Le 25 avril 1974, une inspiration qui peut servir

Publié le 25 Avril 2017

Le 25 avril 1974, une inspiration qui peut servir

On fête le 25 avril au Portugal. Le 25 avril 1974, le Portugal se libérait d’une dictature qui les priva pendant 41 ans les gens de leurs droits les plus essentiels.

 

Aujourd’hui plus que jamais, cet événement doit nous servir de modèle. Il a permis l'instauration de la démocratie s'est accompagnée de nombreuses conquêtes politiques et sociales : suffrage universel, liberté d'expression, égalité des droits entre les hommes et les femmes, droit de grève, création d'un salaire minimum, Sécurité sociale pour tous, etc.

 

Soyons comme les militaires capitaines de la révolution d'avril qui ont boycotté les célébrations officielles en 2012, 2012, 2013, et 2015 pour ne pas cautionner la politique d'austérité menée par le gouvernement de centre-droit en échange de l'aide octroyée par la troïka (UE-FMI-BCE). La politique d'austérité a trahi les idéaux de la Révolution.

 

Les capitaines d’avril lors des 40 ans de la révolution des œillets en 2014 déclarèrent que depuis le début de la crise, qu’ils assistaient tout simplement à la destruction des valeurs de la révolution. L'État social, la santé, l'éducation, les retraites, tous les acquis sociaux de la révolution étaient aujourd'hui menacés par les politiques d'austérité.

 

Vasco Lourenço un de ces capitaines d’avril affirma qu'il fallait une sorte de nouveau 25 avril, qui redonne espoir aux gens. Il souhaitait un changement qui doive se faire selon les règles démocratiques, à partir des partis politiques et non de mouvements qui n’ont pas d’assise réelle. C’est qu’a compris le mouvement Geração à rasca qui favorisa aux élections de 2015, les partis de gauche PS, BE et PCP, plutôt que de devenir un mouvement politique qui finirait par disparaitre et décevoir.

 

En 2016, le changement qu’il souhaitait est venu, et les capitaines d’avril ne boycottèrent plus les célébrations du 25 avril car le président et le gouvernement (une alliance, inédite depuis l'avènement de la démocratie, avec des partis de gauche radicale, le gouvernement socialiste d'Antonio Costa a infléchi la politique d'austérité menée depuis 2011), poursuivent dans la voie des valeurs du 25 avril pour créer une société plus juste.

 

Nous n’avons rien de tout cela en France, les célébrations du 25 avril montrent que les mouvements citoyens en faisant pression sur les partis de gauche obtiennent satisfaction. Nous n’avons pas de chanson comme «Grandola, Vila morena» à envoyer au visage des hommes politiques prônant l’austérité. Il est grand temps de se réveiller, car le 7 mai le choix entre Macron et Le Pen, n’est en rien enviable, puisque nous devons choisir entre le libéralisme économique et la xénophobie.

 

Alors trouvons nous aussi une chanson mettant en avant nos aspirations, poussons les partis politiques de gauche à s’unir et mobilisons contre le futur précaire que l’on nous prépare.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

M.W 26/04/2017 20:31

Alors trouvons nous aussi une chanson mettant en avant nos aspirations, poussons les partis politiques de gauche à s’unir et mobilisons contre le futur précaire que l’on nous prépare.

Bonne idée

Comme ça on exclu la droite et le centre, on fait une bonne dictature de gauche, on interdit les partis de droite et du centre, on impose les doctrines de gauche à tout le monde, comme à Cuba, on déclare dans notre Constitution que la liberté d'expression des médias devra s'arrêter là où commence le socialisme. Viva la libertad

paroissiens-progressistes 26/04/2017 22:34

M.W,

La droite et le centre rentreront dedans après, ils savent prendre le train en marche. Pour l'instant leur vision est encore néolibérale, mais je ne doute pas qu'ils en viendront à l'économie mixte comme la gauche.

Merci !