L’Église crée une commission au Japon pour enquêter sur les cas d’abus au Japon

Publié le 26 Avril 2019

Pablo Santos dans periodistadigital.com ce vendredi 26 avril 2019 nous montre qu’après que le pape François eut donné il y a quelques semaines une nouvelle législation sur la pédophilie à l'État de la Cité du Vatican, il apparaît un signe que, dans les églises locales, l'idée que la dissimulation est révolue est révolue et que les victimes doivent être des protagonistes.

 

Le signal est venu du Japon, où la communauté catholique a ouvert une enquête interne sur des allégations d'abus sexuels sur des enfants commis par des religieux. Ce pas en avant a été annoncé par la Conférence épiscopale japonaise, qui a expliqué que les enquêtes concerneront les 16 archidiocèses du pays, dans lesquels vivent 450 000 fidèles.

 

Jusqu'à présent, seuls cinq cas de pédophilie ont été révélés, mais ils pourraient être plus nombreux. Récemment, il y a eu une rencontre entre des victimes possibles d'ecclésiastiques pédophiles et l'archevêque de Nagasaki, Joseph Mitsuaki Takami, qui s'est excusé pour "ne pas être en mesure de faire plus" pour faire face à ces événements.

 

Les membres de la commission d'enquête surveilleront la réaction des évêques aux accusations d'abus présentés dans leurs diocèses, les sanctions imposées aux responsables et le traitement réservé aux victimes, a expliqué un porte-parole des évêques, qui a assuré que les résultats de ce groupe de travail seront publiés.

 

Enfin, ce souci de vérité est aussi visible dans l’archidiocèse de Baltimore comme le montre l’article Hadrien Genieys (avec National Catholic Reporter) ce vendredi sur la-Croix.com (https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Monde/Abus-sexuels-diocese-Baltimore-revele-nom-23-pretres-accuses-leur-mort-2019-04-26-1201018103?from_univers=lacroix). Dans le but de rétablir la confiance avec les fidèles, l’archevêque de Baltimore pérennise la pratique de divulgation des noms de prêtres accusés d’abus dont l’archidiocèse est pionnier en rendant a rendu public, mercredi 24 avril le nom de 23 prêtres accusés après leur mort d’abus sexuels sur mineur. Ces noms viennent s’ajouter aux 103 autres qui avaient déjà été communiqués au public par le diocèse.

 

La divulgation de noms supplémentaires n’était pas liée à une enquête menée par le Bureau du procureur général du Maryland, mais relevait de l’initiative du diocèse.

 

Lutter contre la pédophilie cléricale sera un long travail, mais ce n’est pas impossible et les gestes doivent primer pour rendre réelles les paroles. L’Église doit faire un grand nettoyage spirituel, moral et institutionnel pour que les victimes des prêtres pédophiles retrouvent la confiance en celle-ci.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualité de l'Église, #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gaetan ribault 27/04/2019 08:38

Devraient enquêter sur Carlos Goshn , comme il est brésilien !!

paroissiens-progressistes 27/04/2019 09:52

gaëtan ribault,

Pourquoi ? Son affaire n'a rien à voir avec la pédophilie cléricale.

Merci !