Fatima : Vous êtes un "trésor précieux de l’Église !", lance le pape aux malades

Publié le 13 Mai 2017

Fatima : Vous êtes un "trésor précieux de l’Église !", lance le pape aux malades

Aymeric Pourbaix dans son article pour I.MEDIA, avec Ecclesia, depuis Fatima nous montre que bénissant les malades sous les arcades de la basilique Notre-Dame-du-Rosaire à Fatima, à l’issue de la messe de canonisation des deux bergers François et Jacinthe Marto, le 13 mai 2017, le pape François les a exhorté à considérer leur existence comme un don et un “trésor précieux de l’Église”.

 

“Jésus sait ce que signifie la souffrance”, a affirmé le Souverain pontife aux malades, venus en pèlerinage à Fatima le 13 mai. Adressant la parole, après l’exposition du Saint-Sacrement, aux enfants et aux adultes, nombreux en fauteuil roulant, accompagnés des hospitaliers du sanctuaire, il leur a dit que Jésus “nous comprend, il nous console, et il nous donne la force”, comme il l’a fait pour les saints François et Jacinthe Marto. “Voilà le mystère de l’Église”, s’est exclamé le pape.

 

Aujourd’hui, a poursuivi le pape, “la Vierge Marie nous répète à tous la question qu’elle a posée, il y a cent ans, aux pastoureaux : ‘Voulez-vous vous offrir à Dieu ?’. À leur exemple, le pontife a demandé aux malades de vivre leur existence comme un don, de s’offrir à Dieu de tout leur cœur par l’intermédiaire de la Vierge Marie. “Ne vous considérez pas seulement comme des bénéficiaires de la solidarité caritative”, a-t-il encore insisté, “mais sentez-vous pleinement participants de la vie et de la mission de l’Église”.

 

Pour le pape François, la présence silencieuse et la prière des malades est plus éloquente que beaucoup de paroles. Il leur a alors demandé très concrètement l’offrande quotidienne de leurs souffrances unies à celles de Jésus crucifié pour le salut du monde, “l’acceptation patiente et même joyeuse” de leur condition. Il y a là, pour le pontife, une ressource spirituelle et un patrimoine pour tous les chrétiens. Acceptation patiente et joyeuse ? Les malades qui vont à Fatima attendent surtout une guérison miraculeuse plutôt que d’accepter leur maladie dans la joie et la patience.

 

“N’ayez pas honte d’être un trésor précieux de l’Église !”, leur a-t-il encore lancé. Le pape François s’est ensuite dirigé vers les malades en portant en procession le Saint-Sacrement. À la fin de la cérémonie, la statue de la Vierge de Fatima a été portée au-milieu de la foule, saluée par des mouchoirs blancs, selon la tradition, y compris par le pape.

 

À la fin de la cérémonie, l’évêque de Leiria-Fatima a salué la “voix prophétique” du pontife et l’a vivement remercié pour sa visite à la Cova da Iria, lieu-dit où les petits bergers de Fatima gardaient leur troupeau. Mgr António Marto a souligné que “tout le monde a les yeux fixés sur le pape François comme une voix prophétique clairement audible sur la scène mondiale pleine de dangers et de peurs, une voix capable d’abattre les murs de séparation, de construire des ponts de rencontre entre les hommes et les peuples, d’être la voix de sans voix”.

 

Le vice-président de la Conférence épiscopale du Portugal a voulu exprimer au pape François l’affection de tout le peuple catholique du pays. “Merci pour votre témoignage, Saint-Père, qui nous touche si profondément”, a-t-il ajouté. Il a encore dit son “immense joie” d’avoir pu compter sur la présence du pape à Fatima comme un “pèlerin parmi les pèlerins” venus de partout dans le monde pour ce premier pèlerinage international du centenaire des apparitions mariales.

 

Après la messe qui a réuni 500 000 personnes, selon les organisateurs, le pape a déjeuné avec les évêques portugais, avant de reprendre le chemin de la base aérienne de Monte Real, et de regagner le Vatican en fin de journée.

 

Un voyage à Fatima où le message s’est surtout porté sur la paix mais il ne va pas aider l’Église portugaise à sortir de son pré carré pour aller vers ceux qui ont besoin d’elle.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 16/05/2017 09:04

Quand tu sais que le diocèse, donc l'épiscopat portugais, est propriétaire des terrains depuis 1921 et que le souci de l'évêque nommé à l'époque était d'en faire un Lourdes bis (il avait découvert une source sur le terrain qu'il a aussi mise à profit et fait près de 20 allers retours entre Fatima et Lourdes pour prendre des notes sur la politique à tenir), on comprend que F1 parle de trésor pour l'Eglise. Fatima c'est un peu Lourdes mais appartenant au clergé directement.
Donc il faut entretenir le patrimoine, donc aussi la légende. Ca rapporte et en plus, ça soude et fait oublier que F1 a soutenu un prêtre pédophile et a tenté d'influencer les juges en Argentine...
Quand l'institution vacille, rien ne vaut un petit coup de Fatima ou de Lourdes pour repartir de plus belle. On l'a vu chez nous avec l'épiscopat français qui se réunit à Lourdes après les révélations de pédophilie dans différents diocèses. Et là, avec Fatima, on voit que c'est la même stratégie qui est utilisée.

paroissiens-progressistes 16/05/2017 11:40

Françoise,

Tout les régimes vacillant utilisent la religion pour repartir du bon pied et les exemples sont nombreux comme durant l'Antiquité. La stratégie employée à Fatima est surtout symbolique, comme si l'Eglise montrait qu'elle avait un partenariat avec la Vierge Marie. Mais ils ne se mettent pas dans la ligne du Magnificat qu'elle a prononcé : Sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides." C'est un oubli très souvent démontré.

Merci !

M.W 13/05/2017 21:22

Vous ne me répondez plus Taïus ?

M.W 14/05/2017 22:31

Ouf, j'ai eu peur de vous avoir offensé sans le vouloir

Par contre je rompe toute discussion avec le PMF qui m'a épuisé

paroissiens-progressistes 14/05/2017 17:47

M.W,

J'étais occupé, c'est pour cela que je n'ai pas pu vous répondre.

Merci !