La mobilisation contre la loi travail XXL ou comment la CGT a su mobiliser malgré la désunion des syndicats

Publié le 12 Septembre 2017

La mobilisation contre la loi travail XXL ou comment la CGT a su mobiliser malgré la désunion des syndicats

Le DIRECT. Réforme du Code du travail de francetvinfo.fr, le EN DIRECT. Manifs contre la loi Travail de L’Express.fr et le Suivez en direct la journée de mobilisation contre la réforme du code du travail dans LeMonde.fr du mardi 12 septembre 2017 nous montre que c’est la première mobilisation sociale du quinquennat d'Emmanuel Macron. Un appel à des grèves et manifestations a été lancé partout en France par la CGT, la FSU, Solidaires et l'Unef. Si FO ne s'associe pas à cette journée de mobilisation, une partie de ses militants ont décidé de défiler. Il en sera de même du côté de certaines sections de la CFDT, de la CFE-CGC, de la CFTC ou de l'UNSA. Ces syndicats dénoncent la réforme du Code du travail comme une "régression sociale". Dans les transports ferroviaires, aériens, dans la fonction publique, hospitalière, dans le secteur de l'énergie... Au total, 4000 appels à la grève ont été recensés par la CGT.

 

Par ailleurs, des lycéens bloquent leurs établissements, comme à Paris et  Poitiers (Vienne), Une autre mobilisation est prévue le 21 septembre, à la veille de la présentation du projet en Conseil des ministres, toujours à l'appel de la CGT. La France insoumise organise un rassemblement le 23 septembre. Les premiers défilés ont lieu, mardi matin, avant la manifestation parisienne dans la journée et comme on pouvait s’y attendre parmi les pancartes brandies dans les cortèges, nombreuses sont celles qui font référence à la petite phrase d'Emmanuel Macron sur les "fainéants". Des syndicalistes sont présents dans les cortèges comme à Lyon.

 

À Marseille, où environ 8000 manifestants sont présents (la CGT annonce 60 000 manifestants), Jean-Luc Mélenchon évoquant le président de la République estime que la mobilisation d’aujourd’hui, "ce n’est pas un test pour nous, c’est un test pour lui. Il parle aux puissants, aux importants et, nous, voilà la réponse du peuple français qui défend ses droits, ses acquis. Ici c’est la France, ce n’est pas l’Angleterre". Le défilé marseillais a aussi été perturbé par des militants de la mouvance anarchiste et antifasciste.

 

Au Havre, la ville du premier ministre Édouard Philippe, la police comptabilisait 3 400 manifestants, contre 10 000 selon les syndicats., à Caen, on compte également "plusieurs milliers" d'opposants réunis, d'après France Bleu, à Sens, dans l'Yonne, au moins 300 personnes se sont retrouvées devant la sous-préfecture, selon un journaliste de France Bleu Auxerre, à Périgueux, 800 personnes sont rassemblées d'après France 3, à Reims,  environ 500 personnes au départ de la manifestation à l'appel de CGT-FO-Solidaires-SUD-SNES-FSU, à Perpignan, les manifestants sont 3000, annonce France Bleu Roussillon, à Rouen, la manifestation a démarré peu après 11 heures et a mobilisé environ 2 500, selon France Bleu Normandie, à Cherbourg, on compte 2 200 manifestants; annonce France Bleu Cotentin, à Montpellier, plus de 2 000 personnes ont défilé dans le centre historique, rapporte France Bleu Hérault, à Besançon, les manifestants sont 1500, selon France Bleu Besançon et au moins 300 personnes se sont retrouvées devant la sous-préfecture de Sens (Yonne), selon France Bleu Auxerre.

 

À Saint-Nazaire, le nombre de manifestants était compris entre 3000 et 4000 selon les sources, une mobilisation plus importante que lors du premier rassemblement contre la loi travail au printemps 2016, selon la CGT. À Rennes, il y avait 4 800 manifestants selon la préfecture, 10 000 selon la CGT. À Nice, la CGT évoque une "grosse mobilisation" comme la ville n'en a pas connu depuis 2006, lors de la contestation du contrat première embauche. La manifestation a rassemblé 5000 personnes selon les organisateurs, 2200 selon la police. Selon France Bleu, 2700 personnes se sont réunies dans la Manche, 3000 à Limoges et Saint-Étienne, 1500 à Périgueux, et 2000 à Pau. À Lyon, on note quelques débordements, ou était présents 10 000 manifestants selon les syndicats et 5400 selon la police. Les CRS ont utilisé du gaz lacrymogènes contre des manifestants. À Toulouse, ils étaient entre 8 000 et 16 000 selon les sources. À Nantes, les syndicats ont compté 15 000 personnes, la police 6200. Des échauffourées ont éclaté à Nantes à l'issue de la manifestation contre la réforme du Code du travail entre manifestants anticapitalistes et forces de l'ordre. Près de 12 000 personnes selon les organisateurs et 4850 selon la police ont battu le pavé à Bordeaux (Gironde) contre la loi Travail, rapporte France 3 Nouvelle Aquitaine.

 

À Paris, la préfecture évoque 24 000 manifestants, contre 60 000 selon la CGT. Plusieurs responsables politiques, comme Benoît Hamon ou le secrétaire national du PCF Pierre Laurent, étaient présents dans le cortège parisien. Des projectiles on été lancés sur les forces de l'ordre par des Black Blocks présents en tête de cortège. Les forces de l'ordre ont répliqué en faisant usage de gaz lacrymogènes. Trois personnes ont été interpellées, dont deux pour des jets de projectiles et un manifestant a été blessé, précise la préfecture de police. Malgré cela le cortège parisien a défilé dans une ambiance festive de la place de la Bastille à la Place d'Italie. Pas mal de manifestants se sont félicités de l'affluence.

 

«C’est une première qui s’annonce réussie», s’est félicité le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, à l’initiative de la mobilisation au côté de Solidaires, de la FSU et de l’UNEF. 400 000 manifestants en France, selon la CGT. Les manifestations contre la réforme du Code du travail ont rassemblé "plus de 400 000 personnes" dans toute la France, a annoncé le numéro un de la CGT, Philippe Martinez sur Europe 1. Ils étaient 223 000, selon le ministère de l'Intérieur.

 

Si la rue se mobilise, le gouvernement reste inflexible. Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a affirmé que "le débat social ne se mesure pas seulement à la rue et à la manifestation". Pendant ce temps les médias montrent Emmanuel Macron, arrivé mardi à Saint-Martin, est allé à la rencontre des habitants, victimes de l'ouragan Irma, pour éviter de parler de la manifestation contre la loi travail. Il a pu entendre la colère intacte de certains.

 

En réalité, le gouvernement n’entendra pas la mobilisation vu qu’il croit qu’une plus grande flexibilité pour les employeurs est censée "faciliter l'embauche et donc réduire le chômage", mais le problème est que des exemples de réformes identiques déjà appliquées depuis plusieurs années en Italie et en Allemagne ne montrent pas de baisse significative du chômage. L'impact de ces lois chez nos voisins sont inquiétantes, pas d'augmentation de l'embauche et surtout une explosion des emplois peu ou pas qualifiés, précaires et de courte durée, la plupart dans le domaine des services (https://www.radioparleur.net/single-post/loi-travail-probl%C3%A8me et https://www.radioparleur.net/single-post/2017/09/11/La-loi-Travail-ne-parle-absolument-pas-du-travail).

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 14/09/2017 13:28

Ayant écrit des règlements intérieurs j'ai du les faire valider par l'IT après avis du CE donc ils étaient en accord avec le droit du travail

paroissiens-progressistes 14/09/2017 13:45

gaëtan,

Vous me confirmiez ce que je pensais, les règlements intérieurs respectent le droit du travail. Je vous en remercie.

gaetan ribault 14/09/2017 09:00

Je ne suis pas d'accord avec vous (Cela vous étonne -t-il)
Le code du travail que j'ai beaucoup pratiqué s'est alourdi
-à cause de nombreux droits inutiles ou obsolètes
-De la part de Sécurité Sociale qui n'a rien à y faire
Le code du travail devrait faire 100 pages maxi . Embauche et Contrats, rémunération , Licenciement.
Tout le rest doit être renvoyé au règlement intérieur de l’Entreprise (50 pages maxi)

-

paroissiens-progressistes 14/09/2017 12:16

gaëtan,

On est pas d'accord, c'est normal. Faire simple ne veut pas dire moins protecteurs tant pour l'un que pour l'autre, on peut le faire en une centaine de pages. Pour les rajouts on les trouve dans celui de 2007-2008, avec la simplification envisagée en 2004, auquel on peut rajouter celui de Valls pour 2015-2016. Vous voulez donc revenir au code du travail de 1910 à 1927 qui était protecteur lui aussi. Ou bien celui de 1973. Pour le règlement intérieur, il arrive des fois qu'il est tout aussi protecteur. L'un ne va pas sans l'autre, car un bon droit du travail va avec un bon règlement.

Merci !

gaetan ribault 13/09/2017 17:55

Je ne suis pas persuadé que la modification du Code du travail amène de nouveaux emplois(sauf chez les avocats ) .
Toutefois il s'agit d'un pas dans la bonne direction , simplifier un fatras administratif que personne ne nous envie. Ensuite il faudra s'attaquer à Pôle Emploi et aux Assedic , puis aux retraites spéciales .etc...Cela va crier n tant pis ! Sinon nous passerons nolens volens sous la botte allemande

paroissiens-progressistes 13/09/2017 18:05

gaëtan,

Mais si le code du travail est si lourd, c'est qu'on y a ajouté toutes le dérogations permettant déjà ce que veut mettre le gouvernement dedans. Le code du travail s'est alourdi, mais pas à cause des droits des salariés. D'ailleurs, si on veut le simplifier, on doit aussi le rendre plus protecteurs pour les salariés et les patrons. Les réformes doivent améliorer le sort des citoyens, donc il faut les rendre bonnes pour éviter de les rendre odieuses.

Merci !