L'ascension : un symbole pour la communauté chrétienne naissante

Publié le 25 Mai 2017

L'ascension : un symbole pour la communauté chrétienne naissante
En ce jeudi de l'ascension nous allons voir aujourd'hui ce qu'a pu signifier l'ascension de Jésus. Tout d'abord expliquons ce que c'est. Le récit présente l'élévation de Jésus au ciel par sa propre puissance en présence de ses disciples le quarantième jour après sa résurrection. Il est rapporté dans Marc 16,19Luc 24:51, et dans le premier chapitre des Actes des Apôtres (John J. WynneFeast of the Ascension, The Catholic Encyclopedia, Robert Appleton Company, New York, 1907).
 
 
Bien que le lieu de l'ascension ne soit pas clairement décrit, il semble qu'elle était sur ​​le mont des Oliviers si l'on suit Les Actes des apôtresMathieu ne mentionne pas expressément l'ascension (28,16-20), mais décrit une réunion d'adieu de Jésus avec ses disciples en Galilée, où Pierre et ses compagnons reçoivent leur mission d'aller dans le monde annoncer la «Bonne nouvelle»Marc décrit brièvement l'ascension à la fin de son évangile (16,14-20). Il dit simplement que Jésus a été «élevé au ciel» et «assis à la droite de Dieu.» Luc, dans son évangile (24,50-53), nous décrit une belle image de Jésus avec les mains levées pour bénir ses disciples au moment de son départ (Vincent RyanPascual : Fiesta del señor, Paulinas, Madrid, 1987, pp. 58-6).
 
 
Le langage utilisé par les évangélistes pour décrire l'ascension doit être interprétée en fonction de son utilisation. Pour dire qu'il a été soulevé ou élevé, cela ne signifie pas nécessairement qu'il est localisé dans le ciel directement au-dessus de la terre; de la même manière que les mots «assis à la droite de Dieu» signifie seulement que ce qui est sa véritable position. Lorsque qu'il disparait de leur vue on nous dit simplement qu'«une nuée le déroba à leurs yeux» (Actes 1,9), et dans la gloire il demeure avec le Père dans l'honneur et la puissance comme le note l'expression de l'écriture (John J. WynneFeast of the Ascension, The Catholic Encyclopedia, Robert Appleton Company, New York, 1907 et P BenoitL'Ascension, en RB 56 (1949) 1~1-203; E. SchillebeeckxAscension and Pentecost, Worship 35 (1960-1961) 336ss; J A. FitzmeyerThe Ascension of Christ and Pentecost, en 'ThSt 45 (1984) 409440; et G. LohfinkDie Himmelf~hrt Jesu, Múnich 1971; Y. SzaxerAscensión, en DPAC, 1, 239-240).
 
 
Le récit de Luc dans son évangile et dans les Actes est essentiellement symbolique, comme d'autres récits évangéliques, dont certains contiennent des éléments historiques dans une mesure plus ou moins grande et d'autres, comme celui-ci, n'ont pratiquement pas de données factuelles, à l'exception des expériences des disciples de Jésus, qui après un certain temps, cessèrent. Suivant cette manière de faire, L'évangile de Marc nous montre juste que Jésus a quitté ses disciples pour monter au ciel. L'ascension ferme la période des apparitions; elle ne décrit pas la première entrée de Jésus dans la gloire divine, mais plutôt un dernier exemple qui se termine sa manifestation sur la terre (Xavier Léon DufourVocabulaire de théologie biblique, 1970 et Federico Pastorhttp://www.mercaba.org/DJN/A/ascension.htm).
 
 
Dans Actes 1,6-11Luc essaie de dire à ses lecteurs que Jésus ressuscité ne signifie pas que l' histoire a pris fin et que la venue de Jésus dans la gloire est imminente. En revanche, Pâque signifie que Dieu crée un espace et un temps pour que l'Église à se développe, à partir de Jérusalem, la Judée et la Samarie, jusqu'aux extrémités de la terre. Donc, les communautés chrétiennes ne doivent pas rester là à regarder le ciel. Jésus reviendra. Quand ? C'est réservé à la délivrance divine. La tâche des disciples est de devenir aujourd'hui dans le monde l'Église naissante (Leonardo Boffhttp://www.mercaba.org/FICHAS/JESUS/que_significa_que_cristo_subio_a.htm).
 
 
Poussons plus loin, Matthieu dans son récit ne parle pas d'une montée de Jésus au ciel en mais plutôt d'une apparition sur une montagne en Galilée où Jésus met en avant l'inauguration du Royaume des cieux qui a déjà commencé (Xavier Léon DufourVocabulaire de théologie biblique, 1970). Cela peut concorder avec l'image d'un Jésus ressuscité qui aurait alors vécu dans la clandestinité ne faisant que quelques apparitions à ses disciples, et si l'on suit Paul (1 Corinthiens 15,3-8) ces apparitions eurent lieu sur plusieurs années. Actes 1,3 nous montre que Jésus avait entretenu ses disciples du Royaume de Dieu, et donc qu'il a organisé sa communauté durant cette période. Le récit de Matthieu semble donc correspondre à un mouvement vivant dans la clandestinité puisque Jésus a donné rendez-vous à ses disciples dans un lieu qu'ils connaissent.
 
 
Les récits de Marc et Luc dégagent une symbolique pour les communautés chrétienne afin d'attendre le retour de Jésus et pour organiser l'Église naissante, mais le récit de Matthieu semble plus authentique du fait que Jésus et ses disciples semblent privilégier la clandestinité pour faire survivre le mouvement alors qu'une ascension au mont des Oliviers est peu crédible puisqu'un regroupement de plusieurs personnes aurait été surveillé de près par les Romains voir très vite prié de se retirer ou purement et simplement massacré vu que Ponce Pilate était connu pour ses méthodes expéditives.
 
 
Merci et bonne fête de l'ascension !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article