Au Jeudi saint, le pape en discret serviteur des détenus

Publié le 14 Avril 2017

Nicolas Senèze, à Rome, nous montre ce vendredi 14 avril 2017 dans la-Croix.com que le pape s’est rendu, jeudi soir 13 avril, à la prison de Paliano, près de Rome, pour célébrer la messe du Jeudi saint qu’il voulait garder «essentiellement privée» et au cours de laquelle il a lavé les pieds de douze détenus dont trois femmes.

 

Dans sa courte homélie, prononcée sans note, le pape a pris soin d’expliquer le «retournement» de ce geste du lavement des pieds, «celui que faisaient les esclaves». «Aujourd’hui, dans la rue, quand je suis arrivé, il y avait des gens qui saluaient : “Venez, c’est le pape, le chef, le chef de l’Église…” Mais le chef de l’Église c’est Jésus, ne nous trompons pas, a-t-il raconté. Le pape est la figure de Jésus et je voudrais faire ce que lui a fait. (…) Celui qui est le plus grand doit faire le travail de l’esclave.»

 

Le pape François n’a pas voulu demander aux détenus de se laver les pieds les uns aux autres. «Ce serait une plaisanterie, a-t-il expliqué. Mais le symbole est là : je vous dis que si vous pouvez vous aider, vous rendre service, ici, en prison, au compagnon ou la compagne, faites-le.» Ce geste du lavement des pieds, a-t-il conclu, «n’est pas une cérémonie folklorique» mais, a-t-il expliqué, un geste pour se souvenir que «celui qui veut être important doit se faire le plus petit et le serviteur de tous».

 

Le matin, dans un entretien au quotidien La Repubblica, le pape avait plaidé pour les détenus. «Je le répète encore une fois, tous ont le droit de se tromper. Nous nous sommes tous trompés d’une manière ou d’une autre», soulignait-il, regrettant «le peu de confiance accordé à la réhabilitation, à la réinsertion dans la société». Le pape François doit continuer vendredi ce Triduum pascal, résolument tourné vers les plus petits, en présidant, dans l’après-midi, la célébration de la Passion en la basilique Saint-Pierre puis, le soir, le chemin de croix du Colisée.

 

Le pape s’est donc rendu dans le centre de détention de Paliano qui a un statut unique en Italie comme le montre Radio Vatican : il abrite des collaborateurs de justice (anciens mafieux qui ont accepté d’aider la justice italienne). Les différentes initiatives (travail, instruction, formation ou encore activités sportives et religieuses) permettent selon la directrice de l’établissement, Nadia Cersosimo, «d’abattre les préjugés et d’ouvrir la voie à la réinsertion». Son souhait est de décentraliser cette célébration, qui se tenait auparavant en la basilique Saint-Pierre. Un signe des plus révélateur pour l’insertion des prisonniers dans la société.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article