Lourdes : une photo symbolique pour "faire mémoire" aux victimes de pédocriminalité

Publié le 6 Novembre 2021

Lourdes : une photo symbolique pour "faire mémoire" aux victimes de pédocriminalité

huffingtonpost.fr avec l’AFP nous montre que évêques, prêtres, responsables d’ordres religieux et quelques fidèles ont “fait mémoire” aux victimes de pédocriminalité, ce samedi 6 novembre à Lourdes, en se recueillant devant une photo et en organisant une prière de repentance au sanctuaire, a constaté une journaliste de l’AFP. “Ici, ensemble, rassemblés pour recevoir le rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase), nous voulons marquer ce lieu de Lourdes pour un premier témoignage visuel qui fera mémoire de tant de violences, de drames et d’agressions”, a déclaré Hugues de Woillemont, porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF). Scellée au mur de l’hémicycle dans lequel se réunit l’épiscopat, elle préfigure la construction d’un “lieu de mémoire”, décidée en mars par les évêques, mais dont les modalités n’ont pas encore été définies.

 

La photo a été prise par une victime et un texte sur “la violence subie” et la “souffrance” de cet enfant a été lu par une autre victime, Véronique Garnier, qui participe régulièrement aux travaux avec l’épiscopat et participe à l’assemblée plénière de la CEF qui se tient jusqu’à lundi. “Petit enfant”, “qui vous a entraîné dans son secret honteux ? Qui a fait de vous sa chose ?”, a interrogé Eric de Moulins-Beaufort, président de la CEF, tandis que Véronique Margron, présidente de la Corref (ordres religieux), a dénoncé “la parole interdite, dehors comme dedans” des enfants victimes. Les 120 évêques, qui n’étaient pas vêtus de leurs habits liturgiques à la demande des victimes, les religieux, prêtres et laïcs se sont ensuite rendus sur l’esplanade de la basilique Notre-Dame du Rosaire, où, après la sonnerie du glas, ils ont participé à une prière de pénitence, certains à genoux, demandant “pardon à Dieu”. “J’ai vécu ces moments avec beaucoup d’émotion”, a déclaré Véronique Garnier, à l’issue de cette cérémonie, soulignant qu’il était important de “nous rendre justice”.

 

Au contraire, une personne se présentant comme victime, enfant, d’un prêtre appartenant à la congrégation des pères de Bétharram, implantée près de Lourdes, a lui, crié sa “colère”, sur l’esplanade. “La repentance, c’est pipeau”, a dénoncé Jean-Marie Delbos, 75 ans, affirmant ne pas être entendu par l’Église. Il a réclamé devant la presse que son prédateur, “revenu dans sa communauté, soit sanctionné et défroqué”. Véronique Margron est venue à sa rencontre pour entamer une discussion avec celui qui avait fait tout ce chemin pour faire entendre sa voix de victime oubliée depuis plus de 60 ans. Une écoute bienvenue pour cet homme qui va enfin pouvoir remettre son épais dossier, témoin de nombreuses et douloureuses années d’attente et être enfin soulagé (https://www.ladepeche.fr/2021/11/06/lourdes-jean-marie-a-crie-sa-colere-pendant-la-conference-des-eveques-de-france-9912809.php). Des mesures financières devraient être annoncées. Insuffisantes pour Jean-Marie, car son présumé violeur vit une retraite paisible dans les Pyrénées. "La première des mesures est de virer tous les responsables qui ont couvert ces gens-là, bien sûr, les prédateurs eux-mêmes. On n'attend rien d'eux", se plaint-il (https://www.tf1.fr/tf1/jt-we/videos/pedophilie-leglise-debat-de-sa-responsabilite-a-lourdes-99766807.html).

 

Enfin, les évêques "se doivent aujourd'hui de passer à l'action et surtout de ne pas regarder les comptes, quitte à ce que l'Église se mette en faillite", a estimé samedi 6 novembre sur franceinfo (https://www.francetvinfo.fr/monde/vatican/pape-francois/indemnisation-des-victimes-de-pedocriminalite-les-eveques-doivent-passer-a-l-action-quitte-a-ce-que-l-eglise-se-mette-en-faillite-estime-olivier-savignac_4835263.html) Olivier Savignac, co-fondateur de l’association "Parler et revivre", alors qu'évêques, prêtres, responsables d'ordres religieux et quelques fidèles ont "fait mémoire" aux victimes de pédocriminalité, à Lourdes, en se recueillant devant une photo et en organisant une prière de repentance au sanctuaire. Olivier Savignac salue le geste pénitentiel effectué par les évêques, "qui les engage encore plus". Il en appelle également au pape, car le Vatican "était au courant" des milliers de victimes et n'a "rien fait". "Eux aussi doivent payer", assure-t-il.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article