Messe en hommage aux victimes de l’attaque des Champs-Élysées : l’appel à un «sursaut de citoyenneté et d’unité»

Publié le 23 Avril 2017

Marie Malzac nous montre ce dimanche 23 avril 2017 que lors de la messe célébrée à Notre-Dame de Paris dimanche 23 avril, jour du premier scrutin de l’élection présidentielle, à l’intention des victimes de l’attentat survenu trois jours plus tôt, Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris, a exhorté la «communauté nationale» à éviter la tentation du «repli».

 

«Dans les circonstances que traverse notre pays – élections, succession d’attentats –, notre communauté nationale doit réfléchir à son attitude». Alors que touchait à sa fin la journée électorale, Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris, a invité dimanche les nombreux fidèles présents à Notre-Dame à «réagir» avec justesse, lors de la messe célébrée en hommage aux victimes de l’attaque des Champs-Élysées. Cet attentat, perpétré jeudi 20 avril, a causé la mort d’un policier, Xavier Jugelé. Deux autres ont été blessés.

 

«Notre communauté nationale saura-t-elle éviter le repli ? », a-t-il lancé, après avoir commenté les lectures du jour en soulignant que «Jésus donne le pouvoir de résister à l’esprit de vengeance et de division». «Parviendra-t-elle à puiser un sursaut de citoyenneté et d’unité ?, a encore demandé Mgr Jachiet. Car oui, notre communauté nationale a une mission au service de la liberté de tous, égalité de chacun et de la fraternité entre les hommes».

 

Les proches du policier tué dans l’attaque étaient présents en nombre pour participer à cette messe. Une délégation d’une soixantaine de personnes de la Préfecture de Police de Paris a pris part à cette célébration. Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, toujours hospitalisé, a de son côté transmis ses prières à l’intention des victimes et de leurs proches.

 

Ce discours porte-t-il quand le FN est à 21,7 %, ce qui montre qu'une partie de la France a choisi la tentation du repli. La liberté de tous, égalité de chacun et de la fraternité entre les hommes devra se travailler, et ce sursaut citoyen ne se fera pas avec Emmanuel Macron qui n’a seulement eut que 23,9 % mais du peuple lui-même. On n’a plus rien à attendre de la politique.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article