Les évêques du Brésil dénoncent dans les messes les réformes gouvernementales Temer

Publié le 12 Avril 2017

Luis Miguel Modino, correspondant au Brésil, nous montre dans son article dans periodistadigital.com du mardi 11 avril 2017 une nouvelle attitude prophétique, la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), par son secrétaire général, Mgr Leonardo Ulrich Steiner, qui a appelé les catholiques à prendre conscience et position contre les graves conséquences des réformes proposées par le gouvernement Temer.

 

Après avoir émis une note récemment, qui se positionne contre la réforme du système de retraite, le secrétaire général de la CNBB, dans une interview publiée dimanche dernier, le 9 avril, par le portail brésilien UOL, déclare expressément qu’il faut «suggérer à nos évêques que la note de la CNBB soit lues aux messes».

 

Les conséquences de cette attitude devraient certainement inquiéter le gouvernement brésilien actuel. La note de la CNBB a été soutenue par d'autres et émise par certains évêques dans leurs diocèses, ainsi que dans diverses réunions régionales, qui ont toujours exprimé leur opposition aux réformes qui favorisent le marché et se positionne contre les citoyens, en particulier les plus pauvres, les peuples autochtones, les petits agriculteurs... qui vont être encore plus exclus de la société. Avec cela des diocèses ont organisé des manifestations de rue contre les politiques gouvernementales.

 

L’évêque auxiliaire de Brasilia n'a pas hésité à dire que ce qui est en jeu est cette fois-ci est «notre avenir», critiquant les décisions sont prises uniquement et exclusivement par les députés et sénateurs, pour des représentants des grands groupes économiques et qui vivent protégés par des privilèges que le citoyen ordinaire ne pourra jamais atteindre et qui est même privé de commenter une décision qui marquera leur avenir en tant que citoyens.

 

Personne ne peut oublier, à l'avis de l'évêque Steiner, que «l'État devrait prendre en charge les plus fragiles et aider les gens» et que «c’est une question d'humanité». En réponse, les évêques sont destinés à «sensibiliser et à amener les gens à percevoir les difficultés de cette réforme et de proposer, d'autre part, des solutions.»

 

La Conférence nationale des évêques du Brésil montre l’exemple aux évêques français qui ne se sont pas fait beaucoup entendre lors de la contestation contre la loi travail.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 13/04/2017 08:50

En parlant du Brésil, Taï, sais-tu que Mgr Rey est en train d'utiliser une chaîne télévisée brésilienne catho charismatique Cançao Nuevo en France pour les camps de virilité de l'Emmanuel et de l'OD?
J'ai découvert ça ces jours derniers et ça a l'air d'être la nouvelle stratégie média du Renouveau Charismatique sur internet mais aussi au plan télévisé.
Cette chaîne a été créée par Jonas Abib qui se réclame des salésiens et de Focolaris et tu as tout le Renouveau Charismatique derrière (Béatitudes et Emmanuel en tête).
Ca fait très brassage d'argent et très télé novela aussi.
Par curiosité, je suis allée écouter les sermons conférences d'il y a quelques années du camp Optimum (qui s'appelait Au coeur des hommes), je suis tombée sur une pépite d'antiféminisme, de sexisme, d'antisémitisme diffusée par cette télé et donnée par Philippe de Maistre, l'aumônier du Collège Stanislas à Paris ( dans le genre l'établissement de la cathosphère intégriste, il a l'air de se poser là et j'ai vu que l'établissement avait eu par le passé des problèmes de pédophilie via un diacre qui était aussi éducateur là-bas, Jean-Yves Amoros, condamné à 7 ans de prison en 2003 pour tentatives de viol sur différents élèves du collège), ça monte au niveau des propos que tu peux entendre au Gud, à Jeune Nation. Vraiment à gerber.
Comment en 2017, on peut sortir de pareilles horreurs sans que ça fasse bondir?
Ca m'effare...Je te passe le lien pour que tu te rendes compte.

https://www.youtube.com/watch?v=FLz4bH2w_Zk


Pour en revenir au Brésil, vues la corruption et les affaires, tu comprends pourquoi les habitants restent si pauvres face à une oligarchie qui ne cesse de voler le moindre sou et organiser de véritables mafias. Et l'Eglise ne doit pas être en reste sur le sujet.
Les groupes pentecôtistes qui font la pluie et le beau temps là-bas ont l'air de sacrées mafias aussi. Et tu vois, quand je vois Rey à Toulon nous en imposer une depuis 2006, je me dis qu'il doit y prendre des parts de bénéfices pas piquées des hannetons...

M.W 12/04/2017 19:22

Comment expliquer ce paradoxe ? Dès que les évêques critiquent la loi sur le mariage pour tous en dehors de la messe vous criez à l'atteinte à la laïcité et vous les appelez à rester neutre. Dès que les évêques critiquent des lois libérales d'un gouvernement PENDANT la messe vous applaudissez, pourtant là aussi les prélats se mêlent de ce que fait la société politique, là aussi ils violent la laïcité et la sacro-sainte neutralité.

Moralité : le "on est dans un Etat laïc les prélats ne doivent rien dire gna gna gna" c'est un mythe : les prélats ont le droit de se mêler de ce que fait le gouvernement si ça va dans le sens des uns et des autres

paroissiens-progressistes 13/04/2017 08:52

M.W,

Les évêques peuvent critiquer, mais attention pour que cela soit légal il faut que le peuple approuve également et il s'oppose au gouvernement Temer comme le montre de nombreuses manifestations. J'accepte que les évêques puissent critiquer, mais les critiques ne doivent pas blesser ceux qui sont visés par elles. Souvent en matière de morale et d'éthique, elles blessent les personnes qui sont visées. Dans un journal paroissial des années 1960, j'ai pu voir un article intéressant sur l'avortement où ils étaient contre celui-ci mais comprenaient pourquoi des couples pouvaient en arriver là. J'aimerais bien que les évêques même s'ils sont contre quelque chose puissent comprendre qu'on ne soit pas du même avis qu'eux. Cela pourrait ouvrir un dialogue sur de meilleures bases.

Merci !

M.W 12/04/2017 22:28

Mais si les lois du présidents brésiliens sont votées par le Parlement dans un cadre légal, reconnaîtriez-vous encore aux évêques brésiliens le droit de les critiquer et de les contester ? Ou acceptez-vous la critique des évêques quand celle-ci va dans votre sens ?

paroissiens-progressistes 12/04/2017 20:05

M.W,

Je veux bien qu'il donne leur avis sur quelque chose mais dans le cadre qui est le leur, celui de la CEF, pas dans des mouvements s'opposant politiquement à quelque chose et plus encore à une loi votée dans un Parlement dans un cadre légal. Les évêques doivent mettre en avant leur avis sans que cela devienne une soupape politique. Ils sont aussi dans leur rôle quand ils critiquent une politique sociale puisque cela ne s'oppose pas au rôle social de l'Eglise.

Merci !