Le pape dit que «la rencontre personnelle avec les réfugiés dissipent les idéologies et les mauvaises craintes»

Publié le 18 Juin 2017

José Manuel Vidal nous montre dans periodistadigital.com que sur la fête du Corps du Christ, le pape François a porté la catéchèse de l'Angélus de ce dimanche 18 juin 2017 sur l'Eucharistie, dans ce «Dieu nous donne» pour nous aider à nous sentir impliqués «pour la justice et la paix». Dans ses salutations, il a demandé la proximité envers les réfugiés qui dissipe les «peu judicieuses craintes» menées par les idéologies déformées, il a rappelé aux «cher peuple portugais touché» par un incendie dévastateur dans la région de Leiria qui a fait pour l’instant 62 morts et a demandé que le processus de paix soit relancé en Centrafrique, car c’est «une condition pour le développement.»

 

Hier José Manuel Vidal nous a montré dans son article sur periodiastadigital.com intitulé «Le Vatican excommunierait corrompu et mafieux» nous montre aussi que l'excommunication, la peine maximale canonique, réservée aux grands péchés, pourrait s’appliquer à la fois aux corrompus et aux truands, comme indiqué dans les conclusions publiées aujourd'hui dans un forum international tenu le Saint-Siège sur la lutte contre ces personnes.

 

Le Conseil pontifical pour le développement humain intégral qui s’est tenu le 15 juin, est le premier «débat international sur la corruption», auquel ont assisté par 50 juges anti-mafia, des évêques, des victimes, des journalistes et des intellectuels de différents pays. Dans la déclaration il suggère dans ses conclusions que «la lutte contre la corruption et les mafias (...) est non seulement une question de la légalité, mais aussi de bonne citoyenneté». Par conséquent, le groupe «travaille à l'élaboration d'un texte commun pour guider les travaux ultérieurs et les initiatives futures», a déclaré le Saint-Siège. «Ces notes au moment où la nécessité d'approfondir la doctrine internationale et juridique de l'Église, amène la question de l'excommunication pour corruption et association mafieuse», dit la déclaration dans ses conclusions.

 

Pendant ce temps en Espagne, la hiérarchie ecclésiale déchante sur Pedro Sanchez le nouveau leader du PSOE qui lors du 39e congrès du PSOE qui a mis en avant ses véritables ennemis que sont le capitalisme, le néolibéralisme et le PP de Mariano Rajoy. Le PSOE a réaffirmé les valeurs d’égalité, de liberté et de solidarité pour les renforcer dans un monde en changement et avec ses défis. Il appuie aussi le caractère plurinational de l’État espagnol et souhaite qu’il reflète la diversité de sa population par une modification de la constitution qui rendra l’Espagne réellement fédérale. Enfin, le PSOE est engagé à dépénaliser l'euthanasie et à faire disparaître les privilèges de l'Église catholique disparaissent. Un virage à gauche que devrait suivre le PS en France.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 20/06/2017 17:03

Dans ces affaires de pédophilie cléricale, il y a souvent un gros problème de corruption, car les criminels achètent le silence de leur hiérarchie par des cadeaux. Maciel faisait ça régulièrement. Et je pense malheureusement qu'il n'a pas été le seul. Dans l'affaire Grassi comme l'affaire Corradi, il y a de la corruption et des hauts fonctionnaires vaticans à la manoeuvre!

paroissiens-progressistes 20/06/2017 18:59

Françoise,

Ici, ce n'est pas clairement le mot corruption mais plutôt de la subornation de témoins, qui est de la corruption mais pas dans le sens de l'achat d'un marché public, d'achat de fonctionnaire, ou d'un vote, comme on le conçoit régulièrement.

Merci !

Françoise 19/06/2017 17:33

Le pape peut-il s'excommunier lui-même?
http://www.huffingtonpost.fr/2017/06/19/apres-laffaire-barbarin-le-pape-francois-accuse-davoir-ignore_a_22489061/

Il y avait déjà eu l'affaire Grassi, maintenant l'affaire Corradi. Comment pouvoir avancer au clair vis à vis tant des clercs que des croyants que des victimes (souvent aussi des croyants) dans de telles conditions?

paroissiens-progressistes 20/06/2017 12:51

Françoise,

Ici, ce n'est pas une affaire de corruption. D'ailleurs, cela est plus dans le cadre de la tolérance zéro contre la pédophile dans l'Eglise souhaité a minima et qui ne semble pas condamner la hiérarchie qui les protège. On excommunie pas dans ce cadre là, on rend laïc et on livre à la justice.

Merci !