Un choix qui n’en est pas un

Publié le 24 Avril 2017

francetvinfo.fr dans son Direct et LeMonde.fr dans son Live Présidentielle nous montre ce lundi 24 avril que la bataille pour le second tour démarre.

 

Dimanche 23 avril, Emmanuel Macron (23,86%) et Marine Le Pen (21,43%) sont arrivés en tête du premier tour de l'élection présidentielle, selon les résultats du ministère de l'Intérieur remis à jour dans la nuit. François Fillon (19,91%), plombé par les affaires, et Jean-Luc Mélenchon (19,64%) suivent le duo de tête. Derrière, arrivent Benoît Hamon (6,35%), Nicolas Dupont-Aignan (4,73%), Jean Lassalle (1,21%), Philippe Poutou (1,10%), François Asselineau (0,92%), Nathalie Arthaud (0,65%) et Jacques Cheminade (0,18%). D'après les chiffres du ministère de l'intérieur, le taux de participation s'est établi à 78,69 %, contre 80,42 % lors du premier tour du scrutin présidentiel de 2012.

 

Si Benoit Hamon et François Fillon appellent à voter pour Emmanuel Macron au second tour tandis que Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) ont souligné l'importance de faire barrage au FN, les autres candidats éliminés ne font pas le même choix. Certains préfèrent différer leur prise de décision comme Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), quand d'autres expliquent qu'ils ne donneront pas de consigne de vote comme Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), et Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste).

 

Plusieurs centaines de jeunes "antifascistes" se sont rassemblés, dimanche soir, sur la place de la Bastille à Paris, pour protester contre le résultat du premier tour. Ce face-à-face tendu avec la police a fait deux blessés. Il y a aussi eu dégradation de vitrines d'agences bancaires et d’abribus et le renversement de poubelles. Le rassemblement de place de la Bastille promettait une "nuit des barricades". Les manifestants sont venus protester contre la mascarade que représente cette élection, car pour eux tous les principaux candidats, Macron, Fillon, Le Pen, ne sont là que pour perpétuer le règne de l'oligarchie qui confisque le pouvoir et vole les richesses au peuple. Ils n'ont aucune légitimité, il y a donc une crise de représentativité grave en France.

 

Le Parti socialiste et Les Républicains ont convoqué un bureau national dès lundi matin pour faire le point après ce premier tour de l'élection présidentielle. Alors que se tient ce matin un comité politique, les poids lourds du parti tirent à boulets rouges sur François Fillon, accusé d'avoir raté une campagne imperdable. Ensuite dans le Direct de L’Express.fr Le Foll a dit ce lundi souhaiter que le Premier ministre Bernard Cazeneuve conduise la campagne des élections législatives pour le PS, après avoir "fait battre le Front national" avec un score "le plus haut possible" pour Emmanuel Macron. Comme si le gouvernement n’était pas responsable de cette claque pour le PS. Pendant ce temps, on critique Mélenchon qui a refusé de donner une quelconque consigne de vote, estimant n'avoir "reçu aucun mandat" de la part de ses militants pour le faire. Il sollicitera donc les 450 000 personnes qui ont appuyé sa candidature dans un vote électronique, qui doit indiquer le comportement à adopter au second tour. Les résultats devraient être connus ce mardi.

 

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti Socialiste, a déclaré que son parti allait mener campagne contre le Front national, précisant notamment : «un tract sera publié à 4 millions d'exemplaires, des milliers de porte à porte et des centaines de réunions seront organisés». Il a conclu par une déclaration qui, compte tenu de la raclée électorale de la veille, pourra en faire sourire certains : «La bataille de France vient de débuter. Elle sera longue. Le PS y jouera tout son rôle et il sera à sa place: la première». Ça se fera sans moi.

 

Enfin, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, annonce que le bureau national du PS appelle, à l'unanimité, à voter pour le candidat d'En marche! Un choix peu difficile pour le PS qui n’a pas soutenu Benoît Hamon.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

M.W 26/04/2017 22:16

"nos désirs de liberté ne rentreront jamais dans leurs urnes."

Ca tombe bien car mes désirs de libertés ne rentreront jamais dans la tête des anar qui veulent instaurer une dictature de la majorité, une tyrannie du groupe où toute forme de pensée différente devra être criminalisée et bafoué. Vive la Liberté !

M.W 27/04/2017 12:08

A ça vu que la philosophie anarchiste est née au XIXème siècle, je me demande comment faisaient les méchants tyrans pour les persécuter avant ce siècle, ils devaient utiliser une machine à voyager dans le temps sans doute...

A ça, les anarchistes n'ont jamais oppressé qui que ce soit, noooon, en Espagne pendant la guerre civile et en Russie pendant la guerre, les études d'historiens ont montré qu'ils avaient massacré, torturé, assassiné, des gens qui avaient le tord de ne pas penser comme eux, à Barcelone, même avant la guerre civile, 3 000 personnes ont été liquidées par les anars qui les soupçonnaient de ne pas partager leur doctrine. Et ne parlons pas des assassinats commis contre les dirigeants mais aussi les juges, les policiers, les journalistes par les anarchistes ou les anarcho-communistes des années 1880-1890 ou 1960-1970. Ni du fait que des brochures anarchists du XIXème siècle disaient vouloir interdire les journaux non-révolutionnaires et exécuter leurs journalistes, que de braves amis de la liberté. Mais il est vrai qu'aux yeux de l'anarchiste le monde se divise en deux camps : les anarchistes qui sont les gentils, qui possèdent toutes les vertus, qui ne sont que désintéressés, qui se soucient du peuple et les non-anarchistes qui sont les méchants, qui possèdent tous les vices, qui sont intéressés, qui ne pensent qu'au fric et qu'au pouvoir etc ... Et moi c'est justement ce manichéisme, ce dogmatisme que je crains.
Mes études d'histoire m'ont montré que les dictatures ne naissent pas QUE de la volonté du fric et du pouvoir même si cette volonté est importante dans leur formation : elles naissent aussi du dogmatisme de ses fondateurs qui pensent être les seuls capables d'assurer le bien être des gens et qu'être contre eux signifie être un ennemi du bonheur du peuple.

paroissiens-progressistes 27/04/2017 11:21

Françoise,

Le refus de l'autorité voulue par les anarchistes peut difficilement aller si elle utilise la violence, c'est qui a marqué l'échec de la commune de Paris en 1871. D'ailleurs, sans pouvoir politique et soutien du peuple, les mouvements anarchistes ne pouvaient faire passer leurs idées. Le peuple ne désire par une transformation violente, il suffit de voir la Révolution russe où durant les élections le peuple a choisi les mencheviques plutôt que les bolcheviques qui prendront le pouvoir par un coup d'Etat.

Merci !

Françoise 27/04/2017 09:53

Pour cela que les anars ont été persécutés et massacrés tout au long de l'Histoire.
La tyrannie s'est toujours exercée contre les anar jamais l'inverse...

Françoise 24/04/2017 22:30

La peste et le choléra...le nombre d'abstentions va comme qui dirait monter en flèche ainsi que les votes blancs. Je vais reprendre l'excellente citation anar lue à Ambert il y a quelques jours sur les affiches des différents candidats, à la place de leurs visages (bravo à leurs auteurs): "nos désirs de liberté ne rentreront jamais dans leurs urnes."
Et puis un très beau texte de Nilda Fernandez en lien, qui résume bien la poursuite du combat:

https://nildafernandez.wordpress.com/2017/04/23/egaux-libres-et-fraternels/#comments

paroissiens-progressistes 29/04/2017 11:18

M.W,

Le peuple sert souvent à désigner l'ensemble des citoyens, mais j'aime bien l'origine du mot latin populus qui dérive du peuplier, car ils étaient nombreux à Rome, cela représentait la foule dense. Le peuple c'est en gros tous les habitants d'un pays, mais l'utilisation du mot sert surtout une vision politique que l'on soit de gauche ou de droite. Après tout pour moi, le peuple c'est des citoyens qui sont capable de mettre leurs idées en commun, de se débrouiller et d'être libre quelles que soit leurs idées politiques.

Merci !

M.W 27/04/2017 11:57

Mais qu'est-ce que le peuple, Taï ? Qu'est-ce que le peuple ?

paroissiens-progressistes 27/04/2017 11:12

M.W,

Malheureusement le consensus sur des idées communes permettant d'avoir plus de droits et une meilleurs vie n'existe plus et c'est souvent le peuple qui en paye le prix.

Merci !

M.W 26/04/2017 23:50

C'est ce que font toujours les gens cher Taï, suivre comme des moutons ou bien le chef ou bien le groupe ou bien l'idéologie.

paroissiens-progressistes 26/04/2017 22:52

Françoise,

Ce choix c'est les politiques faites depuis au moins 30 ans qui nous y ont menés, et nous avons été les moutons qui ont suivis sagement notre berger vers la crevasse.

Merci !

M.W 24/04/2017 14:33

Franchement c'est triste à dire mais j'ai plus d intérêt à ce que Lepen passe que Macron. Mais he ne voterai pas Lepen au second tour en fait je pense voter blanc.

Mais j avoue ne pas comprendre les français. Ils se disent hostiles aux banques et au capitalisme le plus dure et au pouvoir de Bruxelles et il vote pour le candidat qui soutient le plus les banques le capitalisme dure et Bruxelles. De Gaulle avait raison les français sont des veaux.

PS pourquoi avez vous mis des guillemets à à antifasciste.

paroissiens-progressistes 24/04/2017 17:17

M.W,

Les guillemets se trouvaient dans l'article de francetvinfo.fr que j'ai utilisé.

Merci !