Débat sur un texte sur les homosexuels : Müller attaque la justice allemande

Publié le 10 Août 2021

katolisch.de nous montre ce mardi 10 août 2021 que dans le différend sur un article du prêtre et publiciste polonais Dariusz Oko dans le magazine "Theologisches", le cardinal Gerhard Ludwig Müller a pris le parti de l'auteur et a violemment attaqué la justice allemande. Il avait honte qu'Oko ait été condamné en Allemagne pour incitation à la haine, alors même qu'il avait donné des faits, a déclaré Müller dans une interview au magazine polonais "Do Rzeczy".

 

Dans le même temps, le cardinal faisait un parallèle avec l'époque du national-socialisme. Le fait qu'Oko ait été condamné devrait sonner l'alarme parmi les personnes éduquées en histoire, a déclaré Müller. Après tout, "un certain avocat" en tant que gouverneur général a un jour envoyé tous les professeurs de Cracovie dans le camp de concentration. Avec cette déclaration, Müller faisait évidemment référence à l'avocat et homme politique nazi Hans Frank, qui, en tant que gouverneur général de la Pologne occupée par l'Allemagne, avait instauré un règne de terreur à partir de la fin octobre 1939 et est entré dans l'histoire comme le "boucher de Pologne". Une comparaison hasardeuse, car le prêtre et publiciste polonais Dariusz Oko n’est en rien un martyr, car il a appelé à la haine des homosexuels.

 

Plus précisément, le différend porte sur un article d'Oko du début de l'année. Sous le titre "Sur la nécessité de limiter les cliques homosexuelles dans l'Église", du numéro de janvier / février 2021 s'est plaint de la prétendue domination des homosexuels dans l'Église catholique et a décrit les prêtres homosexuels comme un danger pour l'Église. Entre autres choses, Oko a qualifié les ecclésiastiques homosexuels de "colonie de parasites", de "croissance cancéreuse" et de "peste homosexuelle", et les droits des homosexuels sont une "homo idéologie" et une "homo hérésie". Dans le numéro de mars/avril, Oko a ensuite publié une deuxième partie de l'article dans laquelle un jugement similaire a été rendu. Dans ce texte, Oko écrivait, entre autres, qu'il fallait créer dans l'Église «tout un système de protection des 'adultes sans défense' qui ont été ou pourraient devenir victimes de prédateurs homosexuels en soutane ou en robe».

 

Après la publication du premier article, le prêtre munichois Wolfgang F. Rothe, qui s'engage pour les droits des homosexuels dans l'Église, a rapporté au parquet de Cologne, Oko et le rédacteur en chef de "Theologisches", Johannes Stöhr, pour sédition. Fin juillet, on a appris que le tribunal de district de Cologne avait émis le 6 juillet des astreintes de plusieurs milliers d'euros chacune contre Oko et Stöhr pour sédition. À ce moment-là, cependant, une porte-parole du tribunal a souligné à la demande de katolisch.de que les ordonnances pénales n'étaient pas encore définitives et qu'Oko et Stöhr avaient déjà déposé une objection par l'intermédiaire de leurs avocats. Une audience principale aura probablement lieu maintenant.

 

Selon l'ordonnance pénale contre Oko, qui peut être consultée dans des extraits sur Internet, l'ecclésiastique polonais a été accusé avec son article d'incitation à la haine contre une partie de la population et d'atteinte à la dignité humaine d'autrui en insultant et méprisant avec malveillance une partie de la population. Les deux ordonnances de sanction ont été rendues sur la base de l'article 130 du Code pénal. Le jugement du tribunal de district de Cologne a donné lieu à un débat houleux et à de vives accusations contre la justice allemande en Pologne.

 

Le cardinal Müller a maintenant souligné que les crimes du clergé homosexuel dans l'Église devaient être condamnés avec des mots forts, comme l'avait fait Oko. Il ne s'agit pas d'incitation à la haine, mais d'un acte courageux qui mérite le respect de tous les honnêtes gens. "Ces crimes ne doivent pas être minimisés simplement parce que les auteurs étaient des homosexuels actifs qui pourraient être insultés si quelqu'un leur disait la vérité en face", a déclaré littéralement Müller, qui a également établi une comparaison avec le scandale des abus à l'Église en Allemagne. Pour lui, «Des milliers de prêtres innocents y sont insultés chaque jour en tant que pédophiles, mais aucun tribunal ou organe de presse ne réagit à cela. Personne ne semble se soucier de la campagne contre le clergé catholique et de l'encouragement à la violence contre ce groupe de personnes. Tout cela devrait se déplacer dans le cadre de la liberté d'expression».

 

Wolfgang F. Rothe a qualifié les propos de Müller de "monstrueux" mardi à la demande de katolisch.de. Le cardinal continue de se démasquer avec cette "déclaration impossible". Avec ses déclarations, Müller se retourne contre la justice allemande, la loi fondamentale et les droits de l'homme - "même si le tribunal de district de Cologne a clairement établi que les déclarations d'Oko sur les homosexuels sont illégales", a déclaré Rothe.

 

Les appels à la haine contre les homosexuels n’ont plus lieu d’être, et des ecclésiastiques comme le cardinal Müller et le père Oko ne devraient pas oublier une chose, l’amour du prochain, qui lui n’a pas de préjugés.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article