Le pape François prend la défense de Pie XII

Publié le 5 Juin 2017

Nicolas Senèze, à Rome, nous montre dans la-Croix.com qu’au cours de sa messe matinale à Sainte-Marthe, le pape François a rappelé lundi 5 juin les «risques» pris par Pie XII pour que les juifs soient cachés dans les couvents pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Prêchant, au cours de sa messe matinale dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, sur les œuvres de miséricorde, le pape François a rappelé qu’«une œuvre de miséricorde, ce n’est pas faire une chose pour décharger sa conscience» mais «aussi compatir à la douleur d’autrui».

 

«Partager et compatir, cela va ensemble», a expliqué le pape, «mais aussi risquer», a-t-il ajouté. «Et plusieurs fois, on prend des risques, a alors ajouté le pape. Pensons, ici, à Rome, au milieu de la Guerre, ceux qui ont pris des risques, en commençant par Pie XII, pour cacher les juifs, pour qu’ils ne soient pas tués, qu’ils ne soient pas déportés. Ils ont risqué leur peau. Ce fut une œuvre de miséricorde que de sauver la vie de ces gens !»

 

Le procès en béatification de Pie XII, dont les vertus héroïques ont été reconnues en décembre 2009, est pour l’instant à l’arrêt, dans l’attente de la reconnaissance d’un miracle à son intercession, mais aussi à cause des conséquences politiques d’une éventuelle béatification, notamment en ce qui concerne les relations avec le judaïsme.

 

Le rôle du pape Pacelli pendant la Seconde Guerre mondiale reste en effet controversé, beaucoup d’historiens estimant qu’il aurait dû condamner plus fermement la Shoah, ce qu’il n’aurait pas fait par prudence diplomatique et pour ne pas mettre en péril les catholiques dans l’Europe occupée.

 

D’autres rappellent au contraire son message de Noël 1942 où il évoquait les «centaines de milliers de personnes, qui, sans aucune faute de leur part, et parfois pour le seul fait de leur nationalité ou de leur race, ont été vouées à la mort ou à une extermination progressive», bien compris à l’époque, y compris par les nazis, comme une condamnation de la persécution contre les juifs. En outre, à Rome, beaucoup se souviennent aussi des instructions données pour que les couvents et institutions religieuses accueillent les juifs persécutés en Italie.

 

Mark Riebling dans son ouvrage Church of spies en 2015 utilise une foule de documents récemment découverts pour redessiner l'image conventionnelle du pape de guerre, qui, dans son récit, n'était pas le laquais d'Hitler, mais un maître espion actif antinazi. À l'aide de documents récemment publiés par les archives secrètes du Vatican et le Foreign Office britannique, Riebling montre la campagne de guerre de l'Église contre Hitler était beaucoup plus vaste que jamais, et que de nombreuses actions visaient à saper le régime nazi qui ont été approuvées par Pie XII lui-même.

 

D'octobre 1939 à mai 1940, il participa à un complot impliquait des conspirateurs militaires allemands. De la fin de 1941 au printemps 1943, une série de complots impliquant les jésuites allemands ont pris fin quand une bombe plantée sur l'avion d'Hitler n'a pas explosé. Il était un politicien, à un moment où le monde avait besoin d'un prophète. Le troisième complot impliquait encore les jésuites allemands et le colonel allemand Claus von Stauffenberg en 1944. Bien que le colonel ait réussi à mettre une bombe près du dictateur nazi, il n'a pas tué Hitler. Les prêtres devront fuir après que la tentative échoua. Ceux qui ne pouvaient échapper à leur sort furent exécutés.

 

Les agents de Pie XII ont aussi fourni aux Alliés des renseignements utiles sur les plans de guerre d'Hitler à trois reprises, y compris l'invasion de la Russie prévue par Hitler. Dans les trois cas, les Alliés n'ont pas réagi à ces informations. À un moment donné, Hitler prévoyait d’envahir le Vatican pour enlever le pape et l'amener en Allemagne. Prenant conscience de ces plans, à travers ses agents secrets il s'impliqua encore plus dans la résistance antinazie. En fin de compte, Pie XII n'était ni juste gentil juste ni le pape d'Hitler.

 

Les entretiens du pape avec les cardinaux allemands en mars 1939 montrent qu'il craignait profondément que les catholiques allemands choisissent Hitler au lieu de l'Église et forment une Église d'État, comme cela s'est produit à l’époque des Tudor en Angleterre. Pie XII a écouté les conseils de l'épiscopat allemand. Au lieu de protester ouvertement, il résistera à Hitler dans les coulisses. La résistance militaire allemande a aussi demandé à Pie XII d’arrêter les critiques publiques, car elle craignait une répression du réseau d’espionnage ecclésiastique qui était devenu prenante des complots anti-Hitler. Pie XII a sans doute eu peur que, s'il appelait à une sorte de croisade morale contre Hitler, les Allemands protestants, et même plusieurs Allemands catholiques, se seraient beaucoup ralliés à Hitler.

 

Abordant la controverse sur le prétendu silence de Pie XII à propos des atrocités nazies, Riebling nous dit que le pape ne parle pas en «paroles de feu» publiquement, de peur que celles-ci ne provoque des représailles contre la Résistance allemande. Le pape suivait ce conseil, mais seulement dans la mesure où sa conscience l'autorisait. Sa première encyclique, Summi Pontificatus en 1939, a condamné le racisme et le totalitarisme; et ses messages de Noël ont condamné les atrocités de toutes sortes, y compris le génocide basé sur la race, pour lequel les nazis l'ont qualifié de «porte-parole des criminels de guerre juifs». Certaines déclarations de Pie XII en temps de guerre étaient tout à fait explicites.

 

Cela pourrait expliquer les silences du pape durant la Seconde guerre mondiale et pourquoi il ne pouvait pas explicitement parler des juifs. On peut seulement lui reprocher sa neutralité, alors qu’il a cherché a renverser le régime nazi tout en évitant que les catholiques et les résistants allemands soient touchés.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Repost 0
Commenter cet article

M.W 06/06/2017 10:06

Dîtes-moi, Taïus, est-ce que vous pensez que je suis un troll ?

paroissiens-progressistes 07/06/2017 15:10

M.W,

Voyons si Françoise souhaite vous répondre.

Merci !

M.W 06/06/2017 22:31

", mais je pense plutôt que vous voulez la connaître et en savoir plus sur elle"

Vous m'avez démasqué, petit fripon ;)))))

paroissiens-progressistes 06/06/2017 22:05

M.W,

Je ne sais pas, dans le sens de troll vous avez créé une controverse avec Françoise, mais je pense plutôt que vous voulez la connaître et en savoir plus sur elle. Elle ne vous facilite pas la tâche. Mais vous n'avez jamais créé une controverse avec moi. Un troll le fait tout le temps, vous non.

Merci !