Vitus Huonder restera l'évêque de Coire encore deux ans

Publié le 4 Mai 2017

swissinfo.ch dans son article du jeudi 4 avril 2017 nous montre que l'évêque de Coire Vitus Huonder restera encore deux ans en poste. Le pape François a accepté la démission du prélat pour Pâques 2019 seulement, a annoncé jeudi l'évêché de Coire.

 

L'évêque, contesté pour ses positions ultraconservatrices, avait présenté sa démission le 21 avril dernier, à l'occasion de son 75e anniversaire. Le souverain pontife a entre temps décidé de la lui accorder pour Pâques 2019. "Nous avons pris connaissance de la décision et naturellement nous la respectons", a indiqué jeudi la Conférence des évêques suisses dans un communiqué succinct.

 

Le prédécesseur de Vitus Huonder, Amédée Grab, avait également dû attendre deux ans avant que le pape Benoît XVI n'accepte sa démission. Dans une lettre à tous les collaborateurs de l'évêché, Vitus Huonder se dit "touché et empli d'une grande gratitude" par la marque de confiance du pape. Le pape François "mise sur la continuité pour notre évêché", estime le prélat. L'évêque entend engager toutes ses forces "pour le salut des âmes et le bien de l'Église de Coire".

 

Le Grison Vitus Huonder a été nommé à la tête de l'évêché en juillet 2007 par le chapitre de la cathédrale parmi trois candidats proposé par Rome. Il avait été intronisé en septembre à l'abbaye d'Einsiedeln (SZ). Vitus Huonder avait notamment fait carrière à l'évêché de Coire sous l'évêque Wolfgang Haas, aujourd'hui archevêque du Liechtenstein. Pendant ses dix ans de fonction, il n'a pas réussi à réunir les catholiques du diocèse sur une même ligne. Au contraire, ses opinions radicales principalement sur la famille et la sexualité lui ont valu d'un côté des applaudissements de la part des fidèles conservateurs. Mais de l'autre, elles lui ont valu des critiques acérées des plus progressistes.

 

La succession de l'évêque est réglée par le décret "Etsi salva" de 1948. À Coire, le chapitre de la cathédrale, composé de 24 membres, choisit le nouvel évêque parmi trois candidats proposés par Rome. Une pétition remise en début d'année au nonce apostolique en Suisse, demande toutefois qu'un administrateur soit mis en place le temps d'apaiser la situation dans le diocèse. Le nonce, Thomas Gullickson, avait aussitôt rejeté l'idée.

 

En 2007, lors de la nomination de Vitus Huonder, le processus de sélection et le fait que le chapitre de la cathédrale n'ait pas son mot à dire dans la sélection des trois candidats, avait été montré du doigt. Parmi les trois noms proposés, seul Vitus Huonder était éligible, car les deux autres n'avaient aucun lien avec le diocèse, avait-on alors critiqué.

 

Une mauvais nouvelle pour le diocèse de Coire alors que Vitus Huonder réduit son opposition à 10 à 20 personnes, alors que ce sont plus de 340 agents pastoraux soutenus par plus de 180 sympathisants qui demandent un dialogue sincère plutôt que la moquerie. Dommage qu’un administrateur n’a pas été mis en place plutôt que de continuer ainsi.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article

M.W 05/05/2017 10:06

PS que pensez-vous de ce texte que j'ai posté sur l'article de vos 39 ans ?

Je ne vise pas spécialement le PMF mais 98% des militants et sympathisants. Les militants et les sympathisants d'un mouvement politique qui partent du principe que seul leur mouvement est le bon, le plus beau, le plus pure, le plus à même d'améliorer les conditions de vie de la population, l'ami du peuple, composés de gentils désintéressés motivés uniquement par leur conviction et que les mouvements des autres sont mauvais, impures, laids, ennemis du peuple, composés de méchants intéressés uniquement par le fric et le pouvoir. Cette vision ultra-binaire des choses, au moins 98 % des militants et des sympathisants l'ont, bien entendu, c'est très marquée au PMF mais on peut dire la même chose de tout les mouvements politiques, les monarchistes y compris.


Vous savez, Taïus, dans ma vie de tout les jours je ne dis plus mes opinions politiques vous savez pourquoi ? Parce que la plupart des gens sont complètements intolérants, persuadés de détenir la vérité et incapable d'admettre qu'on puisse avoir une opinion différente, pour eux, être dans leur camps signifie être intelligent, censé, éclairé, éveille, ami et défenseur du peuple, en un mot, le Gentil et être dans un autre camps signifie être stupide, insensé, aveuglé, ennemi du peuple, en un mot, le Méchant ou un parfait crétin endoctriné. Au moins 98 % des individus sont dans cette rhétorique. en politique. Bien entendu, personne ne l'avoue, tout le monde prétend être pour la tolérance, le pluralisme, l'ouverture aux autres, le respect du droit de chacun a avoir son opinion mais c'est faux, il suffit de parler 5 minutes avec ces gens pour se rendre compte que la majorité est persuadée de détenir la vérité et ne comprend pas qu'on puisse avoir des opinions différentes, en analysant leurs propos, leur ton et même en regardant leurs pitits yeux, on se rend compte qu'ils ne supportent pas le pluralisme des opinions et rêvent d'un monde où la pensée serait homogène dans leur sens. Enfin, pas totalement homogène, ils accepteraient des différences et des nuances mais assez peu, en somme, car ces différences devront forcément être semblables à un très gros bloc. Sans doute le PMF acceptera un minimum de différence mais les mouvements diverses se ressembleront tellement que les différences seront pratiquement au point que les différences, sans être inexistantes, seront minimes. Hélas, parfois même les différences minimes ne seront pas tolérées, regardez les diverses mouvements communismes autoritaires que ce soit le stalinisme, le castrisme, le maoïsme, le titisme etc .... tous ont de très fortes ressemblances mais aussi des différences, celles-ci peuvent être minimes et s'arc-boutés sur tel ou tel point au point qu'on peut trouver des terrains d'ententes et pourtant... le staliniens conspuent les autres, les maoïstes conspuent les autres, les titistes conspuent les autres etc ... Bien entendu, ces antagonismes ne viennent pas que de l'idéologie mais aussi d'autres facteurs mais ces différences sont bien là. De même dans les courants très autoritaires d'extrême-droite que ce soit le nazisme, le fascisme, le franquisme, le salazarisme, l'intégralisme brésilien, on trouve de très très fortes ressemblances mais aussi des différences et alors... ces mouvements peines à s'entendre entre eux à cause des différences : les nazis méprisaient les autres, les fascistes méprisaient lles autres, les intégralistes méprisaient les autres... quand bien même ils s'en inspiraient...


Certes, ces mouvements issus d'un même bloc peuvent s'allier en vu de mener un combat en commun mais le soucis c'est qu'une fois le combat gagné-ou perdu-ls antagonismes reprennent le dessus, chacun se met à dire que sa vision est la bonne, la meilleure et que les autres on tord et sont des faux-nez des méchants.


Je n'en veux pas aux individus d'avoir une telle pensée : le plus souvent c'est inconscient, ils sont tellement persuadé d'être dans le camps du Bien qu'ils ne comprennent pas qu'ils sont eux-mêmes intolérants. De plus ces gens ne sont pas méchants ou mauvais : ils ont rallié cette opinion par intérêt, certes, mais aussi parce que, pour de nombreuses raisons, ils sont persuadés que cette opinion rendra le monde meilleur, mais, cette pensée les pousse, inconsciemment, à voir toute pensée différente comme un ennemi au bonheur du monde et qu'il est légitime de l'annihiler, ils sont persuadés que cette opinion est le Bien et qu'elle ne peut que répandre le Bien tandis que les opinions de leurs adversaires sont le Mal et ne peuvent que répandre le Mal. Voyez-vous l'attitude des gens quand vous leur parlez des exactions commises au nom de leurs idées et des exactions commises au nom des idées de leurs adversaires ? Dans le premier cas, ils excusent, nient, parlent du contexte ou affirment que leur idée a été détournée, dans le second cas, ils vilipendent, exagèrent, refusent le contexte, affirment que c'est la preuve que ces idées sont mauvaises. En gros c'est la rhétorique "on a tué au nom des idées de mes adversaires ? C'est la preuve q'elles sont mauvaises. On a tué au nom de mes idées ? C'est qu'on y a rien compris ou il y a le contexte ou c'est pas vrai".


Dernière chose, vous vous souvenez quand je vous ai dit que je n'aimais pas quand Françoise me dit que si j'ai telle ou telle idée c'est parce que je suis un jeune bourré d'illusion n'est-ce pas ? Si je n'aime pas cela c'est pour deux raisons.


La première c'est que tout le monde me la sort celle là à commencé par les racistes de mon entourage qui affirment que, si je ne suis pas raciste, c'est parce que je suis un jeune bourré d'illusions qui ne comprend rien à la vie. En fait, tout les camps me sorte cette pensée quand ils pensent que je ne suis pas d'accord avec eux, ça arrive souvent. En fait, les gens de droite pensent que je suis de gauche, les gens de gauche pensent que je suis de droite, les nationalistes pensent que je suis marxistes, les marxistes pensent que je suis nationalistes, les pro-immigrés pensent que je suis anti-immigrés, les anti-immigrés pensent que je suis pro-immigré, les pro-israéliens pensent que je suis pro-palestiniens. Et tous disent que si je ne suis pas de leur avis c'est parce que je suis un jeune bourré d'illusion. Ce qui est drôle c'est que quand un jeune-parfois même un jeune plus jeune que moi- leur dit qu'il est d'accord avec eux, ils ne lui disent pas qu'il est jeune et plein d'illusions. Au contraire, ils le félicitent et disent que c'est très bien un jeune qui réfléchit et raisonne. En fait, le problème est que ces gens ressentent un sentiment d'hostilité pour toute forme de pensée différente et, quand ils me disent que je suis un jeune pleins d'illusions, ils cherchent ne fait à trouver un prétexte pour justifier ce sentiment. La deuxième raison est que c'est méchant de penser que mes idées se résument à mon âge, c'est niés que je suis capable de réfléchir et de penser et que mes idées me viennent d'une mûre réflexion. Après tout, je pourrai aussi nier que sa pensée vient de ses expériences de vie et de ses réflexions et qu'elle pense ainsi car c'est qu'une vieille aigrie, ce serait méchant et réduire un être humain à une seule facette, ce que je refuse.


Dernière chose-cette fois c'est bon- je ne l'ai pas dit à Françoise mais il y a quelques mois quand j'ai employé le terme ochlocratie, elle m'a signalé que les mots avaient un sens, je trouve hypocrite une telle leçon de sa part, elle qui détourne les mots totalitarisme, intégrisme, féodalisme pour les tourner à sa sauce.


Voilà, je suis désolé de ce long pavé -sans doute pleins de faute d'orthographes, il est tard, je commence à fatiguer. Allez Taïus, que tous les dieux de l'Univers vous accompagne, j'espère que ma réflexion vous enrichira.