Un second tout sauf surprenant

Publié le 7 Mai 2017

Le second tour m’était connu dès 18 h 30 grâce la Belgique avec un résultat tout sauf surprenant puisque Macron avait gagné largement dans un score allant entre 62 et 65 %. À 20h, TF1 nous livre les résultats définitifs Emmanuel Macron a obtenu 65,5 % (21 millions de voix) contre Marine Le Pen avec 34,5 % de voix (11 millions de voix). Ne voulant voter ni pour l’un, ni pour l’autre, j’ai voté blanc et je n’aurais rien à regretter plus tard. L’abstention est un record au second tour d’une présidentielle avec 25,3 %. 4,2 millions d’électeurs ont choisi le vote blanc et nul (soit 8,8% des inscrits), ce qui constitue un nouveau record. C’est un choix sans enthousiasme pour Macron qui devient le plus jeune président de France avec 39 ans.

 

Un mauvais signal vient des félicitations la première ministre britannique Theresa May, du porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, et du président la Commission européenne qui est heureux de cette élection puisque les réformes structurelles que le Conseil européen demande à la France depuis plusieurs années se retrouvent dans le programme d’Emmanuel Macron. Enfin le PS, juge le résultat de Macron peu satisfaisant, et LR pour qui l'heure n'est ni à la démission ni à la compromission, mettent Macron en garde. Le PRG, les soit disant réformistes du PS, Malek Boutih, Manuel Valls et Stéphane Le Foll vont déjà la soupe comme Bruno Lemaire.

 

Macron dans son premier discours s’est fait humble et rassembleur tout en essayant de donner des gages à ses opposants mais a lu son discours sur prompteur, ce qui s’avère décevant. Il ne va pas attendre longtemps pour être dans le bain puisque Marine Le Pen se lance déjà dans la bataille des législatives et veut une transformation de son mouvement afin de constituer une nouvelle force politique. Jean-Luc Mélenchon se tourne lui aussi vers les législatives et appelle à la résistance face au pouvoir des riches et des haineux. Pierre Laurent du PCF appelle à une mobilisation pour les législatives, tandis que Benoît Hamon souhaite un maximum de candidatures d'union de la gauche pour les législatives.

 

Enfin dans sa page twitter EELV dit une chose intéressante que «Le nombre élevé de votes blancs et nuls montre l'insatisfaction d'une grande partie de l'électorat» et qu’ «Élu par rejet et non sur son projet, Emmanuel Macron n'a pas mandat pour mener la politique qu'il prétend mener.»

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article