Benoît Hamon doit continuer et lutter

Publié le 1 Avril 2017

Benoît Hamon vit une campagne difficile et elle ressemble beaucoup à ce qu’à vécu Bernie Sanders quand il a fait la primaire démocrate en 2016. Regardons cela de plus près.

 

L’article de Thomas Frank dans le monde-diplomatique.fr de décembre 2016 intitulé «Tir groupé contre Bernie Sanders» nous montre que jamais la presse américaine n’avait aussi ouvertement pris parti dans une élection. Mois après mois, elle s’est employée à discréditer tous les candidats qui lui déplaisaient, à commencer par le sénateur «socialiste» du Vermont Bernie Sanders, concurrent de Mme Hillary Clinton lors de la primaire démocrate. Or les scores réalisés par celui-ci dans les États-clés, ceux où Mme Clinton a été battue à la présidentielle, n’interdisent pas de penser qu’il aurait obtenu un meilleur résultat contre M. Donald Trump. Tous les médias américains se sont pourtant rangés derrière elle avec un unanimisme et un enthousiasme inédits — par aversion pour M. Trump, et parce que «Hillary» partageait leur idéologie de l’«expertise» et de la «compétence». Les commentateurs se sont employés à convaincre les lecteurs de les suivre sur ce chemin. Benoît Hamon a reçu le même mépris des journalistes qui insistent souvent pour montrer son amateurisme.

 

Ensuite, pour que le Parti Démocrate n’aille pas sur sa gauche car Sanders et ses électeurs souhaiteraient que la gauche américaine s’écarte du centre, on mit en avant à partir du 21 avril 2016, la candidate écologiste à la présidence Jill Stein pour courtiser les électeurs de Sanders. Il est intéressant de voir que depuis le débat présidentiel l’insistance que font les médias sur Jean-Luc Mélenchon, pour bien rendre inaudible Benoît Hamon. Jill Stein essaya aussi de convaincre le sénateur Bernie Sanders de rejoindre sa campagne, comme la France insoumise essaye de convaincre Hamon de se retirer et de les rejoindre. Ce n’est pas le souhait de Benoît Hamon, car comme Bernie Sanders son but est lancer une transformation fondamentale du Parti socialiste et de la République afin qu’ils soient plus démocratiques et non partir à l’aventure avec un mouvement qui n’est même pas sûr de gagner les législatives.

 

Les médias veulent ainsi créer le consensus sur Emmanuel Macron qui va continuer la politique libérale de la présidence François Hollande, tout en mettant en avant Jean-Luc Mélenchon pour détruire toutes les chances de Benoît Hamon (en sachant qu’une partie de ses électeurs n’iront pas vers Mélenchon) de réaliser ses réformes odieuses aux yeux des médias chantres du néolibéralisme économique, car ce dernier souhaite des médias indépendants et mettre fin à leur concentration autour des mains des grandes entreprises. Rien que pour cela, Benoît Hamon doit continuer et tenir pour ne pas donner raison à ceux qui souhaite sa défaite.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article