malgré les nombreux refus de livrer leurs archives ou l'invocation de disparition subite des archives des congrégations religieuses concernées. Comme le disent très bien et l'ont déjà très bien dit les enfants survivants de ces foyers (aujourd'hui adultes) dans interviews et documentaires: "pour les religieuses comme pour l'Eglise en général, pour l'Etat, la société irlandaise, nous n'étions que des bâtards, des bouches inutiles, des nuisibles qu'il fallait dresser, punir d'exister."
On entend le même discours pour les enfants placés en Suisse, chez les enfants volés et placés par les franquistes en Espagne. On entend aussi ce discours en France, chez les rescapées des Bon Pasteur sur leur forum d'entraide.

Mike 06/03/2017 04:10

Bonsoir Paroissien,
Il n'y a pas grand chose à dire devant cette horreur, si ce n'est demander pardon pour toutes ces victimes. Que dire des personnes qui ont fait ou participé à cela...?
Cela nous touche car il s'agit d'enfants et de bébés.
Heureusement cela n'existe plus aujourd'hui.
Mike

paroissiens-progressistes 07/03/2017 10:40

Mike,

Je suis prudent, l'Eglise a fait des erreurs et rien ne dit qu'elle puisse les reproduire. Il faut donc rester sur ses gardes en restant que l'Eglise reste sur la bonne voir.

Merci !

Françoise 07/03/2017 10:03

Malheureusement, Mike, ce genre de pratique continue en Europe. En Angleterre plus précisément, pays voisin de l'Irlande.
Je vous conseille ce reportage "les enfants volés d'Angleterre" pour vous rendre compte que ces pratiques n'ont hélas pas disparu. Si l'Eglise n'est pas impliquée dans ce trafic, les méthodes de discrimination mais aussi d'oppression sont restées les mêmes, contraignant les jeunes mères concernées à l'exil hors d'Angleterre pour éviter de se faire voler leur bébé.

https://rutube.ru/video/3a5ee9c83d5cf7efe1009840450288d4/

Et ça se passe aujourd'hui, en 2017.

Françoise 06/03/2017 00:27

Hélas Taï, l'Eglise a pratiqué exactement le même système partout en Europe contre différentes populations désignées par les états comme indésirables. En Suisse tu as eu exactement la même chose, en Italie, en Espagne, en Belgique, en France. Nous avons eu les instituts du Bon Pasteur, la Miséricorde, le Bon Secours, les colonies pénitentiaires jusque dans les années 70 et il s'y passait les mêmes horreurs.
Ce système a été mis en place seconde moitié du 19ème siècle. A l'époque il n'y a aucune prise en charge sociale et éducative. Donc les états se défaussent sur les congrégations religieuses pour gérer contre financement public des populations jugées "dangereuses" potentiellement.
Ca a duré jusque dans les années 70 pour la plupart des pays européens. En Irlande et en Espagne, le calvaire a duré jusque milieu des années 90. Avec ventes, vols de bébés, négligences, tortures, pédophilie.
En France, ces horreurs sont stoppées par les formations d'éducateurs spécialisés laïcs.
Ce qui permet de sortir pas mal d'enfants et d'ados de ces colonies religieuses - bagnes- et des couvents prisons où ils sont exploités comme des bêtes de sommes, terrorisés, affamés, torturés, abusés, utilisés comm cobayes par des labos pharmaceutiques (j'ai vu des témoignages des anciennes du Bon Pasteur sur ce sujet, c'est effroyable).
J'ai suivi de près l'affaire irlandaise. Catherine Corless avait pu discuter il y a 20 ans avec une ancienne bonne à tout faire de Tuam qui lui avait raconté à l'époque les enterrements de bébés négligés, torturés pour certains. Elle avait gardé des enregistrements audio sur K7 et c'est à partir de là qu'elle a décidé de mener une enquête sur l'établissement de Tuam. Sans ce témoin incroyable, jamais elle n'aurait entamé son travail de recherche. Les journaux irlandais et les blogs sur Tuam en ont pas mal parlé mais ça n'a pas filtré en France. J'ai fait passer des articles irlandais sur le sujet sur l'Envers du Décor il y a un an. Parce que je trouvais ça important. Pour comprendre la genèse de cette histoire, parallèle à différents habitants de Tuam qui sont tombés sur des ossements de bébés près de l'ancien orphelinat.
Le plus effroyable dans tout ça, c'est le déni religieux catho irlandais vis à vis de ces horreurs, mais aussi le déni général catho et vatican sur le sujet.

M.W 05/03/2017 21:13

Ah la la l'Eglise catholique

De toute façon ma foi est morte définitivement, je viens de m'en rendre compte il y a quelques jours, la foi n'existe plus, ce n'es plus qu'un lointain souvenir, elle est morte, décédée enterrée. Morte devant ce monde et ses perversions, mortes devant les institutions religieuses et politiques trop faillibles et gangrenées par la corruption. Mortes devant les individus, leur haine, leur intolérance, mes échanges avec Françoise m'ont montré que tout le monde se complet dans l'intolérance dans le rejet, dans le mépris, dans la haine de celui qui pense différemment mais que chacun ne veut voir l'intolérance que dans le camps des autres, préférant fermer les yeux sur l'intolérance de son propre camps. Les croyants et les athées, conservateurs comme libéraux, votre intolérance m'agace de plus en plus, je n'en puis plus, elle a tué le peux de foi qui me restait. Morte aussi du fait des silences de Dieu, ces silences glaciales, effrayants, froids, jamais il ne m'a fait ressentir son énergie d'amour, jamais il ne c'est manifesté à moi, j'ai demandé un signe, un petit, il n'a jamais voulu m'en montrer. Et quand j'apprends qu'il permet à des gens intolérants comme Françoise mais aussi à des criminels de ressentir son énergie, son amour, que moi je n'ai rien, brrrr. Certes, je ressemble au frère aîné du fils prodigue qui est jaloux de l'amour de son père pour le fils prodigue mais le père lui explique les raisons de cet amour, Dieu ne m'a jamais expliqué quoi que ce soit. J'en ait été lasse d'attendre alors j'en ai marre.

Bref, ma foi n'existe plus, je continu de croire qu'il existe un Etre suprême mais je ne l'aime pas, je le respecte mais je ne l'aime pas, je ne ressens rien pour lui....