Plus que 6 jours pour se décider

Publié le 17 Avril 2017

LeMonde.fr dans son Live Présidentielles 2017 de ce jour nous montre que Jean-Luc Mélenchon a de nouveau fait le plein, dimanche à Toulouse, après avoir répondu à ses détracteurs dans un entretien à Ouest France. Il se croit déjà au second tour, mais la prudence devrait être de mise. Le candidat de La France insoumise a de nouveau été la cible des réserves de François Hollande qui, dans un entretien à l'émission "C politique" sur France 5, lui a prêté "des facilités qui quelque fois tombent dans le simplisme".

 

Ensuite, une réponse de François Fillon a provoqué des réactions outrées à gauche comme à droite. Sens commun, émanation de La Manif pour tous, au gouvernement ? "Pourquoi pas", a répondu François Fillon, samedi, lors d'une émission de radio. Ce qui n’est pas anormal puisque qu’il doit son salut à Sens commun qui a fortement mobilisé ses réseaux lors de la manifestation du Trocadéro du 5 mars. Des centaines de personnes ont aussi manifesté, dimanche, entre Aubervilliers et Paris contre la tenue du meeting de Marine Le Pen dans la capitale. Un défilé émaillé de quelques heurts. Enfin, Le gouvernement a annoncé le renforcement des mesures de sécurité en vue de la présidentielle. Plus de 50 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour sécuriser les 67 000 lieux de vote.

 

LCI.fr dans soin Live Présidentiel 2017 nous montrent également que menacés par Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, les deux favoris du premier tour ont donné rendez-vous à leurs partisans, lundi 17 avril, à quelques heures d'écart. À Marine Le Pen le Zénith de Paris et ses quelque 6000 places, au candidat d'En Marche ! l'arène de Bercy, que Benoît Hamon avait rempli, le 19 mars, avec plus de 20 000 personnes. Pendant ce temps dans LE LIVE de francetvinfo.fr François Hollande, le Président de la République s'exprimait dans un entretien exclusif à l'émission "C Politique" sur France 5 et s’inquiétait que "La campagne ne permet pas d'installer le débat sur les programmes, les propositions et donc les politiques qui seraient mises en œuvre." Il n’a pas tort.

 

Pourtant Benoît Hamon n’est pas inquiet et il croit encore comme le montre l’article dans LeMonde.fr : «Benoît Hamon croit-il encore en ses chances d'accéder au second tour ?». "Oui, oui et oui", vient-il d'assurer sur Europe 1. "Tout me montre sur le terrain que les choses évoluent, bougent que dans ce climat d’incertitude les Français veulent un président fiable sur les questions internationales, sur l’Europe. Il y a sentiment qu’il y a de bons candidats mais avec une feuille blanche. On ne sait pas très bien où veulent aller les uns et les autres. "

 

Pourquoi pas ? Beaucoup d’électeurs sont indécis et d’autres sont tentés par le vote blanc, cela n’est en rien anormal car la campagne présidentielle a été polluée par les affaires, les débats mal faits n’ont pas permis aux candidats de délivrer pleinement leurs programmes. Au lieu d’une campagne programme contre programme, nous avons un quatuor de tête qui est plus un vote par défaut que par conviction.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article