Pour le Cardinal Duka, le Synode mondial prépare aussi le futur concile

Publié le 20 Octobre 2021

katholisch.de nous montre ce mercredi 20 octobre 2021 que du point de vue du cardinal Dominik Duka, le processus synodal mondial de l'Église catholique initié par le pape est aussi une préparation à un futur concile. C'est ce qu'a écrit l'archevêque de Prague dans un récent «Mot sur l'ouverture de la préparation synodale en 2021». Les conciles antérieurs n'ont pas toujours eu lieu dans des «situations favorables»; il a souvent «semblé qu'ils ne pouvaient pas accomplir leur tâche», comme au concile tridentin au XVIe siècle ou au concile Vatican I (1869-1870). Néanmoins, les assemblées ecclésiastiques avaient «rempli leur tâche et défini certaines priorités et orientations».

 

Au début du synode mondial, Duka a rappelé que le Collège des cardinaux avait traité «certains aspects d'une réforme nécessaire de la vie de l'Église» avant le conclave de 2013. Après le synode amazonien, le pape François «est arrivé à la conclusion qu'il fallait préparer l'Église à certains changements». C'est pourquoi on s'engage maintenant dans cette voie. Duka a également évoqué les expériences importantes de l'«assemblée plénière», c'est-à-dire le synode national pluriannuel de l'Église catholique en République tchèque au tournant du millénaire. De 1997 à 2005, une «étape courageuse et unique» a été franchie, pour laquelle à cette époque il n'y avait «aucun soutien dans des activités similaires de l'Église dans d'autres pays».

 

Dans le processus synodal mondial actuel, une courte période de "pratiquement un seul semestre" est prévue pour les délibérations au niveau national, selon Duka. "Vous êtes donc confronté à un très gros travail exigeant". L'archevêque de Prague a expliqué que "certaines déceptions ne sont pas à exclure", car l'Église et sa vie sont dispersées dans le monde entier et progressent non seulement au même rythme au sein des grands espaces culturels, mais aussi dans un grand nombre de régions.

 

Un gros problème de l'«assemblée plénière» en République tchèque était qu'au tournant du millénaire, la «route vers la liberté» n'était pas encore achevée. Dans le nouveau processus synodal global, d'autre part, l'Église avance «dans les étapes nécessaires de réforme de la conception structurelle et économique avec laquelle on se débat dans l'archidiocèse comme dans les paroisses», a souligné le cardinal.

 

Le pape François a ouvert le processus synodal il y a une semaine et demie à Rome. Le week-end, il a également été ouvert dans les diocèses allemands. De nombreux évêques se sont exprimés à ce sujet dans des services religieux et des paroles pastorales et ont appelé à la participation. Le synode mondial des évêques est prévu à Rome en 2023, qui conseillera sur les sujets recueillis et formulera des propositions de réforme au Pape.

 

Des cardinaux ne cachent plus leurs espoirs avec ce synode mondial et plus particulièrement celui d’une réforme profonde de l’Église, tout en sachant que certaines déceptions arriveront, tout en sachant que cela pourrait déboucher sur un concile qui serait salutaire pour régler les questions sensibles.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article