Pour le pape François, supprimer des emplois est "un péché gravissime"

Publié le 15 Mars 2017

LePoint.fr nous montre que dans un discours engagé, le souverain pontife a demandé aux responsables politiques et aux dirigeants de respecter la dignité des hommes par le travail.

 

Le pape François a tenu un discours engagé ce mercredi 15 mars sur la place Saint-Pierre au Vatican, à l'occasion de son audience générale. Le souverain pontife s'est élevé contre les fermetures d'usines et les suppressions d'emplois pour des motifs économiques troubles en les qualifiant de «péché gravissime». «Le travail vous donne de la dignité, les responsables politiques et les dirigeants ont l'obligation de tout faire pour que chaque homme et chaque femme puissent travailler et ainsi garder la tête haute, regarder les autres en face avec dignité», a improvisé le pape François, reprenant un thème qui lui est cher. «Celui qui, pour des manœuvres économiques, pour réaliser des affaires pas complètement claires, ferme des usines, ferme des entreprises et supprime le travail d'hommes, cette personne fait un péché gravissime», a-t-il ajouté.

 

Le pape a fait cette déclaration après avoir salué dans la foule de la place Saint-Pierre à Rome un groupe de travailleurs du bouquet de chaînes satellitaires Sky Italia soumis à un projet de plan social prévoyant notamment 200 licenciements et 300 mutations. «J'ai une pensée spéciale pour les travailleurs de Sky Italia et j'espère que leur situation de travail pourra trouver une solution rapide, dans le respect des droits de tous, surtout des familles», a-t-il commenté sous les applaudissements.

 

Lors d'audiences publiques au Vatican, le pape argentin a déjà plusieurs fois pris la défense de travailleurs menacés de licenciement, fustigeant «l'argent-roi» et la finance aveugle. Il réfute néanmoins être «marxiste». Selon lui, ses prises de position, jugées parfois radicales, correspondent parfaitement à la doctrine sociale de l'Église, formulée déjà à la fin du XIXe siècle sous le pape Léon XIII.

 

Le pape François s’élève contre les fermetures d'usines et les suppressions d'emplois pour des motifs économiques troubles pour dire ce que tout le monde pense : que ceux qui font ça commettent un péché grave envers leurs prochains.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 16/03/2017 08:47

j’aimerai savoir ce qu'est un motif économique trouble.
En fait le pape oublie qu'une entreprise n'est pas une œuvre de bienfaisance et que son resultat est la mesure de son efficacité économique. Vouloir augmenter ou seulement maintenir ce résultat serait une "péché gravissime" car la productivité croît entre 5 et 7% par an (effet d'apprentissage), montre que ce pape tout moderne qu'il se veut en est encore à une époque lointaine où seule la force musculaire importait..
J'ai du procéder à des licenciements pour raisons économiques, je n'en suis pas fier mais c'était mon job de conserver l'emploi d'un maximum de gens au prix de ces licenciements.
Chacun son métier et les vaches seront bien gardées

paroissiens-progressistes 18/03/2017 11:05

gaëtan,

De rien, rassurez vous aussi on le droit de ne pas être d'accord avec le pape, ça m'arrive à moi aussi.

Merci !

gaetan ribault 18/03/2017 09:14

Merci de votre réconfort ;-) , mais rassurez vous ce pape n'est pas mon pape et ce qu'il peut dire est pour moi nul et non avenu

paroissiens-progressistes 16/03/2017 10:45

gaëtan,

Mais dans certains cas, les licenciements sont fait pour augmenter les profits que les employés ont offerts aux entreprises par leurs efforts, pas pour sauver les emplois, vous n'avez pas à vous sentir visé par le pape puisque cela ne vous concerne pas.

Merci !