Le pape prie pour les familles endeuillées par la Covid-19

Publié le 23 Août 2020

vaticannews.va nous montre qu’à l’issue de la prière de l’angélus, le pape François a appelé à ne pas oublier les personnes décédées après avoir été infectées au nouveau coronavirus, alors que des familles de la province de Bergame, une des plus touchées d’Italie, effectuaient un pèlerinage à Rome pour se souvenir des victimes du virus. Le pape dit avoir entendu ce dimanche matin le témoignage d’une famille dont les grands-parents sont décédés sans qu’ils aient pu leur dire au revoir. «Tant de souffrance… tant de personnes ont quitté la vie, victimes de la maladie… Tant de volontaires, de médecins, d’infirmières, de sœurs, de prêtres y ont laissé leur vie» regrette le pape qui demande à tous de se souvenir des familles qui sont en souffrance à cause de la pandémie.

 

La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait au moins 805 470 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'agence France Presse ce dimanche midi. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec au moins 176 371 morts. Viennent ensuite le Brésil (114 250), le Mexique (60 254), l'Inde (56 706) et le Royaume-Uni (41 423). L’Italie, premier pays touché par la pandémie en Europe, compte 35 430 décès, en particulier en Lombardie dans la province de Bergame.

 

Depuis la reprise des audiences générales début août, le pape a commencé un cycle de catéchèses sur les conséquences de la pandémie et sur la manière avec laquelle les catholiques sont appelés à réagir. Avant la prière de l’angélus, depuis la fenêtre des appartements pontificaux, le pape a commenté l’Évangile selon Mathieu : la profession de foi de Simon, à qui le Christ donne le nom de Pierre. Le pape François invite chacun à se demander «qui est le Christ» pour lui, s’il est le centre de sa vie et de ses engagements. Le pape rappelle que la charité, «principal chemin vers la perfection de la foi», nécessite que l’on regarde l’autre avec les yeux mêmes de Jésus, jugeant qu’elle est «indispensable et louable»  pour que la pastorale des communautés soit ouverte aux situations de pauvreté et d'urgence qui sont nombreuses. Pour le pape «c'est voir Jésus dans le visage des pauvres» (https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2020-08/angelus-dimanche-23-aout-profession-de-simon-charite.html).

 

Et si on voyait l’Évangile comme  le père James Martin dans sa page Twitter (@JamesMartinSJ) : «"Qui dites-vous que je suis ?" demande Jésus aux disciples. C'est l'une des questions les plus importantes de la vie du chrétien. Qui est Jésus pour vous ? Fils de Dieu, Sauveur et Messie bien sûr. Mais qu'en est-il des amis, des frères, des compagnons ? Libérateur ? Ma réponse préférée... vient du Serviteur de Dieu Pedro Arrupe, supérieur général des jésuites dans les années 1960 et 1970. Un journaliste lui a demandé un jour : "Qui est Jésus pour vous ?" Il s'est peut-être attendu au même genre de réponses que celles énumérées ci-dessus. Au lieu de cela, Arrupe a dit: "Pour moi, Jésus est tout!"».

 

Et quel meilleur modèle que celui de Pedro Arrupe pour montrer la charité, lui qui aida alors puissamment les jésuites à comprendre leur mission comme un service de la foi qui implique un combat pour la justice.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualité de l'Église, #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article