Pourquoi les évêques français envoient-ils deux documents pour le synode de 2023 ?

Publié le 27 Juin 2022

J. Lorenzo nous montre pour The Tablet et religiondigital.org dans son article du dimanche 26 juin 2022 que pas un seul texte avec le résumé des apports de la phase d'écoute, comme l'ont fait le reste des conférences épiscopales du monde, mais deux documents que les évêques français ont transmis au secrétariat général du synode, à Rome, après une la phase nationale pour l'assemblée synodale de 2023.

 

Quelle est la raison pour laquelle la Conférence épiscopale française a adopté cette décision après sa récente réunion à Lyon ? Eh bien, essayez d'être le plus fidèle possible à ce qui a été entendu dans cette phase et envoyez un document avec les avis critiques reçus et un second avec votre interprétation des commentaires, selon The Tablet. Les opinions de quelque 150 000 catholiques de paroisses et de groupes à travers la France comprenaient des critiques de l'Église pour être trop cléricale, des appels à un plus grand rôle pour les femmes, des suggestions pour rendre le célibat facultatif et des plaintes concernant des prêtres autoritaires.

 

Or, selon l'hebdomadaire, pour le président des évêques de France, l'archevêque de Reims, Éric de Moulins-Beaufort, «cette compilation ne semble pas bien représenter tout ce qui a été entendu des diocèses, des mouvements, des associations et des les ordres qui ont participé au procès synodal». En fait, le premier texte a fait la une des journaux qui ont alarmé certains pasteurs (comme cela s'est produit dans d'autres pays, dont l'Espagne) et a ensuite précisé que ce premier document était "le message reçu comme tel" dans un processus plus large. Avec le deuxième document, ajoute The tablet, "les évêques ont dit qu'ils devaient 'mieux exprimer le côté humain de l'Église', 'assumer... les souffrances et les attentes des femmes ', 'écouter les préoccupations exprimées par les prêtres et les conditions de leur ministère'» ou «mieux identifier pourquoi la liturgie continue d'être un lieu de tensions récurrentes et contradictoires».

 

Ce qui n'a pas été abordé, selon les évêques en conférence de presse, c'est «l'activité missionnaire de l'Église ou les grands sujets de société comme l'environnement, la solidarité mondiale et les différents modèles anthropologiques qui sont proposés». Des questions comme l'Eucharistie, les sacrements et le célibat sacerdotal "ont été ignorés ou dévalorisés" et ce qui était déjà presque une certitude s'est confirmée : "La génération des 20 à 45 ans manquait".

 

religiondigital.org et The Tablet nous montrent aussi dans leur article ce lundi (https://www.religiondigital.org/mundo/Sinodo-Inglaterra-Gales-Piden-predicar-mujer-clericalismo_0_2463653612.html) que le rôle des femmes, y compris le "défaut" de "bien l'utiliser" de leur contribution et leur exclusion des ministères formels, a été décrit comme un "thème constant" dans les rapports diocésains produits ces derniers mois dans l'Église d'Angleterre et du Pays de Galles devant du Synode de 2023 sur la synodalité.

 

"En général, les femmes n'étaient pas considérées comme une minorité marginalisée, mais comme une majorité réduite au silence et non reconnue, dont les dons gisent déballés et ignorés dans le narthex de la paroisse", indique le rapport, dont les principaux apports ont été recueillis par l'hebdomadaire The Tablet. En ce sens, il est demandé que les femmes soient autorisées à prêcher l'homélie pendant la messe, alors que "la tristesse et la frustration" que les opinions des femmes ne soient pas prises au sérieux ou traitées de seconde classe, "imprègnent tous les rapports".

 

En général, les catholiques anglais et gallois ordinaires se sentent non protégés et aliénés des organes officiels de l'Église, tandis que la crise des abus sexuels du clergé reste une "source de honte et d'humiliation". Quant au cléricalisme, il apparaît identifié comme l'une des causes de la crise des abus, puisqu'il a favorisé une attitude égoïste visant à protéger l'institution, c'est pourquoi les catholiques veulent désormais «une nouvelle forme de relation entre prêtres et laïcs», ainsi que revoir la formation des prêtres. Le document précise : «Le cléricalisme est constamment invoqué dans les rapports pour décrire une résistance de la part des prêtres pour qu'ils comprennent et servent la paroisse et non l'inverse».

 

Malgré les critiques, nombre des 30 000 catholiques qui ont participé au synode, ce processus synodal a été qualifié de "révélation" et a montré l'espoir d'une "Église aimante, miséricordieuse, familiale et missionnaire dans laquelle chacun est impliqué" et "ouverte à la conduite de l'Esprit". Quant aux catholiques LGBTQ+, le document reflète comment «les homosexuels sont pointés du doigt ou non bienvenus» et sont «l'objet de préjugés et d'hostilité», parmi «un certain nombre de groupes marginalisés» dont les femmes, les jeunes, les catholiques divorcés et remariés, la communauté des Gens du voyage, les personnes ayant des besoins supplémentaires, les personnes de couleur et les traditionalistes.

 

Enfin, Xavier Le Normand nous montre dans la-Croix.com (https://www.la-croix.com/Religion/Diocese-Toulon-Mgr-Rey-admet-des-erreurs-discernement-2022-06-27-1201222195) que trois semaines après que le Vatican lui a demandé de suspendre les ordinations dans son diocèse, Mgr Dominique Rey a adressé dimanche 26 juin un long message aux fidèles. L’évêque de Fréjus-Toulon reconnaît des «erreurs de discernement» du fait que «la provenance des vocations et la pluralité des parcours de formation qui ont pu poser question à Rome», plus encore du fait de «la présence de nombreuses communautés avec parfois la difficulté pour le Diocèse de les accompagner et de les intégrer», et assure vouloir œuvrer pour «améliorer différents axes de gouvernance», car «L’ensemble des communautés de notre Diocèse doit faire l’objet d’un suivi encore plus régulier», ce qui le pousse à «réfléchir à améliorer différents axes de gouvernance».

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article