Le document de travail publié pour la prochaine phase du Synode mondial : 45 pages avec les préoccupations et les besoins de l'église dans le monde

Publié le 27 Octobre 2022

katholisch.de nous montre ce jeudi 27 octobre 2022 qu’une bonne année après le début du Synode mondial, la deuxième phase continentale commence. Le document de travail de cette phase résume sur 45 pages les préoccupations et les besoins des diocèses catholiques du monde entier. L'accent est mis sur une meilleure écoute mutuelle et la participation de chacun. Les femmes, les franges sociales et les minorités, notamment sexuelles, sont mises en avant. Le résultat est un "vrai reflet" de ce que les conférences épiscopales avaient soumis, a déclaré le cardinal luxembourgeois Jean-Claude Hollerich en tant que "relateur général" du synode lors de la présentation du document jeudi. Et le Secrétaire Général du Synode, le cardinal Mario Grech, a confirmé : la synodalité et la mission sont les deux faces de la médaille. L'Église échouera si elle ne devient pas plus synodale. Le document s'intitule "Agrandis l'espace de ta tente" (Isaïe 54,2).

 

L'expérience d'une réelle participation pour la première fois est jugée positive. 112 des 114 conférences épiscopales nationales ont soumis des contributions. Selon Grech, il ne peut pas dire lesquels des deux n'ont pas participé. Mais elles auraient certainement leurs raisons objectives, qu'il aimerait aussi connaître. Selon Grech, il est curieux de voir comment les deux contribueront au niveau continental. D'autres soumissions sont venues des Églises catholiques orientales, des ordres religieux, de la majorité des autorités du Vatican et d'environ 1000 particuliers et groupes. Pendant douze jours, une cinquantaine d'experts de différentes disciplines venus du monde entier ont travaillé sur le document de travail à Frascati, non loin de Rome. Chaque rapport soumis au préalable a fait l'objet d'une étude approfondie par trois experts.

 

En conséquence, le document cite un grand nombre de défis. Celles-ci vont de problèmes de compréhension et de peu ou pas d'attentes du synode ou de la volonté de changement de l'Église, à de nombreuses questions de contenu concernant aussi ceux qui, pour diverses raisons, ressentent une tension entre l'appartenance à l'Église et leurs propres relations amoureuses, tels que : les divorcés remariés, les parents isolés, les personnes vivant dans un mariage polygame, les personnes LGBTQ... (https://www.ncronline.org/vatican/vatican-news/new-vatican-synod-document-mentions-womens-ordination-lgbtq-relationships). Le document note les abus commis par des religieux comme une "blessure ouverte" majeure, principalement des abus sexuels, en particulier sur des enfants. Presque partout dans le monde, il s'agit du rôle des femmes, de leur grand engagement et de leur manque de participation, mais aussi de leur désir d'être soutenues par l'Église dans les situations de crise. Une relation distanciée entre les croyants et le clergé est également évoquée. De plus, il s'agit du rôle social et de la responsabilité de l'Église, face aux conflits, au changement climatique ou aux inégalités. L'unité des chrétiens et le dialogue avec toutes les religions sont également abordés.

 

Sur la base du document, les sept assemblées épiscopales continentales - Afrique, Océanie, Asie, Moyen-Orient, Europe, Amérique latine et États-Unis/Canada - doivent chacune créer leur propre document d'ici mars 2023. Ces sept textes, à leur tour, seront intégrés dans un deuxième document de travail du synode mondial, qui doit être publié en juin de l'année prochaine. Le synode des évêques du monde à Rome délibère alors sur cette base. Le synode devait initialement se réunir à l'automne 2023. Le pape a récemment annoncé de manière surprenante que le processus serait prolongé d'un an. Les évêques veulent parler pour la première fois du 4 au 29 octobre 2023 et de nouveau en octobre 2024 des résultats de la consultation mondiale et du processus de consultation.

 

Dans une première réaction, le président de la Conférence épiscopale allemande, Mgr Georg Bätzing, a décrit le document comme un encouragement pour l'Église en Allemagne et a fait le lien avec le chemin synodal. Le document précise "que le chemin synodal de l'Église en Allemagne doit être compris comme faisant partie d'une  dynamique synodale qui s'est emparée de toute l'Église", a déclaré Bätzing, selon l'annonce du DBK (jeudi). "Les questions que nous traitons dans les quatre forums et  dans les assemblées synodales  sont également discutées dans d'autres parties de l'Église."

 

Enfin, "Si nous ne devenons pas une église synodale", a déclaré Grech lors de la conférence de presse du 27 octobre, "nous ne parviendrons pas à proclamer la joie de l'Evangile aujourd'hui" (https://www.ncronline.org/vatican/vatican-news/new-vatican-synod-document-mentions-womens-ordination-lgbtq-relationships).

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église, #Réforme de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article