La gauche se réveille malgré la direction du PS

Publié le 11 Mai 2017

LeMonde.fr dans le Live Présidentielle 2017, francetvinfo.fr dans et L’OBS dans Le réveil politique nous montre jeudi 11 mai 2017 nous montre que Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu'il serait candidat aux législatives à Marseille, dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône face au socialiste Patrick Mennucci, qui n'a pas bien accueilli la nouvelle et le député socialiste marseillais lui reproche de s'être présenté dans une circonscription acquise à la gauche, où le FN ne menace pas. Les tractations entre le PCF et La France insoumise n'ont – pour l'heure – pas abouti aux résultats espérés par Pierre Laurent, le sénateur de Paris a plaidé ce jeudi sur France Inter pour une poursuite des négociations.

 

Manuel Valls est convoqué devant la commission des conflits du PS en vue d’une éventuelle exclusion. La République en marche a par ailleurs affirmé hier que "pour l'heure", sa candidature aux législatives sous la bannière de la majorité présidentielle ne pouvait être retenue. Tandis que la direction du PS va droit dans le mur puisque Bernard Cazeneuve a lancé mercredi au Mans la bataille des législatives, en affirmant qu'il était impossible pour le PS de partir au combat "en disant 'nous sommes dans l'opposition'" et souhaite d'apporter son concours et sa contribution à Emmanuel Macron. Ce que Stéphane Le Foll a confirmé en disant ce matin à RMC que la priorité du Parti socialiste était la réussite du quinquennat d'Emmanuel Macron. Consternant.

 

Ce souhait n’est pas partagé par ceux qui veulent refonder le PS. Benoît Hamon va lancer son mouvement au mois de juillet mais sans quitter le PS, afin de continuer à défendre les idées avancées pendant la présidentielle. Et après la présidentielle, la lune de miel entre l'écologiste Yannick Jadot et Benoît Hamon se poursuit. Le premier vient d'annoncer qu'il rejoignait le mouvement transpartisan du second. "C'est la poursuite de notre plateforme, c'est ce qu'on a décidé ensemble", a-t-il expliqué sur LCI.

 

Tandis qu’Anne Hidalgo, Martine Aubry et Christiane Taubira sont sorties de leur silence. Les maires socialistes de Paris et de Lille, et l'ex-Garde des Sceaux, lancent avec des intellectuels et des artistes "Dès demain", un "mouvement d'innovation" ouvert à "tous les humanistes qui croient encore en l'action". Dans une tribune publiée dans "Le Monde", les quelque 160 signataires appellent leurs concitoyens à un "sursaut", en annonçant le lancement de ce "grand mouvement d'innovation pour une démocratie européenne, écologique et sociale". "Dès Demain", "ça n'est pas un parti, ça n'est pas un courant", a assuré Anne Hidalgo. Signataire de cette tribune, Benoît Hamon a avancé lui aussi ses pions comme nous avons pu le voir plus haut.

 

Enfin, le Direct de Libération.fr nous montre que La pétition en ligne «Loi travail : non merci», lancée l'année dernière par la militante Caroline De Haas et qui avait récolté plus d'un million de signatures, vient d'être relancée sur un site dédié, loitravail.lol. Les initiateurs appellent le président nouvellement élu Emmanuel Macron à renoncer réformer le code du travail par ordonnances. L'opposition reprend de plus belle et c'est une bonne chose.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 16/05/2017 09:37

J'ai bien sûr repris la lutte contre la loi Travail. Mais tu devais t'en douter.
Et je ne sais pas si tu as vu que le MEDEF vient de dézinguer la loi Sapin 2 sur les lobbys.
Et que l'emprise des puissances d'argent sur les médias se poursuit encore plus, c'était prévisible.
On est déjà à plus de 90% des médias sous la coupe d'intérêts privés de milliardaires, la liberté de la presse est en passe de disparaître.