Le pape François : "C’est très moche quand l'Église veut transformer la maison de Dieu en marché"

Publié le 4 Mars 2018

"C’est très laid quand l'Église se glisse dans cette attitude de vouloir transformer la maison de Dieu en marché." Comme le montre Jesús Bastante dans son article du 4 mars 2018 sur periodistadigital.com c’est ainsi que le pape François lors de l’Angélus a lancé une attaque cinglante contre les pharisiens et les scribes durs du XXIe siècle, faisant siennes les paroles de Jésus aux marchands dans l'un des rares passages évangéliques (Jean 2, 13-21) où nous le contemplons dans une attitude véhémente, à travers "Une action décisive, qui a suscité de grandes impressions dans la foule, et l'hostilité des autorités religieuses, et ceux qui avaient des intérêts économiques" : "L'attitude de Jésus nous exhorte à vivre pour la gloire de Dieu, pas pour nos intérêts", a crié le pape, qui a insisté sur le fait que "nous sommes appelés à garder à l'esprit ces paroles de Jésus : Ne transformez pas la maison de mon Père en marché".

 

"Ce n'était pas une action violente, à tel point que cela n'a pas provoqué l'intervention de la police", a-t-il dit. Oui "c'était compris comme une action typique des prophètes, qui dénonçaient fréquemment les abus et les excès au nom de Dieu". Le pape a conclu en mettant en garde contre "la tentation de profiter des bonnes et nécessaires activités pour cultiver des intérêts privés et illicites". "C'est un grave danger d'instrumentaliser Dieu ou l'homme, c'est pourquoi Jésus a parfois utilisé des moyens brusques pour nous débarrasser de ce danger mortel".

 

Mais il faut pousser plus loin. José Antonio Pagola nous montre dans son article du jeudi 1er mars 2018 sur periodistadigital.com «Le culte de l’argent» que les chrétiens ne sont pas habitués à l'image violente d'un Messie fouettant le peuple. Et pourtant, c'est la réaction de Jésus lorsqu’il rencontre des hommes qui, même dans le temple, ne savent pas chercher autre chose que leur propre affaire.

 

Comme le signale Pagola, «L'homme occidental est devenu essentiellement matérialiste et, malgré ses grandes proclamations sur la liberté, la justice ou la solidarité, il ne croit guère qu'à l'argent». Mais les croyants doivent se souvenir d'autre chose. L'argent ouvre toutes les portes, mais n'ouvre jamais la porte de notre cœur à Dieu.

 

Le temple cesse d'être un lieu de rencontre avec le Père lorsque notre vie est un marché où seul l'argent est vénéré. Et il ne peut y avoir de relation filiale avec Dieu le Père lorsque nos relations avec les autres ne sont médiatisées que par des intérêts financiers. Impossible de comprendre quelque chose de l'amour, de la tendresse et de l'accueil de Dieu quand on ne vit que pour le bien-être. On ne peut pas servir Dieu et l'argent.

 

Sommes-nous prêts à renverser les tables du Temple comme Jésus ? La question se pose, mais la situation nous y obligera sans doute.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article