"On devrait avoir honte de nous"

Publié le 25 Septembre 2022

domradio.de nous montre ce dimanche 25 septembre 2022 que le pape François a appelé tout le monde à faire preuve de plus de miséricorde envers les pauvres et les nécessiteux. "Injustices, inégalités, ressources inégalement réparties sur la terre, abus des puissants envers les faibles, indifférence aux cris des pauvres; l'abîme que nous creusons chaque jour et qui conduit à l'exclusion ne doit pas nous laisser indifférents", a mis en garde le pape ce dimanche à Matera, dans le sud de l'Italie. "Nous devrions avoir honte de ces abus et de la façon dont nous traitons les pauvres et les nécessiteux", a déclaré le pape François dans son homélie à la fin du 27e Congrès eucharistique national. La valeur de la vie ne dépend pas des possessions ou des apparences; et il ne devient pas moins dans l'échec.

 

Il a également appelé dimanche à des efforts d'intégration plus importants pour les migrants et les réfugiés dans la société à Matera, dans le sud de l'Italie. C'est aussi grâce à eux que les communautés peuvent grandir socialement, économiquement, culturellement et spirituellement, a déclaré le pape à l'occasion de la "Journée mondiale des migrants et des réfugiés" lors de sa visite à Matera, dans le sud de l'Italie. L'échange de différentes traditions enrichit le peuple, selon le pape François; et, "Engageons-nous tous à construire un avenir plus inclusif et fraternel." Dans son message pour la Journée mondiale publié en mai, le pape François avait déjà évoqué "l'énorme potentiel" des immigrés. Bien sûr, leur présence représente aussi un défi majeur, mais en même temps, elle offre des opportunités de «grandir culturellement et spirituellement». La Journée mondiale catholique des migrants et des réfugiés a lieu pour la 108e fois cette année. Le pape Benoît XV (1914-1922) l'a proclamé en 1914. Le pape François avait changé la première date de janvier à septembre parce que la date précédente était proche des autres commémorations et fêtes de l'Église.

 

À la fin de son court séjour à Matera, dans le sud de l'Italie, le pape François a visité une cantine pour les nécessiteux. Le Vatican l'a annoncé dimanche. La "Mensa della Fraternita" (La cantine de la Fraternité) est financée par la Fondation "Egidio Tamburrino". Son homonyme a travaillé comme mécène caritatif à Matera jusqu'à sa mort. La cantine "Don Giovanni Mele" est destinée aux personnes les plus faibles et les plus nécessiteuses de la ville. Le pape François s'était envolé pour Matera le matin pour la messe de clôture du 27e Congrès eucharistique national. Cette année, environ 800 délégués de 166 diocèses italiens et environ 80 évêques ont participé à la réunion de quatre jours. Le thème du congrès était : «Revenons au goût du pain - Pour une Église eucharistique et synodale».

 

Pendant ce temps, L’Obs (https://www.nouvelobs.com/monde/20220925.OBS63649/forte-affluence-dans-les-bureaux-de-vote-en-italie-ou-l-extreme-droite-devrait-entrer-en-force-au-parlement.html) nous montre que les Italiens se rendaient en nombre aux urnes dimanche pour élire leur parlement, où sauf surprise l’extrême droite devrait entrer en force et proposer le Premier ministre qui succédera à Mario Draghi. Son arrivée au pouvoir se traduirait également par un cadenassage du pays, où débarquent chaque année des dizaines de milliers de migrants, une perspective qui inquiète les ONG humanitaires. Cependant, selon le ministère de l’Intérieur, l’affluence était de plus de 19% à 12 heures, en ligne avec les législatives de 2018, et de nombreuses files d’attente se sont formées devant les bureaux de vote dans diverses régions du pays. Les analystes, qui attendaient pourtant une baisse de la participation, ne savent pas s’il s’agit d’un sursaut pour faire barrage à l’extrême droite ou si les électeurs ont préféré voter tôt dans les régions où, comme à Rome, étaient annoncés orages et précipitations à partir de la fin d’après-midi.

 

Mais la messe n’est pas dite : «imprévisibles, les élections se jouent sur l’émotion et au dernier moment», rappelle à l’AFP Emiliana De Blasio, professeure de sociologie à l’université Luiss de Rome, tout en soulignant le rôle-clé des indécis, estimés à 20% environ. Les scores du Mouvement 5 Etoiles (M5S, ex-antisystème), crédité d’avoir institué un revenu minimum pour les plus pauvres, et du Parti Démocrate (PD, centre-gauche), bien implanté localement, pourraient réserver des surprises, notamment dans le sud du pays.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article