L'entrée de Jésus à Jérusalem : une démarche politique

Publié le 9 Avril 2017

L'entrée de Jésus à Jérusalem : une démarche politique
D'après Marcus J. Borg («Jésus and politics», 20 mars 2016, Bible Odyssey [internet]), Jésus a aussi utilisé des moyens politiques, les plus spectaculaires se présentèrent dans deux manifestations politiques publiques, l'entrée triomphale à Jérusalem et les marchands expulsés du Temple. Ces deux événements annonçaient l'avènement du Royaume de Dieu. Ce royaume de Dieu devait être quelque chose de différent des royaumes terrestres. La transformation de ce monde verrait le règne de Dieu sur terre et les élites dominant le peuple n'en feront pas partie. Ce sera un monde de justice économique dans lequel tout le monde aura les bases matérielles de l'existence. Et ce sera un monde de paix et de non-violence.
 
 
Brent Kinman (Jesus' entry into Jerusalem : in the context of Lukan theology and the politics of his day, Brill, 1995) pousse plus loin la signification de l'entrée triomphale à Jérusalem, il la place comme les arrivées officielles des grandes figures publiques telles que les rois et dirigeants de l'antiquité. Au contraire Pilate accompagné de 1000 soldats romains entrait à Jérusalem magnifiquement accueilli par les fonctionnaires de la ville : à savoir les grands prêtres et les aristocrates. Les pèlerins juifs venant du Mont des Oliviers comptaient quelques dizaines de milliers de personnes et Jésus se trouvait parmi eux. Il est à noter que ces pèlerins galiléens et Jésus sont entrés dans la ville par la porte est, sur le Mont des Oliviers. Pilate d'autre part, accompagné de ses soldats entrait dans la direction opposée, à l'ouest. Ainsi, ces cortèges ne se rencontraient pas à leur arrivée.
 
 
Cette entrée peut s'être faite pendant la fête des Tabernacles (Soukkot), comme le montre Flavius Josèphe en parlant d'une ville près de Jérusalem qui s'était vidée de tous ses habitants parce qu'ils étaient partis à Jérusalem pour accueillir les pèlerins (Guerre des Juifs, 2,515). Comme le suggère Marie–Émile Boismard (Synopse des quatre évangiles en français, vol. II, Commentaire, avec P. BenoitA. Lamouille et P. Sandevoir, Paris, Éd. du Cerf, 1972), elle se déroule en automne, période expliquant la présence de branchages et est l'objet d'une prophétie de Zacharie 14 où cette fête joue un grand rôle puisque le jour de Dieu aura lieu lors de cette fête. Cela explique pourquoi les soldats romains présents sur place ne l'ont pas arrêté, car Jésus n'a pas rassemblé les masses à Jérusalem, mais a plutôt rejoint le pèlerinage dans la ville sainte en déguisant sa prétention messianique dans l'accueil des pèlerins.
 
 
Subtil, Jésus comme le montre Marcus J. Borg («Jésus and politics», 20 mars 2016, Bible Odyssey [internet]) fait son entrée à Jérusalem sur un âne symbolisant un royaume de paix dans lequel les armes seront bannies. Selon Hyam Maccoby (Paul et l'invention du christianisme, Lieu commun, 1987)  les espoirs apocalyptiques qui s'étaient centré autour de lui, d'abord comme prophète, puis comme prophète-roi, font irruption dans un accueil enthousiaste dans la foule grouillante de Jérusalem comme le montre Marc 11,8 et par l'acclamation avec le cri : "Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !"
 
Une fois arrivé,  Jésus comme le montre Marc J. Borg («Jésus and politics», 20 mars 2016, Bible Odyssey [internet]) se rend au Temple qu'il accuse publiquement d'être comme "une caverne de voleur" après avoir chassé les marchands, car il était devenu le centre de la collaboration avec la domination impériale romaine et sa lourde fiscalité (Matthieu 21,13Marc 11,17, et Luc 19,46). Hyam Maccoby (Paul et l'invention du christianisme, Lieu commun, 1987) pousse plus loin et montre que Jésus comme roi légitime, procède à une réforme approfondie du Temple, le purifiant de la corruption et de la vénalité de son Haut Sacerdoce Sadducéen. La masse juive présente aurait applaudi chaque mouvement. La police du Temple, qui aurait agi brusquement contre une simple violence individuelle, était impuissante à entraver les gestes de Jésus.
 
 
L'entrée triomphale à Jérusalem et la purification du Temple montre que Jésus met en avant l'avènement du futur Royaume de Dieu et doit affronter aussi les élites de son temps.
 
 
Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost 0
Commenter cet article