L'ex-présidente irlandaise dit que le baptême crée des "conscrits infantiles"

Publié le 23 Juin 2018

Baptiser des bébés est une violation de leurs droits humains, selon l'ancienne présidente irlandaise comme nous le montre cruxnow.com dans son article du samedi 23 juillet 2018.

 

Mary McAleese, qui a servi dans le rôle essentiellement cérémonial de présidente de la République de 1997 à 2011, a également déclaré qu'elle ne participerait pas à la réunion mondiale des familles des 22 et 26 août à Dublin. Elle a déclaré au Irish Times que l'événement, auquel le pape François participera du 25 au 26 août, ne servira que de «rassemblement politique» pour le «renforcement de l'orthodoxie».

 

McAleese a dit au journal qu'en baptisant les enfants avant qu'ils aient atteint l'âge de la raison, l'Église crée des «conscrits infantiles qui sont tenus à des obligations perpétuelles d'obéissance». "Vous ne pouvez vraiment pas imposer, des obligations aux gens qui n'ont que deux semaines et vous ne pouvez pas leur dire à sept ou huit ou 14 ou 19 ans, ‘voici ce que vous avez contracté, voici ce que vous avez signé’ parce que la vérité est qu'ils ne l'ont pas fait", a-t-elle dit.

 

Déclarant que par le passé "les gens ne comprenaient pas qu'ils avaient le droit de dire non, le droit de s'éloigner", l'ancienne présidente irlandaise a déclaré "nous vivons maintenant dans les temps où nous avons le droit à la liberté de conscience, la liberté de croyance, la liberté d'opinion, la liberté de religion et liberté de changer de religion. L'Église catholique doit encore embrasser pleinement cette pensée."

 

Déclarant que par le passé "les gens ne comprenaient pas qu'ils avaient le droit de dire non, le droit de s'éloigner", l'ancien président irlandais a déclaré "nous vivons maintenant dans les temps où nous avons le droit à la liberté de conscience, la liberté de croyance, liberté d'opinion, liberté de religion et liberté de changer de religion. L'Église catholique doit encore embrasser pleinement cette pensée."
 

Dans son interview avec l'Irish Times, elle a déclaré : «Mon droit humain à informer ma propre conscience, mon droit humain à exprimer ma conscience, même si c'est le cas, cela contredit le magistère, ce droit à la conscience est suprême.»

 

Bien qu'elle n'ait pas assisté à la Rencontre mondiale des familles, Mme McAleese a dit au journal qu'elle assisterait à la marche de la Fierté de Dublin le 30 juin. L'événement a pour thème "We Are Family", en référence à l'événement parrainé par le Vatican. L'archevêque de Dublin, Diarmuid Martin, a déclaré que la réunion mondiale des familles sera ouverte à toutes les familles.

 

Mary McAleese est une catholique pratiquant qui détient une licence en droit canonique de l'Université Pontificale Grégorienne de Rome. Au cours des dernières années, elle s'est opposée aux enseignements de l'Église sur l'homosexualité et l'ordination des femmes. Lors d'un événement We Are Church au Gonzaga College à Dublin le 16 juin, a déclaré qu'elle avait voté oui lors du référendum du 25 mai qui avait autorisé l’avortement. Elle a également dit que son vote n'était «pas un péché», en référence aux remarques d'un évêque selon lesquelles les catholiques qui ont voté Oui devaient aller à la confession.

 

Mary McAleese vise toujours juste et montre les profonds errements de l’Église qui au lieu d’écouter et de dialoguer, condamne. Le monde change, l’Église soit s’adapter, et la Tradition catholique montre qu’elle a toujours su le faire, donc il est grand temps d’ouvrir les fenêtre mais aussi les portes.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Réforme de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Baptiser un enfant est exactement équivalent à lui donner le sein pour le nourrir. Si vous ne lui donnez pas de lait, son corps mourra. Si vous ne le baptisez pas, son âme ira dans les limbes, et ne vivra malheureusement pas dans la lumière de Dieu.
Répondre
B
Et beh, si votre Dieu n'accueille dans sa lumière que des baptisés, je pense que je préfère encore les limbes. C'est pt'êt pas si terrible.
P
Hermesse,

Dieu n'a pas besoin du baptême pour faire vivre un bébé dans sa lumière, car celui-ci n'a jamais péché.

Merci !
F
Le discours de Mme Mac Aleese me rappelle ce que j'écrivais sur Golias il y a quelques années en trouvant que le baptême des tous petits, n'étant décidé que par les parents, il piétinait la liberté, l'intégrité des enfants. Et qu'il m'apparaissait plus constructif d'attendre que l'enfant soit plus grand pour décider s'il veut oui ou non être baptisé et suivre le parcours caté, les sacrements.
J'ai l'impression, en lisant ces derniers temps certaines réflexions, qu'il s'opère une conscientisation générale chez croyants et pour partie certains intellectuels, telle que l'appelait il y a vingt ans Eugen Drewermann. Sans doute a-t-il fallu un temps de maturation mais aussi malheureusement, les découvertes macabres et témoignages d'esclavages, ventes, vols d'enfants, stérilisations, également les témoignages de victimes de pédophilie cléricale pour qu'enfin, un sursaut s'opère chez de plus en plus de croyants, réclamant justice, respect, réparations pour ces crimes (incompréhensibles mais néanmoins véridiques) toutes choses dont l'institution parle à corps et à cris tout en les violant régulièrement.
Répondre
P
Françoise,

Cette conscientisation des fidèles existe depuis longtemps, mais on la faisait taire, regarde les mouvement qui se sont formés entre les années 1980 et 2000, mais à chaque fois l’Église n’a pas écouté ou a cherché à faire croire que ces mouvements étaient minoritaires, et bien sûr elle mettait en avant son pape voyageur Jean-Paul II pour faire croire qu’elle était moderne, tout en mettant les communautés nouvelles et les nouveaux mouvements ecclésiaux pour en finir avec ces groupes qui résistaient, les résultats sont dévastateurs.

Merci !