Contre Le Pen, les catholiques se mobilisent

Publié le 2 Mai 2017

Jérôme Cordelier nous montre dans son article dans LePoint.fr du lundi 1er mai 2017 que plusieurs grandes associations et personnalités de la société civile multiplient les initiatives contre "la tentation du repli sur soi".

 

Voilà une mobilisation qui pèse lourd. Plus lourd que la Manif pour tous ! L'organisation hostile au mariage gay, pour la première fois dans son histoire, a donné une consigne de vote, appelant ses militants à se prononcer contre Emmanuel Macron – et donc favorisant Marine Le Pen – au nom de la défense de la famille. Cette fois, ce sont les plus grandes associations, fondations et mouvements catholiques – dont le Secours catholique-Caritas France, Les Apprentis d'Auteuil, Entrepreneurs et dirigeants chrétiens, CCFD-Terre Solidaire, Ordre de Malte... – qui montent au créneau pour défendre une position radicalement opposée. Dans un texte intitulé «Transformons la clameur du monde en espérance», ces organisations, parmi les plus engagées sur le front social en France, sans citer précisément un nom de candidat, indiquent clairement quelle option elles soutiennent.

 

«L'autre est un don, soulignait le pape François lors de son dernier message de Carême, écrivent les signataires. Comme nous l'avions rappelé avant le premier tour de l'élection, nous pensons que les solutions aux problèmes auxquels notre société est confrontée se trouvent dans l'ouverture, le dialogue et la participation de chacun de nous pour construire ensemble une France et une Europe plus ouvertes et plus justes dans un monde de droit et de dignité.» Et les associations chrétiennes d'affirmer : «À l'heure de faire un choix entre deux visions de la société, ne cédons pas à la tentation du repli sur soi, refusons de laisser instrumentaliser l'Évangile, recentrons le débat sur les vrais sujets et transformons la clameur du monde qui nous entoure en espérance. Réaffirmons notre foi en l'autre, tout homme et tout l'homme, et en nos capacités à construire notre destin commun.»

 

Les jésuites aussi se mobilisent. Études, première revue intellectuelle de France par le nombre de ses lecteurs, a signé le texte du Secours catholique. Et le Ceras, le mouvement ignacien d'action sociale, qui fut à l'origine il y a quelques mois de la brochure «Face au Front national : écouter, comprendre et agir» signée par la plupart des associations précédentes et diffusée par La Croix, publie un texte très charpenté sur le sujet. «La méditation de l'Évangile et l'attention à l'enseignement de l'Église nous interdisent de soutenir le Front national par notre vote, ni même par l'abstention», écrit le Ceras. Lequel désigne nommément l'ennemi : «Le Front national, porteur depuis ses origines d'une contestation des institutions mêmes de la démocratie, rend possible une dérive totalitaire. C'est le premier risque à prendre en compte : que pourrons-nous défendre de nos visions sociales et sociétales si le débat et les instances démocratiques sont mis à mal ? Si la liberté pour les associations de manifester leur solidarité avec des personnes en détresse [migrants par exemple] est restreinte, voire supprimée ? S'il faut dissimuler tout signe d'appartenance religieuse dans l'espace public ?»

 

Aux catholiques qui, par action ou par omission, seraient tentés de favoriser l'extrême droite, les jésuites rappellent que «tous les papes, depuis Jean XXIII, ont répété avec force que le refus de l'étranger est incompatible avec la fidélité à l'Évangile. La dignité d'une personne humaine, cœur de la doctrine sociale de l'Église, ne dépend pas de sa nationalité, de sa religion, de son statut juridique ni de la couleur de sa peau». Conclusion, au nom de la doctrine sociale de l'Église : «L'espérance qu'offre la foi chrétienne nous invite à l'ouverture, non au repli.»

 

Par ailleurs, une pétition lancée en ligne par des catholiques a recueilli en quelques heures plus de 1000 signatures, de la part de nombreuses personnalités engagées dans tous les domaines de la société civile. «Il y a urgence !» s'exclament les signataires. «À notre tour, nous, qui sommes également chrétiens, souhaitons énoncer les raisons qui nous conduiront à voter Emmanuel Macron le 7 mai prochain», poursuivent-ils, assurant notamment que «les solutions que propose Marine Le Pen sont dangereuses et néfastes pour ceux-là mêmes qu'elle dit vouloir défendre».

 

Enfin comme nous le montre LeMonde.fr ce mardi 2 avril dans «"La Croix" choisit Emmanuel Macron», nous montre que le journal La Croix a exprimé mardi son soutien à Emmanuel Macron, soulignant que "face à ce qui risque d'advenir avec Marine Le Pen, l'abstention ne suffit pas". "Notre journal n'a pas coutume d'exprimer une préférence parmi les candidats à une élection, souligne l'éditorial du quotidien catholique intitulé "Notre choix". Cette règle n'a connu qu'une exception, en 2002, lorsque les Français eurent à choisir entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen."

 

La hiérarchie catholique est prise entre deux feux et elle n’a pas donné de consigne de vote pour Emmanuel Macron car beaucoup de catholiques refusent de le soutenir. C’est pour cela qu’une dizaine d’évêques catholiques se sont exprimés en faveur d’un vote barrage contre le FN comme Mgr Marc Stenger, à Troyes, Mgr Pierre d’Ornellas, à Rennes, Mgr Christophe Dufour, à Aix, Mgr Pascal Wintzer, à Poitiers, Mgr Denis Moutel, à Saint-Brieuc, Mgr Dominique Lebrun, à Rouen, Mgr Jean-Paul Jaeger, à Arras, et Mgr Dominique Rey, à Toulon, sans toutefois citer le nom d’Emmanuel Macron. Mgr Jacques Blaquart, à Orléans est le seul à l’avoir fait. Difficile de se mettre en marche.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

M.W 02/05/2017 23:03

QUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII????????????????????????????? Dix évêques ? l'Ordre de Malte ? les jésuites ? Mais c'est quoi que ces atteintes à la laïcité ??????????????

Bordel on est laïc je vous rappel. L A I C, les curetons n'ont pas à influencer de la sorte le vote des électeurs, c'est antilaïc, cela va à l'encontre de la loi de 1905 . J'espère que Henri Pena-Ruiz et consorts s'empresseront de monter à la tribune pour dénoncer ces odieuses atteintes à la laïcité. Non mais, des religieux qui se permettent de donner des consignes de vote ?????? on se croirait revenu sous l'Ancien Régime. Vite, il faut que le PMF prenne le pouvoir de toute urgence ! lui saura, j'en suis sûre, faire respecter une laïcité stricte et véritable.