Le cardinal Marx admet que toutes les religions peuvent être utilisées pour inciter à la violence

Publié le 11 Juin 2017

Ce n’est pas non seulement une question dans l'islam. Aucune religion dans le monde n’est complètement innocente sur l'accusation d'incitation à la violence, selon le cardinal Reinhard Marx. L’archevêque de Munich a appelé toutes les communautés religieuses à faire un examen de conscience à propos de l'exemple qui marque, à cet égard, les jeunes qui sont à leur charge comme nous le montre Cameron Doody dans son article pour periodistadigital.com du dimanche 11 juin 2017.

 

Comme l’indique La Croix (https://international.la-croix.com/news/cardinal-no-religion-is-completely-innocent-from-abetting-violence/5320), le cardinal proche collaborateur du pape François, dit dans une interview avec le Luxemburger Wort que la question de la mesure dans laquelle les différentes religions du monde promeuvent, vraiment, les valeurs de la coexistence est particulièrement important en raison de la grande influence qu'elles exercent dans la formation du caractère et de la personnalité.

 

L’autocritique du cardinal Marx appelle les fidèles de toutes les religions à savoir si ils utilisent leur influence pour radicaliser les jeunes ou pour les informer sur la façon de maintenir l'équilibre et l'harmonie sociale, ou bien si les théologies ont recours à la dénonciation sans condition et sans équivoque de la violence.

 

«Sur cela, nous devons être clairs!», souhaite le cardinal Marx. Il note que la religion sert souvent à encadrer d'autres intérêts de nature plus terrestre, et par conséquent la complicité de la religion à aller vers la violence. Il admet aussi que la foi chrétienne n'a pas toujours répondu aux préceptes évangéliques de non-violence et l’Église a dû apprendre tout au long de leur histoire quelques leçons difficiles.

 

Le cardinal Marx a conclu en même temps que les réunions et les dialogues entre les membres des différentes religions sont des facteurs nécessaires dans des conflits tels que la Syrie, et ils peuvent finir par avoir un impact positif sur d'autres théâtres de guerre à travers le monde aussi.

 

Cette réflexion du cardinal Marx a le mérite de montrer que la réflexion sur la religion et son utilisation violente doit nous mener à voir que souvent la religion n’est pas utilisé pour favoriser le bien commun et la fraternité, mais pour de basses manœuvres politiques.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 11/06/2017 10:44

C'est rigolo de lire ça au moment où j'explique cette contradiction et d'autres encore de notre religion à un intervenant tradi de Golias.
Les connexions façon degrés ludiques!

paroissiens-progressistes 13/06/2017 10:58

Françoise,

Les grand esprits se rencontrent.

Merci !