Les évêques se préparent à une "guerre civile" pour leur collaboration dans les enquêtes sur les abus dans l'Église espagnole

Publié le 22 Avril 2022

Jesús Bastante nous montre ce vendredi 22 avril 2022 sur religiondigital.org que ce lundi, les évêques espagnols se réuniront à nouveau, dans leur première plénière sans masque obligatoire (bien que recommandé, puisqu'on parle de personnes âgées) depuis l'élection du cardinal Omella à la présidence, il y a maintenant deux ans. Une Plénière qui, loin de la paix des autres occasions, se présente avec le risque d'une véritable «guerre civile» en raison des enquêtes sur les abus, et de la volonté, ou non, de collaboration des prélats à la fois avec l'audit commandé par la CEE à Cremades&Calvo Sotelo comme avec lequel le Médiateur mandaté par le Congrès des Députés conduira. Juste avant d'entrer dans la salle de classe, les évêques trouveront la lettre que différents groupes d'Église (dont RD) enregistreront au siège d'Añastro exigeant «que l'Église espagnole passe définitivement des ténèbres à la lumière au sujet des abus et que leur volonté faire éclater la vérité, rendre justice et réparer les victimes est sans équivoque».

 

En attendant ce que le cardinal Omella a à dire dans son discours d'ouverture, la vérité est que de nombreux évêques sont bouleversés par la manière dont l'embauche du cabinet d'avocats a été gérée, ainsi que par le fait même de l'enquête, qui à ce qu'ils comprennent est le résultat d'une pression politique et médiatique, et non d'une véritable volonté de mettre un terme à ce fléau. Fait intéressant, ce même groupe est le même qui nie toute collaboration avec les autorités, et se limite à continuer à laver le linge sale 'à la maison' (dans les commissions diocésaines, dont l'inefficacité, à quelques exceptions près, est déjà plus que prouvée).  En fait, certains disent l'avoir appris «par la presse», bien que le porte-parole du CEE, Luis Argüello (dont la nomination comme archevêque de Valladolid pourrait même devenir officielle au cours de cette Plénière, attisant les rumeurs de son éventuel départ anticipé d'Añastro, comme RD avancé), a écrit une lettre à tout l'épiscopat expliquant brièvement en quoi consistait l'accord. Cependant, de nombreux prélats ont appris le contrat avec Cremades via le site web de RD, ainsi que la rencontre d'Omella avec les victimes et la demande ultérieure de rencontrer le Saint-Père.

 

Dans ce qu'il y aura bataille, pour beaucoup, sera dans la question de l'ouverture des archives. Nombreux sont les prélats qui ont déjà annoncé en privé qu'ils ne remettraient "à personne" (en référence à Cremades, mais aussi et surtout à Gabilondo) les archives diocésaines. À cela s'ajoute le fait que la grande majorité des faits "scandaleux" sont rassemblés dans un autre dossier, dit "secret", qui n'est connu que des évêques et de quelques chanceliers diocésains, et qui comprend les cas d'extrême gravité, qui sont protégés par le secret de la confession et qui, par conséquent, sont doublement inviolables : par les accords Église-État et par les règlements ecclésiastiques eux-mêmes.

 

Si la collaboration avec Cremades semble difficile, beaucoup plus difficile sera la participation de l'épiscopat à la commission de du Défenseur du peuple, qui ne convainc guère aucun évêque. Aujourd'hui, la thèse principale est que c'est -comme il apparaît dans le contrat- le cabinet d'avocats qui sert d'interlocuteur entre la «commission Gabilondo» et l'Église, ce qui irrite profondément une bonne partie des victimes, qui continuent de se sentir ignorés et sans capacité de participation directe (avec prise de décision) à l'audit ecclésiastique.

 

Parallèlement à la question des abus, la Plénière d'avril servira à vérifier si la rencontre d'Osoro, Omella et Argüello avec le pape a servi à reprendre le "travail commun" entre les dirigeants épiscopaux. Au-delà du fait que le porte-parole quittera prochainement son poste, la vérité est que le pape François veut que ces deux hommes en Espagne travaillent côte à côte, et qu'il soit noté, dans une nouvelle approche «synodale» de l'Église espagnole, qu'il risque manquer, une fois de plus, le train des réformes. À cela s'ajoute un renouvellement plus que nécessaire de l'épiscopat qui pourrait finir par se débloquer dans les prochaines semaines. Valladolid, Valence, Saint-Sébastien, Grenade, Pampelune... ne sont que quelques-uns des grands "quartiers généraux" qui pourraient bientôt déménager. Tant qu'il y a la paix parmi les justes. Qu'il devrait y avoir. Les «ennemis», aussi ceux de l'intérieur, sont les autres. Il est temps de réaliser et de se mettre au travail.

 

LeMonde.fr (https://www.lemonde.fr/international/live/2022/04/22/guerre-en-ukraine-en-direct-une-derniere-poche-de-resistance-a-marioupol-et-des-bombardements-incessants-dans-tout-le-donbass_6123201_3210.html) nous montre aussi que le pape François a aussi révélé qu’une rencontre avec le patriarche orthodoxe russe Kirill était prévue pour juin mais qu’elle a dû être annulée. Dans un entretien avec le quotidien argentin La Nacion de vendredi, le pape assure que ses relations avec le patriarche Kirill sont «très bonnes» et dit «regretter que le Vatican ait dû annuler une deuxième rencontre avec [lui], (…) prévue pour juin à Jérusalem». «Notre diplomatie a estimé qu’une rencontre des deux à ce moment pouvait prêter à beaucoup de confusion», explique le souverain pontife, une allusion manifeste à la guerre en Ukraine.

 

Au 58e jour de l’invasion russe, les Ukrainiens affirment continuer à résister dans le port stratégique de Marioupol, dont Vladimir Poutine avait revendiqué le contrôle la veille. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, accuse la Russie de chercher à organiser un faux référendum d’indépendance dans les régions de Kherson et Zaporijjia qu’elle occupe dans le sud du pays. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres se rendra la semaine prochaine en Russie où il sera reçu par Vladimir Poutine, leur première rencontre depuis le début de l’offensive de Moscou. Et les négociations entre la Russie et l’Ukraine «patinent», selon Sergueï Lavrov (https://www.liberation.fr/international/europe/en-direct-guerre-en-ukraine-suivez-les-dernieres-informations-sur-le-58e-jour-dinvasion-russe-20220422_KKBMDLA4M5C2VEFYYYWQFOQBBI/).

 

Merci !

 

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église, #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article