Luis Argüello, sur la pédophilie cléricale : «Ce ne sont que de petits cas. Pourquoi l'accent est-il mis uniquement sur l'Église catholique ?»

Publié le 19 Novembre 2021

"Ce ne sont que de petits cas", même si "cela n'en diminue pas la gravité". Le porte-parole de la Conférence épiscopale, Luis Argüello, a raté cet après-midi une autre grande occasion - peut-être la dernière - de confronter de manière décisive l'enquête sur les abus comme le montre Jesús Bastante sur religiondigital.org ce vendredi 19 novembre 2021. Par ailleurs : Argüello a dénoncé que le 'casus belli' qui est fait contre l'Église face à un problème, celui de la pédophilie dont il a affirmé que seulement 0,8% se produisent dans l'Église espagnole. "Même en additionnant tous les cas qui sont apparus dans les médias, les cas qui remontent à une période de 80 ans, ne dépassent sûrement pas le millier (...) alors qu'il y a des centaines de milliers de prêtres, des millions d'enfants et adolescents, et seulement un nombre minime, mais malheureusement existant, d'abus", a déclaré l'évêque auxiliaire de Valladolid, qui a souligné que la plupart des abusés demandent «la discrétion, sans faire de leur propre cas un enjeu médiatique».

 

Le prélat s'est emballé, et a poursuivi avec une diatribe erratique : "Pourquoi l'accent est-il mis uniquement sur l'Église catholique ? Il y a des cas dans les fédérations sportives, une enquête générale a-t-elle été demandée au CIO ou à la FIFA ?", a-t-il ajouté, malgré la reconnaissance de la «grande gravité» de ces abus dans une institution à caractère morale telle que l'Église. Si grave, que contrairement à ce qui se passe dans toute l'Europe (sauf en Italie) et en Espagne, il n'y aura pas d'enquête historique sur la pédophilie dans l'Église, et la Conférence épiscopale n'écoutera pas, en plénière, les victimes. "Nous n'avons pas fait ce genre d'écoutes téléphoniques." Loin d'avouer sa lenteur (son refus, plutôt) d'enquêter sur les cas d'abus en son sein, la Conférence épiscopale montre sa poitrine, et se proclame pionnière dans la création de normes anti-pédérastiques. De Compostelle, où ils sont allés faire un pèlerinage au tombeau de Saint-Jacques, le porte-parole de la CEE, Luis Argüello, a annoncé que l'Assemblée plénière de l'épiscopat a approuvé le décret général sur la protection des mineurs.  «C'est la première Conférence épiscopale au monde qui approuve un ensemble de normes  pour traiter les cas d'abus sexuels sur les mineurs et les personnes qui ont habituellement un usage imparfait de la raison», lit-on dans la note. Le texte, a ajouté Argüello, rassemble en un seul document, les règlements canoniques dispersés dans plusieurs documents, et «sera valable dans tous les diocèses espagnols, dans les institutions religieuses de droit diocésain».

 

Bien sûr : rien pour enquêter, ni ouvrir les dossiers, pour que d'autres puissent connaître le nombre réel de victimes de pédophilie cléricale, et aussi aucune indemnisation aux victimes, dans un message très éloigné des propos du cardinal Omella dans son discours inaugural ou ceux que, ce matin, il a prononcés dans son offrande à l'apôtre Jacques : «Les abus commis par certains membres de l'Église nous causent douleur et honte. Nous demandons ta force et ta lumière pour que, dans tous les diocèses, nous puissions trouver, accueillir et accompagner, face à face, les victimes dans la guérison de leur douleur.» Y aura-t-il une enquête sur les cas d’abus sur mineurs ? Non. "Tous les évêques sont favorables à la connaissance, au cas par cas, des situations qui ont pu se produire, notamment avec le désir qu'elles ne se produisent plus". "Notre intérêt principal est que chaque victime puisse sentir que chaque diocèse, chaque congrégation, est prêt à accepter sa situation", a déclaré Argüello, qui a précisé que "nous ne sommes pas pour le travail de faire des recherches sociologiques ou statistiques, mais pour connaître chaque victime (et agresseur éventuel) avec des noms et prénoms. Nous avons pris conscience de la gravité des abus, de l'importance de la prévention et de la nécessité d'aller de l'avant." Les victimes attendent mieux.

 

Enfin, comme nous montre religiondigital.org (https://www.religiondigital.org/mundo/Iglesia-Colonia-realiza-penitencia-confesion-abusos-woelki-alemania_0_2397360267.html) le diocèse de Cologne a choisi une autre voie en organisant jeudi une cérémonie de pénitence pour les cas d'abus sexuels perpétrés par le clergé, précisant qu'il ne s'agissait pas de l'acquittement des agresseurs, mais plutôt d'un "aveu de culpabilité". La façon dont l'Église catholique allemande a traité les accusations d'abus sexuels a provoqué une énorme crise à Cologne, dont l'archevêque, le cardinal Rainer Maria Woelki, qui a pris une "pause spirituelle" sur les conseils du pape François. L'administrateur par intérim de l'archidiocèse, l'évêque auxiliaire Rolf Steinhaeuser, a présidé le service de jeudi. "Un grand nombre de crimes de violence sexuelle contre des élèves ont été commis par des prêtres et d'autres employés ecclésiastiques de notre diocèse", a admis Steinhaeuser lors de l'office dans la cathédrale de Cologne. L'évêque auxiliaire a déclaré qu'en tant qu'actuel chef de l'archidiocèse, il est le «chef de l'organisation perpétrante de l'archidiocèse de Cologne», a rapporté dpa. "Cet office ne se termine pas avec le pardon ", a déclaré Steinhaeuser. «Nous ne pouvons pas nous absoudre. Nous ne nous excusons pas non plus auprès des personnes concernées pour se sentir mieux. L'intention de l'office était « un aveu de culpabilité, un souvenir des personnes touchées, une intercession».

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église, #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Il y a une part de logique.<br /> Dès qu'on a commencé à parler de grande enquête à l'intérieure de l'Eglise, je me suis dis "pourquoi seulement à l'Eglise?"<br /> Mais je ne peux pas le dire sans être accusé de chercher à relativiser. <br /> En étant pessimiste, on pourrait se dire que dès qu'un enfant est en contact avec un adulte, il y a un risque et plus encore quand l'adulte est une figure d'autorité. <br /> A se focaliser sur l'Eglise on oublie le reste et on cherche des explications faciles comme le célibat ou le secret de la confession (honnêtement si le secret n'existait plus, les criminels n'iraient plus se confesser en supposant qu'ils y aillent déjà) <br /> Les criminels ont fait un mal inouï mais faire naitre un climat de soupçon sur chaque pretre serait injuste
Répondre
P
passant au hasard,<br /> <br /> Comme vous le dite la logique de dire qu'il y a plus ailleurs, est en partie essayer de minorer ses propres fautes. La réalité, c'est les abus sexuels et sur mineurs sont des crimes où qu'ils soient, et j'aimerais que l’Église montre l'exemple car à travers Jésus elle se devait de défendre les faibles, mais comme toutes les institutions elle a préféré couvrir ses membres plutôt que de prendre les choses en main. Pour les prêtres, ils font un excellent travail pour démontrer qu'ils ne sont pas tous des abuseurs, mais ils sont aussi choqués de savoir que 6 à 10 % d'entre eux ont abusés de mineurs, et veulent aussi que les choses changent pour les victimes et aussi pour que l’Église ne commette plus les mêmes erreurs.<br /> <br /> Merci !