Le pape François demande que les réfugiés retenus dans divers pays «puissent rentrer dans leur patrie le plus rapidement possible»

Publié le 19 Septembre 2021

José Manuel Vidal nous montre ce dimanche 19 septembre 2021 sur religiondigital.org que depuis la chaise à la fenêtre, le pape François a glosé la fameuse invitation au service de l'Évangile : «Si l'on veut être le premier, sois le dernier de tous et le serviteur de tous. La norme par laquelle, de Jésus, les gens sont mesurés est le service». Par conséquent, celui qui veut se démarquer doit servir tout le monde, en particulier les «petits», à qui «ils n'ont aucun moyen de rendre la pareille. En accueillant les petits, nous accueillons Dieu», explique le pape avec insistance.

 

Dans les salutations après l'Angélus, le pape montre sa proximité avec les victimes des inondations dans l'État mexicain d'Hidalgo, en particulier celles qui sont décédées à l'hôpital de Toluca. Et, d'autre part, il dénonce la situation des réfugiés et migrants bloqués et détenus dans différents pays, afin qu'"ils puissent rentrer dans leur patrie le plus rapidement possible".

 

Mais une décision du pape fait des remous puisqu’il a rejeté la démission offerte par l'archevêque de Hambourg, Stefan Hesse, pour sa piètre performance lors de son séjour dans l'archidiocèse de Cologne puisqu’il est accusé de ne pas avoir engagé de procédures ecclésiastiques pour clarifier les accusations d'abus et qu'il n'a pas signalé plusieurs cas au parquet ou au Vatican. Au contraire, il demande à Hesse de poursuivre son ministère à Hambourg «dans un esprit de réconciliation», selon un communiqué du Vatican.

 

Les réactions sont  immédiates Entre autres, le Comité central des catholiques allemands a critiqué la décision. Le mouvement de réforme catholique "Nous sommes l'Église", de son côté, a également critiqué la décision. Ils sont consternés, disent-ils. Il semble qu'à l'église, il suffit de faire preuve d'humilité et de ne pas assumer plus de responsabilités, ont-ils dit. La procédure était "très gênante", la décision était en fait une amnistie pour Mgr Hesse. Joana Düvel de la Fédération catholique de la jeunesse de Hambourg est également déçue. Il a dit qu'ils attendaient un signe de Rome indiquant qu'ils étaient vraiment conscients de la situation dramatique des abus sexuels (https://www.religiondigital.org/mundo/Papa-arzobispo-Stefan-Hesse-Hamburgo-renuncia_0_2379362041.html).  

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article