Les évêques catholiques français réunis ce vendredi à Lourdes

Publié le 3 Novembre 2017

france3-regions.francetvinfo.fr dans son article du jeudi 2 novembre 2017 nous montre que les 115 évêques catholiques français en activité seront réunis à partir de vendredi à Lourdes pour leur grande assemblée plénière, qui évoquera notamment le soutien aux chrétiens d'Orient et leur retour en Irak après les défaites de l'organisation djihadiste État islamique (EI).

 

Le "parlement" de l'Église en France se réunit deux fois par an dans l'hémicycle Sainte-Bernadette du sanctuaire marial pyrénéen, préservé des foules en dehors de la saison des pèlerinages. La session d'automne est la plus longue et la plus dense. Parmi les sujets abordés jusqu'au 8 novembre par les évêques figurera le soutien aux chrétiens d'Orient, avec la venue à Lourdes de l'archevêque chaldéen de Kirkouk et Souleymanieh (Irak), Mgr Youssif Thomas Mirkis.

 

La Conférence des évêques de France (CEF) a porté depuis deux ans une campagne de soutien financier à des étudiants de Kirkouk qui ont fui les zones occupées par l'EI, afin de préparer la "reconstruction" matérielle et humaine de la zone. Alors que plus 3500 familles sont déjà revenues dans la ville chrétienne de Qaraqosh selon l'organisation catholique Œuvre d'Orient, Mgr Mirkis "fera un point sur la situation", a indiqué le porte-parole des évêques français, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, sur la web TV de la CEF.

 

L'assemblée débattra en outre des nouvelles directives romaines pour la formation des prêtres, un chantier vaste sur lequel il faut "prendre le temps de réfléchir", selon le prélat. Alors qu'une centaine d'hommes accèdent à la prêtrise chaque année pour les diocèses français, "il y a plus de trente lieux de formation des prêtres (...). Est-ce que nous avons les moyens d'avoir trente équipes de formateurs? ", s'interroge par ailleurs le porte-parole. La CEF en profitera également pour présenter la "première campagne nationale sur le denier" (ex-denier du culte). Indispensable pour rémunérer prêtres et salariés de l'Église, le don moyen augmente mais le nombre de donateurs diminue.

 

Le président de l'association de victimes de pédophilie La Parole libérée, François Devaux, n'a en revanche pas été autorisé à s'exprimer devant les évêques, auxquels il voulait présenter un "projet de réforme" pour mieux lutter contre les abus sexuels dans les diocèses. Dans un courrier que l'AFP s'est procuré, le président de la CEF, Mgr Georges Pontier, a invoqué l'impossibilité de "changer le programme déjà établi", tout en redisant "la volonté des évêques de France de faire reculer ce fléau qu'est la pédophilie dans l'Église et dans la société".

 

Pendant ce temps Mgr Pontier nous met en avant ce que sera l’assemblée des évêques à Lourdes comme le montre l’article de france3-regions.francetvinfo.fr de ce vendredi 3 novembre 2017 : «À Lourdes, Mgr Georges Pontier célèbre “l'esprit de solidarité“ contre le ”repli sur soi”». Accueil des migrants, souci des plus défavorisés: le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Georges Pontier, a célébré vendredi "l'esprit de solidarité" contre la tentation du "repli sur soi", en ouverture de l'assemblée des évêques à Lourdes.

 

"Bien sûr il appartient aux états de fixer les règles" des flux migratoires, mais "quand nous voyons ces hommes, ces femmes, ces enfants, ces mineurs étrangers isolés dont le nombre ne cesse d'augmenter, (...) comment ne pas comprendre les gestes de ceux qui vivent un accueil risqué ?", s'est interrogé l'archevêque de Marseille, en se réjouissant que "l'esprit de solidarité (ne soit) pas mort dans notre pays". "Ce n'est pas dans le repli sur soi ni la recherche des seuls intérêts nationaux ou catégoriels que l'on peut offrir un horizon de bonheur", a-t-il souligné dans son discours ouvrant l'assemblée plénière d'automne des évêques de France, qui se tient jusqu'au 8 novembre dans le sanctuaire marial pyrénéen. À l'adresse de ceux qui "évoquent souvent les racines chrétiennes de l'Europe, les uns pour les protéger dans un espace étroit et tranquille, les autres pour s'en inspirer", Mgr Pontier a fait valoir que "le christianisme porte la vision d'une fraternité universelle de l'humanité", qui "permet de dépasser toutes les peurs".

 

Le président de la CEF (conférence des évêques de France) n'en a pas moins fait entendre la position de l'épiscopat sur les enjeux de bioéthique, notamment contre l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA). "Nous comprenons l'épreuve de ceux qui sont confrontés à la réalité de la stérilité. Leur souffrance appelle un accompagnement compréhensif. Pour autant, a-t-il exposé, personne ne peut souhaiter fragiliser une société en brouillant les repères de la filiation, en taisant les droits et le bien primordial de l'enfant et en déconstruisant les liens entre générations".

 

Toujours interpellé par l'association de victimes d'abus sexuels La Parole libérée, le responsable épiscopal a assuré que "le travail pour lutter contre la pédophilie s'amplifie", un an et demi après la mise en place de nouvelles mesures dans les diocèses. "Pour ne parler que de l'Église, il est clair qu'il nous faut encore aller plus loin dans la compréhension de ce qui se joue dramatiquement dans ces crimes sexuels et dans l'existence de ceux et celles qui en ont été victimes", a-t-il cependant reconnu.

 

La Parole libérée n’a pas tort de s’inquiéter, car cette assemblée plénière se portera sur la réforme de la CEF, les séminaires, le synode sur les jeunes, et les chrétiens d’Orient. La lutte contre la pédophilie n’a pas été inscrite à l’ordre du jour et François Delvaux ne peut pas mettre en avant son projet de réforme sur ce sujet si sensible. Un effort sensible doit être exigé de la part des évêques de France qui en viennent à oublier les victimes des prêtres pédophiles et à ne pas mettre à l’ordre du jour la lutte contre la pédophilie.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Ce n'est pas la première fois que la CEF élude le sujet pédophilie. L'affronter permettrait d'écarter les prélats qui ont laissé faire, mais ça voudrait dire écarter une bonne partie de la CEF et Barbarin tout le premier. Et ça, c'est surtout pas à l'ordre du jour.
Répondre
P
Françoise, <br /> <br /> Je vois surtout que la hiérarchie actuelle a peur de découvrir combien d'entre eux vont être touchés, et vu ce qui se passe en Amérique latine à ce sujet, c'est désastreux. Changer les carriéristes par des hommes au service du Peuple de Dieu est une bonne solution.<br /> <br /> Merci !