Une campagne électorale qui commence enfin avec les traitres qui quittent le navire

Publié le 9 Mars 2017

En ce jeudi 9 mars 2017, Benoît Hamon peut encore compter sur le soutien de Najat Vallaud-Belkacem qui a fait des reproches à Emmanuel Macron qui selon elle voudrait revenir sur la réforme des rythmes scolaires et celui du Premier Ministre Bernard Cazeneuve venu à son QG pour le soutenir et lui demander de rassembler toute sa famille politique. Espérons que ce soir, L’Emission politique, sur France 2 lui permettra de convaincre les hésitants.

 

Il en a bien besoin, car les réformateurs du PS étaient prêts dans une tribune à rallier Emmanuel Macron. Ces derniers ont démentis, car Jean-Christophe Cambadélis a appelé le PS à être derrière Benoît Hamon et ne gardera pas ceux qui veulent faire l’aventure Macron. La peur de perdre sa place de député est bien plus forte. Jean-Yves Le Drihan pourrait aussi rejoindre Emmanuel Macron, mais François Hollande lui aurait dit d’attendre. Et Claude Bartolone ne cache plus qu’il votera pour Emmanuel Macron dès le 1er tour si selon lui la démocratie est en danger, ou sa place de député.

 

Emmanuel Macron en rencontrant aujourd’hui Michael Bloomberg, huitième fortune mondial et ancien maire républicain de New York, montre tel que l’a confié ce matin Yannick Jadot qu’il «n'est pas le rempart à Marine Le Pen aujourd'hui, il en est le marchepied.» Encore plus, quand sa vision du travail veut supprimer le paritarisme et réduire le rôle des syndicats au cadre des métiers.

 

À droite, François Fillon reprend sa campagne en obtenant le soutien de l’UDI en leur offrant 96 places de députés, et en nommant une nouvelle équipe, avec François Baroin, qui s’occupe du rassemblement politique, Bruneau Retailleau et Christian Jacob comme coordinateurs de la campagne, et Luc Chatel, porte-parole et président des comités de soutien.

 

Pendant ce temps Jean-Luc Mélenchon tarde à réunir ses parrainages, le PCF lui met la pression pour enlever les candidats de la France insoumise qu’on pourrait présenter dans leurs circonscriptions, et Olivier Besancenot a lancé un appel solennel aux maires pour que les élus locaux donnent à Philippe Poutou du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) les parrainages nécessaires.

 

Il y a une chose où les Jeunes avec Hamon n’ont pas tort, ce n'est à la fin du match qu'on connaît le vainqueur. On déclare actuellement trop vite le vainqueur à coup de sondages. Attention, à ne pas avoir une mauvaise surprise électorale.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article