Le pape appelle les dirigeants européens à retrouver les valeurs fondamentales de l'Union

Publié le 25 Mars 2017

Le pape appelle les dirigeants européens à retrouver les valeurs fondamentales de l'Union

euronews.com dans son article du vendredi 24 mars 2013 nous montre que c’est un message bienveillant mais sans concession que le pape François a adressé aux dirigeants européens réunis au Vatican à la veille du 60ème anniversaire de la signature des Traités de Rome. Le chef de l’Église catholique a ainsi estimé que l’Union européenne risquait “de mourir” si elle ne revenait pas aux idéaux des pères fondateurs comme la solidarité, tout cela en présence des représentants de la Pologne, de la Hongrie et de la République tchèque, qui rechignent aux appels à la solidarité vis-à-vis des migrants et des réfugiés.

 

“L’Europe retrouve l’espérance lorsque l’homme est le centre et le cœur de ses institutions, a déclaré le pape argentin. J’estime que cela implique l’écoute attentive et confiante des requêtes qui proviennent aussi bien des individus que de la société et des peuples qui composent l’Union. Malheureusement, on a souvent l’impression qu’est en cours un ‘‘décrochage affectif’’ entre les citoyens et les institutions européennes.”

 

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a lui aussi appelé à se souvenir de ce qui avait rassemblé les Européens, en premier lieu le désir d’une paix durable. “Nous pourrons faire échec au terrorisme, résoudre le problème de l’immigration et éloigner le spectre de la crise économique, avec le fléau du chômage des jeunes, uniquement si nous sommes capables de retrouver et d’apprécier les raisons qui nous ont conduit à nous unir”, a-t-il expliqué.

 

La photo de famille de cette rencontre avec le pape illustre la période tourmentée que traverse l’Union européenne. Une photo sans la première ministre britannique, qui enclenchera dans quelques jours la procédure de divorce avec l’UE.

 

Comme le montre france24.fr dans son article «L'Union européenne célèbre les 60 ans du traité de Rome malgré le Brexit», dans une déclaration solennelle, les 27 vont tenter d'affirmer samedi que leur "Union est une et indivisible", en réponse explicite au Brexit, selon le projet de document final. "L'Europe est notre avenir commun", conclut la déclaration solennelle. "Rome doit marquer le début d'un nouveau chapitre" pour une "Europe unie à 27", a affirmé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

 

Mais d'ores et déjà des voix s'élèvent contre cette charte commune. Ainsi la Première ministre polonaise, Beata Szydlo, a menacé de ne pas signer. Au cœur des tensions, l'affirmation dans le texte de la possibilité pour un groupe de pays de pouvoir avancer plus vite sur certains sujets sans risquer le veto d'un autre État membre.

 

Les divisions sont toujours visibles dans l’UE, où les 27 ont promis à la Grèce d'œuvrer à une Union qui «favorise le progrès économique et social» et «qui prenne en compte la diversité des systèmes nationaux et le rôle essentiel des partenaires sociaux», tout en rassurant la Pologne. On peine à y croire car l’UE est rongée par le néolibéralisme et n’a pas montré une grande réussite dans ses combats contre les populismes d’extrême droite.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

L'indépendant 25/03/2017 19:56

"les 27 ont promis à la Grèce d'œuvrer à une Union qui favorise le progrès économique et social et qui prenne en compte la diversité des systèmes nationaux et le rôle essentiel des partenaires sociaux". Comment pourrait-on croire encore à ce genre de mensonges ? La Commission européenne est favorable à l'avancement de l'age de la retraite à 70 ans pour les salariés (sauf pour les fonctionnaires européens, bien sûr ^^), elle est favorable à la directive des travailleurs détachés (ex directive Frankenstein, pardon, Bolkenstein), elle est favorable aux traités de libre-échange destructeurs d'emplois (Ceta, Tafta, etc), c'est cela le "progrès écomique et social" ? Non, assurément, non !

paroissiens-progressistes 25/03/2017 20:06

L'indépendant,

Les promesses sont faites pour espérer, les actes sont une réelle preuve, et jusqu'à présent l'UE n'a pas eu ces actes de solidarité qu'elle promet ici.

Merci !