Les catholiques portugais demandent une enquête indépendante sur les abus sexuels

Publié le 9 Novembre 2021

EFE nous montre ce lundi 9 novembre 2021 que près de 250 catholiques portugais ont demandé dans une lettre envoyée à la Conférence épiscopale du Portugal (CEP) une enquête indépendante sur les abus sexuels produits dans l'Église car ils considèrent les mesures adoptées "totalement insuffisantes". «Les évêques ont besoin de savoir mieux écouter ce que les laïcs leur disent, et aujourd'hui ils disent que la Commission nationale qu'ils ont lancée est importante mais ne résout pas le problème de l'absence d'une enquête nationale indépendante sérieuse sur l'énorme problème de abus sexuels dans l'Église», a déclaré à Efe Nuno Franco Caiado, promoteur de la lettre.

 

Le document transmis devant l'assemblée plénière de la Conférence épiscopale hier, et rendu publique aujourd'hui, précise que les droits des victimes et les valeurs sacrées de l'Évangile bafouées sont les seules qui doivent être prises en compte. Il appelle également la Conférence épiscopale à s'aligner sur les directives du pape François et à produire une "enquête nationale rigoureuse, complète et véritablement indépendante sur une période de 50 ans". "Il faut comprendre que ces abus ont pu se produire au Portugal et il faudrait enquêter", assure le promoteur de la lettre, qui loue la situation en France et regrette que les évêques ne veuillent pas franchir le pas pour l'enquête de ce "Problème systémique" qui a eu lieu.

 

L'Église portugaise a créé il y a un mois des commissions dans chacun des 21 diocèses du pays pour enquêter et prévenir les abus sexuels au sein de l'Église, bien qu'il existe des divergences entre les évêques sur la nécessité d'enquêter rétroactivement sur les cas. À l'ouverture de l'assemblée plénière, le président de la Conférence épiscopale, José Ornelas, a promis de découvrir la "vérité historique" sur les abus sexuels commis au Portugal.

 

En outre, il a évoqué la création d'une commission nationale pour coordonner le travail des 21 diocèses avec des procédures communes, ce que le journaliste Jorge Wemans, un autre des signataires, juge insuffisant, comme il l'a expliqué à Efe. «L'Église catholique au Portugal ne pourra retrouver la crédibilité dont elle a besoin que si elle demande la constitution d'une commission d'enquête indépendante. Et si elle s'engage à soutenir pleinement cette commission indépendante, c'est-à-dire en donnant accès à tous les documents et à toutes les personnes, vous devriez consulter et écouter», a-t-il déclaré.

 

Pour rendre cela possible, en plus d'une enquête indépendante, Franco Caiado demande à l'Église "l'humilité" lorsqu'il s'agit de reconnaître le problème et de passer à l'étape suivante. "La prochaine étape est de demander l'aide de tous les laïcs, catholiques, de toute la communauté, dans une réflexion sur la façon de changer l'organisation de l'église et comment exercer le pouvoir en leur sein. Sans ces changements nous n'irons pas loin à cet égard et dans aucun autre", opine-t-il.

 

On peut comprendre la crainte des victimes puisque parmi les évêques du Portugal, il existe des divergences sur la nécessité d'enquêter sur les cas d'abus, comme cela a été fait dans d'autres pays comme la France ou l'Allemagne, du fait qu’ils craignent une enquête indépendante comme en France, où une commission indépendante a récemment recensé plus de 200 000 cas d'abus commis par l'Église depuis 1950 (https://rpp.pe/mundo/europa/portugal-iglesia-catolica-promete-averiguar-la-verdad-historica-sobre-abusos-sexuales-noticia-1368029).

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article