Pour le théologien Striet, le débat sur le sacerdoce féminin "plus vivant que jamais"

Publié le 30 Novembre 2022

katolisch.de nous montre ce mercredi 30 novembre 2022 que selon le théologien fribourgeois Magnus Striet, les précédentes paroles papales de pouvoir, qui déclaraient impossible le sacerdoce féminin, auraient eu l'effet inverse. Cela visait à exprimer la position absolue du pape dans les opinions doctrinales. "Mais au lieu d'être terminé, le débat est plus vif aujourd'hui que jamais", écrit Striet dans un article invité pour le supplément de "Zeit", "Christ und Welt" (jeudi).

 

Les évêques ont également douté "que le Seigneur ait vraiment fait une déclaration aussi définitive à ce sujet". En conséquence, ils devraient assumer une dissidence entre la tradition chrétienne et le bureau d'enseignement papal. La publication des déclarations faites par les deux cardinaux de la Curie Luis Ladaria et Marc Ouellet après la visite des évêques allemands au Vatican en novembre a indiqué "qu'ils veulent aussi faire comprendre publiquement ce qui est attendu du côté romain", a déclaré Striet. Ladaria, Préfet du Dicastère de la Foi, et Ouellet, Préfet du Dicastère des Évêques, avaient critiqué, entre autres, l'image de l'Église dans les textes soumis par les évêques allemands. Ils "réduiraient l'Église à une simple institution de pouvoir, ou la considéreraient dès le départ comme une organisation structurellement abusive qui doit être placée sous le contrôle de surveillants supérieurs dès que possible".

 

En général, "une perte massive d'une autorité qui peut être exercée en tant qu'office, qui peut bien sûr réclamer l'obéissance", peut actuellement être observée dans l'éÉglise, selon Striet. Les idées de libéralité et de libre autodétermination ont longtemps été célébrées par les catholiques comme des réalisations historiques. La reconnaissance qu'il n'y a pas de certitudes en religion est proportionnellement élevée. "Dans l'Église catholique du futur, il y aura plus d'espoir (que ses propres décisions, son propre espoir seront crédibles) et moins de connaissances (que les femmes ne peuvent pas être prêtresses et que l'homosexualité contredit l'ordre de la création)", explique Striet. En même temps, il pointe du doigt une pluralité de l'Église qui est plus diverse «que ne le pensent ceux qui, comme un mantra, jurent par les faits, jurent par l'unité de l'Église, qui ne doit pas être mise en danger». Selon lui, "il n'existe pas d'Église catholique unique, et certainement pas de culture catholique unifiée non plus".

 

Enfin,  selon le théologien tchèque Tomas Halik, les efforts de réforme de la voie synodale en Allemagne sont nécessaires. Cependant, ils n'ont pas suffi à revitaliser efficacement la foi chrétienne, a-t-il déclaré dans une interview publiée mercredi par le Diocese Press Publishing Group. Ce dont nous avons plutôt besoin, c'est d'une «culture du discernement spirituel» pour «amener la lumière à partir de là vers une vision plus profonde de nous-mêmes et du monde qui nous entoure». Et Selon le théologien, les églises en Europe se vident parce que les proclamations des églises ne répondent pas aux questions existentielles et aux besoins spirituels des gens d'aujourd'hui. Face au déclin des paroisses, des «centres de contemplation et d'action» qui pourraient jouer un rôle similaire à celui des monastères missionnaires dans le passé lointain, ne devant pas être confiés à des groupes à caractère sectaire, pour offrir "des conseils spirituels dans un esprit de respect mutuel et de dialogue", et d'autres initiatives sont nécessaires pour «enrichir la société civile de l'esprit de l'Évangile» afin de redécouvrir la catholicité plurielle (https://www.katholisch.de/artikel/42331-theologe-halik-reformen-des-synodalen-weges-reichen-nicht-aus).

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article