Le Vatican lance un nouveau site Web pour inclure les jeunes dans le prochain Synode des évêques

Publié le 15 Juin 2017

Cameron Doody et l’agence d’information argentine Telam nous montrent dans leur article du mercredi 14 juin 2017 que le pape François est convaincu que les jeunes sont l'avenir de l'Église. Ainsi, il a appelé à un Synode 2018 qui marquera les lignes d'action pour les aider à «trouver leur projet de vie et le réaliser avec joie». Et pour obtenir leur point de vue, le Secrétariat général du Synode annonce la sortie d'un nouveau site Web où ils peuvent remplir un questionnaire et aider à construire l'avenir de l’Église.

 

Depuis mercredi est en ligne ce site Web interactif pour promouvoir «une plus grande participation» des jeunes pour le prochain Synode des évêques qui se tiendra en octobre 2018 avec le slogan «des jeunes, la foi et le discernement vocationnel», selon avec l'annonce officielle du Vatican.

 

Le site http://youth.synod2018.va est disponible depuis mercredi comme un moyen de promouvoir «une plus grande participation des jeunes à travers le monde, non seulement pour les informations sur l'événement synodal, mais aussi en interaction avec cette préparation» selon la déclaration publiée par le Secrétariat général du Synode. Le site comprend un questionnaire en ligne destiné aux jeunes en cinq langues : italien, anglais, français, espagnol et portugais.

 

L’article de la-Croix.com «En prévision du synode, le Vatican sonde les jeunes» de Nicolas Senèze (à Rome) et Gauthier Vaillant semble aussi nous montrer que le tutoiement est de rigueur dans ce questionnaire qui se veut adapté aux codes des jeunes. Le questionnaire en ligne, ne disqualifie pas le travail de consultation lancé en parallèle par les diocèses, car la mobilisation un peu partout dans le monde sur ce sujet enchante le Secrétariat général du Synode.

 

Et ce questionnaire comporte aussi des limites. Pour les conférences épiscopales, le défi est désormais celui de l’accompagnement de ce questionnaire, qui comporte aussi des limites. En premier lieu, sa longueur : il faut compter une vingtaine de minutes, au moins, pour répondre à toutes les questions. Sur le fond, l’absence de question sur la vie affective et sexuelle a également de quoi surprendre.

 

Dommage, il y a beaucoup à voir et à dire sur cette jeunesse qui est souvent la grande oubliée des institutions laïques et religieuses alors qu’elle souhaite prendre sa place dans ce monde.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article