Séminaristes transsexuels : l'archevêque appelle à la vérification du genre

Publié le 30 Septembre 2021

katolisch.de nous montre ce jeudi 30 septembre 2021 que l'archevêque de Milwaukee Jerome Listecki préconise de sélectionner les candidats potentiels à la prêtrise pour leur sexe biologique. Dans un mémorandum à tous les évêques diocésains américains, qui est à la disposition de divers médias , le président de la Commission sur le droit canonique et de l'administration de l'Église de la Conférence épiscopale américaine rapporte que les membres de la commission sont en faveur des candidats prêtres potentiels ayant un test ADN ou un certificat pour demander à un médecin choisi par l'évêché de s'assurer que le demandeur est un homme.

 

Selon Listecki, il existe plusieurs cas connus de «femmes vivant sous une identité transgenre» qui ont été acceptées dans des séminaires ou au noviciat des ordres religieux. Dans un cas, la preuve des sacrements reçus a également été falsifiée. Bien que l'évaluation médicale et psychologique des personnes concernées n'ait indiqué aucune procédure médicale de conversion sexuelle, il n'y a eu aucune tentative de consécration. L'ordination à la prêtrise est réservée exclusivement aux hommes dans l'Église catholique romaine. Selon le droit canon, les évêques doivent s'assurer que les candidats ont les qualités physiques et psychologiques nécessaires avant leur ordination (can. 1029 CIC). À cette fin, l'évêque peut aussi utiliser «d'autres moyens» qui «lui paraissent opportuns» (can. 1051 § 2 CIC). Un rituel de consécration effectué sur une personne qui n'est pas un homme serait invalide, donc la personne serait toujours un laïc.

 

L'Église assume une bisexualité et rejette les positions qui représentent une diversité des genres qui va au-delà. Elle considère le «transsexualisme»  comme un «trouble purement psychologique». Selon le Catéchisme de l'Église catholique, chacun doit «reconnaître et accepter sa sexualité» (n. 2333 CEC). En 2002, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a souligné que le «transsexualisme» rend irrégulier le fait de recevoir l'ordination et, s'il a déjà été ordonné, de la pratiquer. "Les attitudes ambiguës et anormales du transsexuel ne peuvent pas être un témoignage clair de la chasteté consacrée", a déclaré la Congrégation. Tout membre transsexuel d'ordres religieux doit être exclu. Dans le registre des baptêmes, le sexe n'est pas noté, selon un arrêté de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, les registres paroissiaux ne peuvent être changés même si le nom civil est changé au cours d'un changement civil de l'inscription du genre. Cependant, une note doit être faite dans le registre des baptêmes si le «changement de sexe» a été reconnu par la loi de l'État.

 

En 2016, le pape François s'est opposé à l'exclusion des transsexuels dans l’église. "Les tendances et les déséquilibres hormonaux entraînent de nombreux problèmes et nous devons faire attention à ne pas dire que tout est pareil", a déclaré le pape. Les transsexuels, comme les lesbiennes et les gays, devraient plutôt être intégrés, accompagnés et "rapprochés de Dieu" par les congrégations. Dans la vie, il faut "prendre les choses comme elles viennent. Le péché est le péché", a déclaré le pape François, qui en même temps s'est de nouveau prononcé contre la "théorie du genre". "C'est une chose quand les gens changent de sexe ; Mais c'est une autre affaire d'enseigner cela dans les écoles afin de provoquer un changement de mentalité sociale. C'est l'idéologie." À force d’utiliser les termes ‘idéologie’ ou ‘théorie de genre’, un concept fourre-tout qui a émergé avec force dans la décennie 2010, dans les discours réactionnaires d’extrême-droite, l’Église ne peut pas être inclusive.

 

Rocco Palmo, qui écrit le blog Whispers in the Loggia, a d'abord rapporté le mémo, intitulé "Transgenderism and Seminary Formation", via Twitter le 23 septembre. Le tweet initial de Palmo a suscité une série de réponses incrédules, certaines personnes comparant le mémo à des pratiques médiévales consistant à vérifier physiquement les candidats à la prêtrise. Une porte-parole de l'archidiocèse de Milwaukee a renvoyé les questions de la NCR au sujet du mémo à la conférence des évêques. Chieko Noguchi, porte-parole de la conférence, a refusé de commenter. Alors que les principaux séminaires protestants et chrétiens non confessionnels accueillent de plus en plus d'étudiants transgenres, l'Église catholique a adopté une position inflexible sur les questions transgenres (https://www.ncronline.org/news/trans-men-unknowingly-admitted-catholic-seminaries-bishops-committee-alleges). Dommage pour l’Église qui ne sait pas faire preuve d’un accueil radical pour les minorités sexuelles.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article