États-Unis : Trump repart à la charge contre l’avortement et accuse Biden de vouloir tuer des nouveau-nés

Publié le 7 Octobre 2020

20minutes.fr avec l’AFP nous montre qu’à peine revenu de l’hôpital, Donald Trump a appelé ses compatriotes à ne pas laisser le Covid-19 «les dominer» et à «rouvrir l’économie», comme au printemps dernier, il a une nouvelle fois comparé le coronavirus à la grippe, ce qui lui a valu un signalement sur Twitter (https://www.20minutes.fr/monde/2878959-20201006-presidentielle-americaine-trump-plus-symptome-compare-nouvelle-fois-covid-19-grippe), puis il a consacré deux de ses tweets à l’avortement, un sujet qui divise profondément les Américains selon leurs affiliations politiques et à la position des démocrates accusant mardi 6 octobre 2020 son rival démocrate Joe Biden de soutenir les avortements tardifs, voire l'«exécution» de nouveau-nés, un argument régulièrement brandi pour galvaniser les électeurs de la droite religieuse. Lors de la campagne de 2016, Donald Trump avait déjà diabolisé son adversaire démocrate Hillary Clinton en l’accusant de «vouloir arracher les bébés des entrailles de leur mère».

 

Lundi 5 octobre, le candidat démocrate avait rappelé que, s’il était élu, il chercherait à inscrire dans la loi le droit des femmes à avorter, une promesse inscrite dans son programme de campagne. Interrogé à ce sujet lors d’un déplacement en Floride, Joe Biden a souligné que la juge Barrett «pourrait bien faire en sorte» de renverser l’arrêt Roe v. Wade. «La seule réponse est de légiférer pour faire en sorte que Roe devienne la loi du pays. C’est ce que je ferai», a-t-il ajouté, sans aucune référence aux avortements tard dans la grossesse. 

 

Depuis Gettysburg, dans l'État-clé de Pennsylvanie, Joe Biden a pour sa part lancé un appel au rassemblement. "Il n'y a pas de place pour la haine en Amérique", a lancé l'ancien vice-président de Barack Obama, dénonçant "les forces de l'ombre" et "les forces de la division". Le démocrate  a creusé l'écart dans les enquêtes d'opinion après un premier débat chaotique et abrasif, le 29 septembre. Pendant ce temps, Trump s'est indigné que la Covid-19 soit un sujet central de campagne. "Les médias fake news (...) ne veulent parler que du Covid-19", a tonné le président américain dans un tweet (https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/presidentielle-americaine-pour-biden-il-ne-devrait-pas-y-avoir-de-debat-si-trump-est-encore-malade-du-covid-19_4131617.html).

 

Donald Trump semble être dos au mur. Il a dit avoir «hâte» de débattre avec Joe Biden le 15 octobre, ce qui pourrait être l’une de ses dernières chances d’inverser la tendance. Reste à voir si la commission des débats – ou Joe Biden – exige de voir la preuve d’un test négatif au préalable (https://www.20minutes.fr/monde/2878959-20201006-presidentielle-americaine-trump-plus-symptome-compare-nouvelle-fois-covid-19-grippe).

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article