Publié le 31 Décembre 2014

Et si l'Église en cette nouvelle année passait par une nouvelle Pentecôte, pas celle du Renouveau charismatique et des protestants évangéliques, mais celle proposée par le concile Vatican II, une ouverte sur le monde au lieu de le craindre. Une Église qui n'a plus peur. Il faut remettre en route l'inspiration du concile Vatican II, pas cette remise en ordre voulue à l'époque de Jean-Paul II et Benoît XVI qui a fait s'éloigner sans bruit beaucoup de gens de l'Église.

L'Église doit écouter, guérir, réconcilier, et s'engager auprès des exclus, c'est ainsi qu'elle est crédible, pas en défilant contre l'avortement et le mariage pour tous. Et elle doit aussi se rappeler qu'en son sein ce qui concerne tout le monde doit être débattu par tout le monde, et non être décidé d'en haut. Le concile Vatican II n'avait-il pas donné à l'Église la liberté de conscience et d'expression.

L'Église à force de refuser toute évolution, se coupe peu à peu des fidèles mais aussi de la population. Cette Église défensive donne des prêtres d'un autre âge coupés des réalités. Il est grands temps que l'Église débatte et accepte d'accueillir, d'écouter ceux qui peuvent lui montrer où elle se trompe. Il est grand temps d'ouvrir les portes, pour créer un chemin nouveau qui soit respectueux des personnes.

Le questionnaire pour le synode sur la famille montre que le pape François veut qu'il y ait un véritable débat, où participent les fidèles, malheureusement certains évêques et les cardinaux de la curie ont une nouvelle fois montré leur mépris, car ils avaient découvert que les fidèles ne voulaient pas que l'Église soit une forteresse et ils n'acceptaient pas une ouverture sur la communion aux divorcés remariés et le fait de revoir la morale familiale et sexuelle de l’Église. Pourtant, une porte est ouverte et elle peut en ouvrir d'autres.

Maintenant que l'Église aille vers les divorcés, les remariés, les théologiens écartés et interdits d'enseignement, les homosexuels, les femmes qui veulent prendre des responsabilités, qui veulent être accueillies comme prêtres et les prêtres ayant quitté le sacerdoce par amour. Il est grand temps qu'elle ne soit plus en porte-à-faux vis-à-vis de la société, mais fasse enfin un pas en avant.

Merci et passez un bon réveillon !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Pensées de paroissiens-progressistes

Repost 0

Publié le 30 Décembre 2014

Apic et Vatican Insiser dans leurs article du mardi 30 décembre 2014 nous montre que dans son message pour la 23e Journée mondiale du malade célébrée le 11 février 2015, le pape François salue le témoignage de très nombreux chrétiens qui servent leurs frères malades.

Dans ce texte publié le 30 décembre 2014, le pape fustige par ailleurs ceux qui mettent sans cesse en avant l’importance de "la qualité de la vie" et jugent ainsi "que les vies gravement atteintes par la maladie ne seraient pas dignes d’être vécues". Le pape souligne aussi il dit que "même lorsque la maladie, la solitude et l'incapacité font qu'il est difficile pour nous de tendre la main à d'autres, l'expérience de la souffrance peut devenir un moyen privilégié de grâce à transmettre".

Le pape François dénonce aussi le fait que "Parfois notre monde oublie la valeur particulière de temps passé au chevet des malades, puisque nous sommes dans une telle précipitation; pris que nous sommes par la hâte, la frénésie de l’action et de la production, nous oublions de prendre gratuitement soin des autres, d'être responsable des autres. Derrière cette attitude, il y a souvent une foi tiède".

Vivre près d'un malade, est selon le pape un "grand chemin de sanctification" parce qu'il est "facile d'aider quelqu'un pendant quelques jours", mais à la place il est "difficile de se occuper d'une personne pendant des mois, voire des années, dans certains cas quand il ou elle ne est plus capable d'exprimer sa gratitude".

Le pape avertit également que "La vraie charité est un partage qui ne juge pas, qui n'exige pas la conversion des autres" et qu'elle "est libérée de cette fausse humilité qui, au fond, recherche l’approbation et se complaît dans le bien accompli."

Comme le dit l'article de la-Croix.com de ce jour, le pape François n’a de cesse de se pencher sur les malades, lors des audiences générales du mercredi ou à l’occasion de ses déplacements en dehors du Vatican. Courant 2015, ou début 2016, il pourrait se rendre au sanctuaire marial de Lourdes qui attire de très nombreux malades.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 29 Décembre 2014

Le pape François fait sa révolution au Vatican

LeJDD.fr et France24.com dans leurs articles du dimanche 28 décembre et du lundi 29 décembre 2014 nous montrent qu'en 2014, le pape François a enclenché plusieurs réformes visant à modifier le fonctionnement du Vatican et à assouplir la doctrine de l'Église catholique. Un virage qui ne fait pas toujours l'unanimité.

Depuis son arrivée à la tête de l'Église catholique, le pape François a multiplié les gestes inédits. Pour la première fois, il a reçu au sein même du Vatican des victimes d'abus sexuels de la part de membres du clergé et a mis en place une commission destinée à réfléchir sur la manière d'éradiquer la "plaie" de la pédophilie dans les rangs de l'Église.

Le souverain pontife a également lancé de nombreux chantiers de réformes et opéré un virage dans la mission de l'Église pour mieux accueillir les fidèles exclus par des règles trop rigides. Administration, finances, formation des séminaristes… Tous ces départements se préparent à vivre de profonds changements. Le pape justifie à raison ses "chantiers" comme étant issus des débats entre cardinaux juste avant le conclave, soit à la veille de son élection. D'ailleurs son admonestation contre la curie a été perçue comme un sévère avertissement.

Faire de l'Église une institution de service et non pas de pouvoir, telle est l'ambition de François. Avec son mode de vie spartiate et sa volonté de rester accessible, le pape gagne en popularité auprès des fidèles. "Il sait faire, il sait communiquer, il mobilise les gens. Regardez le monde qu'il y a à chaque fois qu'il sort", s’enthousiaste Vina, une fidèle venue sur la place Saint-Pierre. Sa popularité insolente a fait de lui un quasi-intouchable. Un récent sondage (Odoxa) le crédite ainsi, en France, d'une cote de 89 % chez les catholiques et de… 88% chez les non-catholiques !

Mais cette popularité dérange aussi. "Certains prélats voient une désacralisation. Un pape qui descend de son piédestal. Et ça pour certains, notamment pour les traditionnalistes, c'est inacceptable", commente Jean-Louis de la Vaissière, correspondant de l’AFP au Vatican. Les cardinaux opposés aux réformes engagées par le pape François s’inquiètent d’un tournant doctrinaire, qu'ils voient comme une "révolution" qui est pour eux vécue comme une déclaration de guerre.

"Il y a une opposition forte contre cette démocratisation, poursuit Marco Politi. Il y a une opposition quand le pape décide que les femmes doivent aller à des postes clés, quand il veut plus de transparence dans la banque vaticane mais aussi dans toutes les affaires économiques de l'Église, quand il dit que les couvents vides doivent être donnés aux sans-abri ou aux immigrés, quand il veut que l'Église ait une attitude différente sur les divorcés remariés, les homosexuels, les unions civiles."

Malgré les critiques, le pape François est décidé à mener à bien ses reformes et moderniser l'Église catholique. Une nouvelle constitution apostolique pourrait même voir le jour en 2015. Tous ont compris au sein de la curie que le pape demande en fait une révolution, une ouverture, un retour à l'essentiel.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 28 Décembre 2014

LeSoir.be dans cet article nous montre que l’évêque d’Anvers Johan Bonny plaide le samedi 27 décembre 2014, dans De Morgen, pour une reconnaissance ecclésiastique des relations bi- et homosexuelles. Il remet ainsi en question le dogme selon lequel l’Église catholique ne reconnaît que les relations homme-femme.

Avec ce plaidoyer, Johan Bonny est l’un des premiers dirigeants de l’Église belge à briser le monopole absolu du mariage homme-femme. «Nous devons chercher au sein de l’Eglise une reconnaissance formelle de la relationnalité qui est également présente chez de nombreux couples bi- et homosexuels. Tout comme il existe dans la société une diversité de cadres juridiques pour les couples, il devrait également y avoir une diversité de formes de reconnaissance au sein de l’Église».

L’évêque d’Anvers, très probable successeur de Mgr Léonard Léonard, dont le profil conservateur cadrait moins bien avec la personnalité plus modérée du pape François qui partira à la pension en 2015, estime que les couples bi- et homosexuels doivent pouvoir obtenir une bénédiction ecclésiastique.

Mgr Johan Bonny qui avait déjà plaidé le jeudi 25 décembre pour une société où il y aurait une place pour tout le monde, désire aussi une Église proche des gens ordinaires et leurs besoins quotidiens, et souhaite qu'on mette fin au célibat ecclésiastique. Enfin, un évêque ouvert sur le monde sur le monde qui montre enfin que l'Église n'est pas qu'une suite de condamnation.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2014

BFMTV.com nous montre dans un article du 26 décembre 2014 qu'un sans domicile fixe a été suivi et filmé par un jeune "youtuber" après que celui-ci lui a donné 100 dollars. L'homme va immédiatement dépenser l'argent, mais pas de la manière la plus attendue.

La vidéo How a homeless man spends $100, (Comment un sans domicile fixe dépense 100 dollars) du "youtuber" Josh Paler Lin, a déjà été vue des centaines de milliers de fois. Elle montre comment un sans domicile fixe a dépensé les 100 dollars qui venaient de lui être donnés, ce lundi 22 décembre. Le résultat est surprenant.

La première scène nous conduit à l'entrée d'une autoroute de Californie. Josh, le vidéaste, va à la rencontre de l'homme sans domicile fixe, rencontré par hasard, et lui explique qu'il est temps pour lui de "rentre un peu aux gens" des bienfaits qu'il a reçus. Thomas, le sans-abri, se présente à son tour, et accepte sans y croire cette somme d'argent énorme pour lui (environ 82 euros), précisant que c'est la première fois qu'on lui donne autant. Il ouvre ses bras pour remercier son bienfaiteur. La filature peut commencer.

Comme Josh s'en doutait, le SDF commence par se rendre dans une supérette du coin et en ressort avec un gros sac. A-t-il fait le plein d'alcool comme les préjugés de Josh le lui laissent penser? L'homme traverse quelques rues et arrive dans un parc public. Il va à la rencontre d'autres de ses collègues attablés. Va-t-il partager avec eux une bouteille d'alcool? En réalité non, pas du tout. Thomas sort de la nourriture à plusieurs reprises de son sac et la donne à ses compagnons d'infortune.

Ne pouvant plus y tenir, Josh rompt son observation et va vendre la mèche au SDF. L'entraînant un peu à l'écart, il lui explique qu'il "l'a suivi depuis le début", dès le début de leur rencontre. Il lui indique qu'il doit lui "présenter ses excuses" et lui montre où est située la caméra.

La conversation continue et Josh révèle qu'il se préparait à le piéger. "Vous connaissez ces gens ?", demande le jeune homme. "Non", répond Thomas. "Tout' à l'heure, vous vous êtes rendu dans un 'liquor store' (supérette américaine où l'on se procure de l'alcool), j'ai cru que vous alliez y acheter de l'alcool".

"Il y a des choses que l'argent n'achète pas, je suis heureux d'agir ainsi", explique pour sa part Thomas dans la suite de l'échange. "Il existe plein de circonstances qui peuvent jeter les gens à la rue. Ça peut être un divorce, on perd sa maison, et les choses s'enchaînent. (…) Il y a beaucoup de gens bien parmi les SDF", explique le sans-abri au jeune homme estomaqué, qui lui remet enfin cent dollars de plus.

Josh a lancé une campagne intitulée Aidez Thomas à prendre un nouveau départ; elle est accessible sur ce site et avait réuni presque 60 000 dollars, soit près de 50 000 euros, le 24 décembre en fin d'après-midi.

Cette vidéo de Josh Paler Lin montre que le préjugés ont encore la vie dure envers les SDF, et Thomas a prouvé qu'être SDF n'est pas une tare, mais un concourt de circonstances et que malgré cela on peut faire le bien. Une vidéo que devrait peut-être voir le maire UMP d'Angoulême.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2014

c) Quand Jésus est-il né ?

Certains membres de celles-ci, en apprenant plus sur Jésus, durent s'étonner qu'alors qu'il était considéré comme un grand homme par ses disciples, le Messie, promis à Israël, ses disciples et les missionnaires itinérants ne suggérait rien au sujet de sa date de naissance alors qu'on connaissait son lieu de naissance, Nazareth. D'où la question qui dut s'élever au sein de ces communautés probablement : « Quand Jésus a-t-il vu le jour ». Question qui importait peu, il faut le dire aux disciples et aux frères de Jésus, qui l'avaient côtoyé en Palestine, d'autant qu'à l'époque, les registres d'état civil, dans les régions administrées directement par Rome, ce qui n'est pas le cas de la Galilée, lors des recensements, ne notaient que le nom et le lieu d'origine des membres d'une famille imposable. Les disciples, n'oublions pas que Pierre dirigeait à Antioche, les missionnaires mandatés par l'ecclésia de Jérusalem, et les frères de Jésus semblent avoir compris ce besoin et rassemblèrent oralement les souvenirs de ces derniers sur la date supposé de naissance de Jésus qu'emportèrent les missionnaires qui finirent par les mettre par écrit dans des sommaires vagues sur lesquels s'appuieront plus tard les évangiles de Matthieu et de Luc.

Les premiers situent la naissance de Jésus dans son contexte juif et probablement au sein de l' ecclésia d'Antioche dans une communauté, issu de la Diaspora, qui connaît plutôt bien Jésus :

« Jésus est né au temps du roi Hérode(, roi de Judée). » (Matthieu 2, 1 ; Luc 1, 5)

Un sommaire assez vague qui pouvait contenter cette communauté, d'autant que la Diaspora juive avait bénéficié des faveurs du roi de Judée lors de son long règne. Et que l'on pouvait facilement situer à la fin du règne de celui-ci plutôt qu'au début.

Mais ce manque de précision semble avoir posé problème aux païens convertis, car ces derniers ne semblaient pas connaître le roi de Judée à part dans les provinces qu'il avait favorisé. Donc pour répondre aux questions de leurs nouveaux convertis à ce sujet, les frères de Jésus, source principale semble-t-il, essayèrent de se remémorer des événements particuliers qui correspondait à la naissance de Jésus et qui donnèrent naissance à trois types de sommaire chronologique, d'abord deux hérodiens puis un impérial :

1) « (Aux jours d'Hérode, roi de Judée,) une étoile fut vu dans l'Est » (Matthieu 2, 2, 9)

On précise pour les païens convertis, qu'« au temps du roi Hérode(, roi de Judée) », il y a eu un événement insolite, dont les frères de Jésus ont gardé la mémoire, la vision d'une étoile à l'Orient. Rien d'innocent dans cette mention. En effet, c'est une référence évidente à l'étoile comme symbole de royauté pour les derniers Hasmonéens (se reporter à la monnaie qui sert d'image à l'article) et Hérode, dans la tradition de la dynastie d'Alexandre Jannée (103 – 76 avant J. – C.). Peut – être faut – il lier le choix de ce symbole à l'importance grandissante des horoscopes royaux. Comme nous l'apprend, Marie – Françoise Baslez : « Les dates d'émission de ces monnaies juives à l'étoile suggèrent de leur reconnaître aussi un caractère commémoratif astrologique, ce qui peut fournir une des clés de l'épisode évangélique.

Les trois séries (de pièces évoquées plus haut) furent frappées lors de la conjonction de Jupiter et de Saturne dans la collection du Poisson est un signe eschatologique (associée au peuple juif en astrologie), que Saturne marque le cours du temps (et pour les mésopotamiens représentait la divinité protectrice d'Israël) et Jupiter la royauté, cette conjonction planétaire pouvait apparaître comme l'annonce d'un bouleversement historique (car l'équinoxe du printemps entrait dans la constellation du poisson à cette époque, un symbole de changement d'ère). Or elle se reproduisit en 7 avant notre ère, peu avant la date vraisemblable de la naissance de Jésus, et on peut comprendre qu'une tradition évangélique l'ait utilisé comme repère chronologique... » (Les mages et l'étoile de Bethléem Les premiers temps de l'Eglise de Saint Paul à Saint Augustin, éditions Gallimard et Le Monde de la Bible, 2004, p. 249.)

La plupart des prosélytes et des craignants Dieu, qui en avaient les moyens, s'étaient déjà rendus lors d'un des trois pèlerinage d'obligation à Jérusalem ou étaient restés y vivre, où ils avaient probablement eu entre les mains ces fameuses pièces et savaient qu'elles avaient été fondus à la fin du règne d'Hérode Ier le Grand à la suite d'un grand événement astrologique. Parmi eux se trouvaient probablement certains des missionnaires qui furent envoyés au sein des communautés pauliniennes et qui furent à même d'expliquer cet événement astrologique comme une référence à la naissance de Jésus.

2) « (En ces jours là) Hérode commanda (à ses ministres) et envoya tué ses fils, Alexandre et Aristobule » (Matthieu 2, 16) :

l'événement astrologique pouvait très bien ne rien dire à une grande partie des membres de la communauté paulinienne. La plupart ne s'était jamais déplacé à Jérusalem - le voyage coutait cher si on vivait loin de la Palestine, comme à Corinthe ou Thessalonique - et n'avait probablement jamais vu les fameuses pièces à l'étoile d'Hérode Ier le Grand. Par contre, il est fort possible qu'il ait entendu parler de cet événements à l'image de ce qu'en dit l'historien païen Macrobe (c. 395-436) : « Quand l'[empereur Auguste] apprit que parmi les enfants de Syrie de moins de deux ans qu'Hérode Roi des Juifs avait fait tuer, se trouvait son propre fils, il dit qu'il valait mieux être le cochon d'Hérode que son fils » Mais à l'origine, il se présentait plus vraisemblablement ainsi, car lorsque Macrobe a repris ce texte le récit du massacre des innocents était déjà bien développé : « Quand l'[empereur Auguste] apprit que Hérode Roi des Juifs avait fait tuer (son ou : ses) propre fils, il dit qu'il valait mieux être le cochon d'Hérode que son fils. » Selon le professeur Peter Richardson, historien à Université de Toronto, le récit du massacre des innocents proviendrait peut-être de la confusion de deux récits relatant le massacre d'enfants à travers le temps, même si je pense qu'à l'origine ce n'était qu'un sommaire destiné aux nouveaux convertis païens.

« Le fait que la naissance de jésus et l'exécution de deux des enfants d'Hérode (Alexandre et Aristobule IV en 7 av. J. – C.) ait pu avoir lieu la même année est très évocateur. Ce qui a pu se produire dans le récit chrétien du massacre de Bethléem c'est que l'horreur d'un père qui exécute deux de ses fils ait été mélangée à l'histoire de la naissance de Jésus pour devenir le récit de l'exécution de quelques enfants à l'époque de la naissance de Jésus. » Cet acte a, en effet, fait une profonde impression à l'époque et a été enregistré aussi bien par Flavius Josèphe que dans la littérature apocryphe juive du Ier siècle, en particulier l'Assomption de Moïse, où l'on lit cette prophétie: « Un roi insolent détrônera [les prêtres hasmonéens] ... il tuera tous les jeunes. » « Ici Hérode tue vraiment tous les enfants juifs qui ont cherché à le remplacer, comme Matthieu 2:17 le dit, mais ce sont plutôt ses propres enfants de sang Maccabéen ! » (Robert Eisenman, James The Brother of Jesus, I. 3 " Romans, Herodians and Jewish sects ", p.49, 1997; voir aussi E. P. Sanders, The Historical Figure of Jesus, 1993, p.87-88).

Ainsi, les nouveaux convertis pouvaient mieux situer le règne du roi Hérode, car on faisait une anecdote qui concernait une citation bien connu qui venait de l'empereur Auguste, et qui étrangement se marier parfaitement avec le rapport sur l'étoile, qui tous deux se passèrent à la fin du règne d'Hérode en l'an 7 av. J. - C.

3) Or, en ce temps-là, parut un décret de César Auguste pour faire recenser le monde entier. (Luc 2, 1)

Il est possible également que ces références ne signifiait absolument à une autre partie des membres de la communauté, en particulier ceux de condition modeste, qui était par exemple majoritaire à Thessalonique, et ne savait pas qui était Hérode Ier le Grand. Il est probable que les missionnaires durent s'adapter à leur curiosité et les frères de Jésus durent se rappeler d'autres événements. Et la politique du premier princeps Auguste semble avoir beaucoup marqué les provinciaux, parmi eux les habitants du royaume de Judée, notamment l'usage de recensements généraux et particuliers (Judée par exemple en 6 ap. J. - C.) pour s'attacher à connaître le cadastre provincial et des gens libres vivant hors d'Italie (ou des colonies romaines) afin de mieux percevoir l'impôt. Et c'est justement un recensement qu'évoque notre sommaire en ces termes : « un décret de César Auguste pour faire recenser le monde entier », suggérant que Jésus est né lors d'un recensement général. Or, Les Res Gestae Divi Augusti, compte-rendu des actes accomplis par Auguste sous son règne, en évoque justement trois :

« Et pendant mon sixième consulat, j’ai mené le recensement des citoyens romains avec mon collègue M. Agrippa (28 av. J.-C.). J’ai procédé à ce lustre pour la première fois depuis quarante et un ans. Lors de ce lustre, on a recensé quatre millions soixante-trois mille citoyens romains. Ensuite, une deuxième fois, disposant des pleins pouvoirs proconsulaires, j’ai procédé au lustre sans collègue, sous le consulat de C. Censorinus et de C. Asinius (8 av. J.-C.). Lors de ce lustre, on a recensé quatre millions deux cent trente-trois mille citoyens romains. Enfin, une troisième fois, disposant des pleins pouvoirs proconsulaires, j’ai procédé au lustre avec pour collègue mon fils Tibère César, sous le consulat de Sex. Pompeius et de Sex. Appuleius (14 ap. J.-C.). Lors de ce lustre, on a recensé quatre millions neuf cent trente-sept mille citoyens romains ».

Le recensement général qui doit être retenu est celui datant de la fin du règne d'Hérode Ier en 8 avant J. - C. Cette hypothèse est recoupé, semble-t-il, par le Père de l'Église, Tertullien de Carthage, qui affirme en 207 que « L'histoire atteste qu'il y eut sous le règne d'Auguste un recensement exécuté dans la Judée par Sextius Saturninus. C'est à ces archives qu'ils auraient dû demander la preuve de sa naissance et de sa famille » (Contre Marcion, IV, 19, 10.) Une affirmation intéressante car sa source ignore celui de Quirinius, cité par l'évangéliste Luc, et démontrerait qu'il a existé une autre version où c'était son prédécesseur qui l'avait effectué. Cependant, « sous le rapport fiscal, Hérode semble avoir joui de la plus grande indépendance que peut revendiquer un prince vassal. (...) Or si Rome avait procédé au recensement à l'époque d'Hérode, cette mesure administrative non seulement ne serait en aucune harmonie avec l'autonomie du royaume, mais supposerait le paiement régulier d'un tribut par Hérode ; cependant nulle part dans les sources il n'est question d'un pareil paiement. L'histoire juridique de Rome ne connaît aucun cas où pareille ingérence aurait été faite dans les affaires intérieures d'un royaume vassal. » (Gilbert Picard, La date de naissance de Jésus du point de vue romain, in Comptes rendus de l'Académie des Inscriptions et belles lettres n°139, 1995, p. 801.) Tout au plus, peut-on penser que les frères de Jésus se rappelèrent-ils d'un recensement général pratiqué dans la province voisine de Syrie par le gouverneur Saturninus qui marqua leur mémoire pour la raison évoqué plus haut, mais qui eut lieu en fait un an plus tôt. Rien d'anormal la mémoire joue parfois des tours, ou sinon c'est que l'opposition a été très dure, par exemple comme en Gaule, où il a duré jusqu'en 6 av. J. - C.

Les missionnaires avec ces 3 sommaires chronologiques pouvaient remplir la tâche qu'avaient les chroniques par exemple impériales ou des historiens gréco-romains, à l'image de Tite-Live, où les grands personnages qui avaient marqué l'empire romain, était valorisé dès leur naissance, et ce avec une indication chronologique précise, à l'image de l'empereur Auguste, qui semble être la référence des premiers chrétiens. Israël Knohl semble même suggérer dans son ouvrage L'Autre Messie (Edition Albin Michel, 2001) que celui-ci a été considéré à un moment par les Juifs, et parmi eux les Esséniens, comme le « Fils de l'homme » du livre de Daniel et de 1 Hénoch, ce qui semble rejoindre les propos de Paul Marius Martin dans Antoine et Cléopâtre : la fin d'un rêve (Albin Michel, Paris, 1990) selon lesquels Marc Antoine et Octave - le futur Auguste - luttèrent à coup de prophéties les présentant tous deux comme les libérateurs de l'Orient. Est-ce à dire que les disciples et frères de Jésus le présentaient par ce biais comme le vrai successeur de l'empereur Auguste par la volonté de Dieu et non Tibère ?

Ces sommaires auraient probablement disparu si un contexte de violence messianique n'avait pas obligé l'ecclésia de Jérusalem à partir d'eux à développer des récits afin d'affirmer la messianité d'un Messie qui semblait avoir échoué pour une grande partie des Juifs que ce soit en Palestine ou dans la Diaspora.

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2014

b) Des circonstances de naissance détaillées :

Le second sommaire se trouve dans l'évangile de Luc. Dépouillé des quatre récits d'annonce messianiques de la naissance et l'enfance de Jésus (l'annonciation, l'annonce aux bergers, la présentation de Jésus au Temple, auquel j'adjoint aussi l'épisode de Jésus au Temple), il devait se présenter ainsi :

« Dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, une jeune fille fut accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David ; cette jeune fille s’appelait Marie ; (...)

Or, le jour où elle devait accoucher arriva ; elle accoucha de son fils premier-né, l’emmaillota et le déposa dans une mangeoire, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle du haut. Huit jours plus tard, quand vint le moment de circoncire l’enfant, on l’appela du nom de Jésus. Et lorsque furent accomplis les jours, ils l'emmenèrent pour le présenter au Seigneur, selon qu'il est écrit dans la Loi du Seigneur : Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur (...)

Puis quand vint le jour où, suivant la loi de Moïse, elle devait être purifié, ils l’amenèrent à Jérusalem pour offrir en sacrifice, suivant ce qui est dit dans la loi du Seigneur, un couple de tourterelles ou deux petits pigeons. Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.

Quant à l’enfant, il grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la faveur de Dieu était sur lui.

Ses parents allaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, comme ils y étaient montés suivant la coutume de la fête, le jeune Jésus resta dans le temple, assis au milieu des maîtres, à les écouter et les interroger. Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth ; il leur était soumis. » (Luc 1, 26-27 ; 2, 6-7, 21, 22, 24, 39-40, 41-43, 46)

Ce sommaire contrairement au précédent s'adresse probablement à une ou des communauté(s) qui ne connaissait pas bien Jésus vu le luxe de détail qu'il se permet d'y faire figurer dès le début, comme le prouve la méconnaissance des parents de Jésus et de certains rituels juifs. Il est probable qu'il soit celui qu'emmenait avec eux les missionnaires itinérants mandatés par l'ecclésia d'Antioche, qui avait reçu délégation de l'ecclésia de Jérusalem. Et il visait les communautés pauliniennes pour lequel Paul était avare de détails sur les origines de Jésus : celui-ci était « issu selon la chair de la lignée de David » (Romains 1, 3), donc par le père qui n'est pas nommé, « né d'une femme » (Galates 4, 4), c'est-à-dire mariée et en âge d'enfanter, sans la nommer elle aussi, et « soumis à la loi juive » (id., 4, 4). Car comme je l'ai expliqué, le Jésus historique ne l'intéressait pas. Ce qui a permis à l'ecclésia d'Antioche de répondre à un désir de ces communautés qui voulaient mieux connaître Jésus.

Comme le sommaire de Matthieu, il présentait un Jésus, juif pratiquant et homme de son temps dès l'enfance, à travers l'allusion aux différentes traditions juives :

1) « Dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, une jeune fille (fut) accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David ; cette jeune fille s’appelait Marie ; (...) » (Luc 1, 26-27) :

l'ignorance sur les origines de Jésus de la part du public destinataire est ici criante. On cite d'abord son lieu d'origine Nazareth. Peut-être parce que lorsque les destinataires demandaient ce que voulait dire « Jésus le Nazarénien », les missionnaire leur expliquait qu'il était né à Nazareth, bourg inconnu de Galilée. On développe un peu le statut de ses parents, Paul n'ayant jamais cité leur nom, mais les missionnaires indiquant qu'il était bien le « fils de Joseph » et de « de Marie », et précise, aussi, que par son père, Jésus était bien « issu selon la chair de la lignée de David » (Romains 1, 3). Donc le Messie promis à Israël. Marie y est qualifié de « jeune fille », c'est-à-dire pubère et en âge de se marier, et donc « (fut) accordée en mariage à (...) Joseph », selon les procédures détaillées plus haut. Ensuite, il y avait peut-être la cérémonie du mariage, relaté plus haut. Peut-être sous un format plus court, où était cité les noms des pères de Marie et Joseph, que nous n'avons plus, et pris sur les exemples de Genèse 29, 22-23, 28 : « Laban rassembla tous les gens du lieu et fit un banquet. Le soir venu, Laban prit sa fille Léa et l’amena à Jacob pour qu’il allât vers elle. (...)Il termina la semaine de noces de Léa (...) », et de Juges 14, 10-11, 15, 18, 20 : « Puis son père descendit chez la femme et Samson y donna un festin, car c’est ainsi que font les jeunes gens. Or, dès qu’on le vit, on prit trente compagnons pour rester avec lui. (...) Or, le septième jour, (...) Au septième jour, avant le coucher du soleil, (...) au compagnon qui lui avait servi de garçon d’honneur ». Ce qui démontre l'ancienneté de ce rituel que l'on devait déjà pratiquer entre le VIIe et le VIIIe siècle, date présumé du récit le plus ancien, celui de la Genèse.

2) « Or, le jour où elle devait accoucher arriva ; elle accoucha de son fils premier-né, l’emmaillota et le déposa dans une mangeoire, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la chambre du haut » (Luc 2, 6-7) :

On ne détaille pas l'accouchement, qui était connu de tous, et qui était à l'époque plutôt le fait d'une sage femme ou de parentes de la famille que d'un praticien, ce que ne se gênera pas de faire un apocryphe, l'évangile de Jacques, de manière ridicule. Par contre le verset 7, indique que Jésus est né comme tous les enfants juifs, car on l'a enveloppé de langes, après l'avoir baigné et frotté de sel pour affermir la peau (Ezéchiel 16, 4). Mais un détail est plus intriguant au premier abord sur les circonstances de la naissance de Jésus : son dépôt dans une mangeoire parce qu'il y a trop de gens dans la chambre du haut, qui est la traduction exacte du mot grec « kataluma ». Cela tient simplement aux structures des maisons de l'époque qu'ont permis de mettre au jour les recherches de Joe Zias, archéologue à l'Université hébraïque de Jérusalem (dans le documentaire de Jérémy Bowen, Liron Levo, Sur les trace de Jésus, BBC, 2002). Celles-ci se composent principalement de murs de pierre qui délimitent de vastes espaces au sol, avec au sommet un toit qui est une terrasse végétalisée, à l'image des toits de chaume de certaines maisons françaises. A l'intérieur, le rez-de-chaussée présente des niches voûtées pour loger les animaux, qui fournissent également le chauffage l'hiver. Ce qui explique la présence d'une mangeoire. A l'étage, l'espace au dessus des voûtes est destiné à l'habitation humaine avec un coin cuisine marqué par le foyer, et la chambre du haut est une mezzanine autour de la pièce. Elle semble bondée pour deux raisons : l'accouchement, ainsi que l'explique Claire Pfann (dans le documentaire de Jérémy Bowen, Liron Levo, Sur les trace de Jésus, BBC, 2002), de l'Université de Terre Sainte, est la pire aventure qui puisse arriver à une femme et il est nécessaire qu'elle soit entourée pour limiter les dégâts, notamment par la famille des deux époux et de parentes qui assisteront la parturiente ; et la naissance d'un premier né, surtout masculin, était un moment de réjouissance, et donc le village a très bien pu après la naissance donner ses félicitations à la famille, ce qui pourrait peut-être aussi une indication de sa condition sociale au sein du bourg de Nazareth, à l'époque être un tekton faisait du père de Jésus un petit notable. Il n'y aurait donc rien d'étonnant à ce que Jésus ait été placé dans la mangeoire.

3) « Huit jours plus tard, quand vint le moment de circoncire l’enfant, on l’appela du nom de Jésus. Et lorsque furent accomplis les jours, ils l'emmenèrent (à Jérusalem) pour le présenter au Seigneur, selon qu'il est écrit dans la Loi du Seigneur : Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur (...)»(Luc 2, 21, 22) :

Le début est une réponse aux affirmations de Paul qui disait : « en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l'incirconcision n'a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité » (Galates 5, 6). Ce que contredisait les missionnaires avec ce sommaire où Jésus était circoncis le huitième jour, signe de génération en génération de l'alliance entre Dieu et Israël (Genèse 17, 9-14), tel que le disait la formule paternelle à cette occasion : « Qui nous a sanctifiés de ses préceptes et nous a donnés d'introduire notre enfant dans l'alliance d'Abraham notre père. » (Schabbath 137, 2.) Ce jour-là, on donnait à l'enfant, probablement le père qui organisait la cérémonie, son nom, « parce que, disait-on, Dieu a changé les noms d'Abraham et de Sarah lorsqu'il a institué la circoncision » (ce qui est une référence à Genèse 17, 5 et 17). Je ne reviendrais pas sur la symbolique du nom l'ayant expliqué plus haut. Et aussi, il apporte une autre preuve de la judaïté de Jésus en parlant de sa présentation, rachat qui concernait uniquement les Juifs aînés de sexe masculin, conformément à la loi (voir Exode 13:1-15 et Nombres 18:15-17), touchant seuls les lévites restaient au service du Seigneur (Lévitique 8,16-18), les aînés des autres tribus étaient rachetés à l'âge d'un mois, en payant cinq sicles (Exode 13,13; Nombres 18,15-16). Ce qui explique que cette cérémonie se déroulait 31 jours après la naissance de l'enfant. Il est fort possible que les parents de Jésus, contrairement à ce qu'indique le récit actuel qui l'associe au rite de purification de la mère, ait procédé plutôt « au rachat des premiers-nés chez un prêtre n'importe où dans le pays (Nombres 18, 15) - il existait des villes de lévites en Galilée -, mais certains profitaient de l'occasion pour aller par piété en pèlerinage à Jérusalem, à la Maison de Dieu. » (David Flusser, Jésus, Editions du Seuil, Paris, 1970, p. 25).

4) « Puis quand vint le jour où, suivant la loi de Moïse, elle devait être purifié, ils l’amenèrent à Jérusalem pour offrir en sacrifice, suivant ce qui est dit dans la loi du Seigneur, un couple de tourterelles ou deux petits pigeons. Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. » :

les missionnaires continue à noter les contradictions avec le Jésus de Paul et celui qu'on connu les disciples de Jésus. Ses parents continue de pratiquer pieusement la Torah. Le temps dit « de l'impureté » (sept jours pour un garçon et quatorze pour une fille) étant passé et la mère restant encore chez elle 33 jours pour un garçon et 70 pour une fille, elle se rendait au Temple pour apporter une offrande au prêtre à la porte du sanctuaire afin de valider la purification. Comme Raymond E. Brown (The Birth of the Messiah, Image Books, New York, 1979) l'a noté, au moment de la naissance de Jésus, « la porte de Nicanor était l'entrée habituelle pour les femmes cherchant de purification, elle (Marie) est généralement présumée avoir été au côté ouest de la cour des femmes, et qu'elle constituait donc le point le plus éloigné de l'entrée pour une femme dans le Temple. » Le sacrifice du v. 24 ne concerne pas le rachat du premier né, comme dans le récit actuel, mais celui de l'offrande de la mère purifiée : « L'offrande habituelle était un agneau et un jeune pigeon ou colombe. Si le couple était pauvre, comme ce fut probablement le cas de Marie et Joseph, deux jeunes pigeons ou des colombes (Lévitique 12, 8) pouvaient être offerts. » (Raymond E. Brown, id.) Je ne pense pas que le couple soit pauvre vu qu'il a peut-être fait deux voyages à Jérusalem, mais le choix indiquerait que pour les pèlerins la vie étaient très chère dans la ville sainte si on habitait loin de la Judée comme Marie et Joseph.

5) « Quant à l’enfant, il grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la faveur de Dieu était sur lui » :

Le fait que Jésus grandissent et que la « faveur de Dieu » soit sur lui est un renvoi évident aux exemples bibliques d'hommes choisis par Dieu avant leur naissance pour présider aux destinées d'Israël, à l'image de Samuel qui, dans le Temple de Silo, « grandissait devant le SEIGNEUR » (1 Samuel 2, 21) et du juge Samson, qui « grandit et le SEIGNEUR le bénit » (Juges 13, 24.) Les missionnaires démontrent ainsi que Jésus a été un des acteurs de l'histoire d'Israël dès son enfance. Et le rajout qu'il « se fortifiait, tout rempli de sagesse » est très proche de la conception de l'éducation qu'avait les Juifs de l'époque, tel que l'exprime Flavius Josèphe, pour qui la Torah « veut que la sagesse préside à leur éducation (celle des enfants) dès le début ; elle ordonne de leur apprendre à lire, elle veut qu’ils vivent dans le commerce des lois et sachent les actions de leurs aïeux, afin qu’ils imitent celles-ci et que, nourris dans le culte de celles-là, ils ne les transgressent pas et n’aient pas de prétexte à les ignorer. » Mais ce dû être une éducation assez sommaire pour Jésus, chez lui ou dans le local de la synagogue, où les enfants devaient apprendre les grands événements de l'histoire d'Israël et ce qu'il fallait pour vivre comme un juif, tout en apprenant un métier auprès de son père. Peut-être a-t-il trouvé quelqu'un pour lui apprendre à lire et à écrire. En mettant en avant cela, les missionnaires démontrait qu'il avait été éduqué selon les préceptes de la Torah.

6) « Ses parents allaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, comme ils y étaient montés suivant la coutume de la fête, le jeune Jésus resta dans le temple, assis au milieu des maîtres, à les écouter et les interroger. Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth ; il leur était soumis. » :

Le sommaire continue de préciser que les parents de Jésus sont de juifs pratiquants, fidèles à la Torah, en rapportant qu'ils « allaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque ». Rien d'étonnant à cela, les Galiléens du Ier siècle, contrairement aux préjugés des Sages et des rabbins, apparaissent comme des Juifs pieux, attaché au Temple, versant la dîme et s'y rendant régulièrement en pèlerinage lors des 3 fêtes d'obligation, Pâque, la Pentecôte et la Fête des tentes, alors que toutes les familles de cette période ne pouvaient ou ne respectaient pas cette pratique. Les femmes n'étaient pas obligé d'après le Talmud de s'y rendre, mais Hillel avait recommandé à ces dernières de s'y rendre à Pâque, ce que semble faire Marie, qui a subi peut-être l’influence du célèbre Sage. Rien d'étonnant quand on sait que certains disciples de celui-ci vivaient en Galilée, tel Yohanan ben Zakkaï. Ce qui souligne encore plus la piété de Marie et Joseph, et peut-être une certaine aisance. Jésus a alors 12 ans. Pour David Flusser : « De nos jours, c'est à partir de treize ans que le judaïsme considère comme adulte un enfant, alors qu'à cette époque un garçon de douze ans pouvait l'être. » Si bien qu'« À 12 ans, Jésus est un adolescent (la bar mitsva n'existe pas encore) qui peut accompagner sa famille lors des trois grandes fêtes de pèlerinage, notamment celui de la Pâque, à Jérusalem ». Jésus, reste dans le Temple, où il s'assit au milieu des maîtres, peut-être pour ce qui ressemblait à l'époque du Second Temple à une pré bar mitsva. Les Sages bénissaient, en effet, les enfants qui avaient atteint leur premier jour de jeûne à l'âge de 12 ou 13 ans, ce qui a pu être le cas de Jésus. Qu'à cette occasion , il écoute et interroge les Maîtres n'a rien d'étonnant, car d'après la Mishna l'instruction religieuse serait devenu plus intense pour Jésus à son arrivée à l'âge de 12 ans (Niddah 5, 6 ; Meguila 4, 6; Pirké Abot 5, 12). La fête finit, il descend - ce qui une allusion au fait de « monter à Jérusalem », qui signifie s'y rendre pour les fêtes de pèlerinage - à Nazareth avec ses parents, en leur étant soumis. Une allusion qui n'est pas innocente car elle évoque le cinquième des dix commandements : « Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent sur la terre que te donne le SEIGNEUR, ton Dieu. » (Exode 20, 12.) Les missionnaires voulaient ainsi démontrer que Jésus durant son enfance a été un juif très respectueux de la Torah.

En plus, du compromis de Jérusalem, ces sommaires montrant Jésus et sa famille comme des Juifs pratiquant et ce dès sa naissance firent beaucoup pour la prédication des missionnaires mandatés par l'ecclésia d'Antioche en démontrant la véracité de leurs propos face à la libération de la Torah défendue par Paul. Ce qui explique en partie l'exaspération de Paul vu plus haut. Et peut-être aussi qu'il finit par venir rechercher le mandat de l'ecclésia de Jérusalem en 58 pour continuer sa mission sans opposition mais pas sans devoir faire preuve cette fois ci de compromis pour démontrer sa judaïté : « Fais donc ce que nous allons te dire. Nous avons quatre hommes qui sont tenus par un vœu. Prends-les avec toi, accomplis la purification en même temps qu’eux et charge-toi de leurs dépenses. (...) tout le monde comprendra que (...) tu te conformes, toi aussi, à l’observance de la Loi. Quant aux païens qui sont devenus croyants, nous leur avons écrit nos décisions (...). » (Actes 21, 23-25.) Ce qui fut semble-t-il un échec. Il sera arrêté au Temple de Jérusalem après une émeute que sa présence provoqua, ce qui le conduira à Rome, à sa demande pour être jugé en tant que citoyen romain et fut probablement exécuté en l'an 62, et non 64 car « Ces gens (...) ont soulevé le monde entier (...). Tous ces individus agissent à l’encontre des édits de l’empereur ; ils prétendent qu’il y a un autre roi, Jésus. » (Actes 17, 6-7.) Les missionnaires d'Antioche réussirent si bien leur travail que le compromis de Jérusalem servira de base à la vie des Chrétiens de l'empire romain encore à l'époque de l'apologiste Justin Martyr, qui écrit ses deux Apologies entre 155 et 157.

Mais entre 52 et 58 une autre question vint à se poser au sein des communautés de la gentilité.

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2014

Les récits de l'enfance de Jésus, que l'on dénomme évangile de l'enfance, constitue les deux premiers chapitres des évangiles de Luc et de Matthieu, qui des trois évangiles synoptiques, ont le plus de point commun. Mais leurs récits divergent ici car leurs propos n'est pas le même. Ce sont, en effet, des récits de foi, résultant d'un long processus de composition et de l'organisation sociale et spirituelle de leurs communautés toutes issus de la Diaspora juive au sein de l'empire romain. Ce ne sont donc pas des récits historiques, mais ils montrent la croyance des communautés, auteures de ces évangiles de l'enfance, en l'implication de Dieu dans l'histoire de l'humanité, et en particulier dans la naissance de Jésus, le Messie (cette état d'esprit se retrouve dans la généalogie de l'évangile de Matthieu, qui veut démontrer l'ascendance davidique de Jésus - que j'étudierais après les traditions de la nativité).

C'est ce long processus qui va nous intéresser et à travers lequel nous verrons que celui-ci est le fait d'un contexte et d'une communauté à une période précisé qui aboutira dans les années 80-90 aux récits développés que l'on connaît aujourd'hui.

I - Une réponse à l'enseignement de Paul :

L'origine des quatre évangiles est vu par les différents exégètes comme un long processus de rassemblement au sein d'une communauté après la disparition des disciples qui avait besoin de garder la mémoire de Jésus. Mais il est probable que les sources les plus anciennes des évangiles aient vu le jour dans un contexte bien particulier.

1) « la fin de la loi, c'est le Christ » (Romains 10, 4) :

En effet, c'est le débat entre 48 et 52 sur la circoncision des païens convertis par les missions de la communauté (ecclésia, équivalent grec de synagogue) d'Antioche - il n'y a probablement pas eu que Paul et Barnabé -, au Judaïsme apocalyptique des nazoréens, qui ont pris le nom de chrétiens en 40 à Antioche, suite à leur soutien aux tentatives des Juifs contre l'élévation d'une statue dans le Temple e Jérusalem de Caligula.

a) Une interprétation personnelle de Paul :

Une solution fut trouvée à Jérusalem en 52 lors d'une réunion des frères de Jésus, des apôtres et des anciens, avec une délégation de la communauté d'Antioche, composée de Paul et Barnabé, « avec quelques autres frères » -ce qui suggère que l'enseignement des deux missionnaires ne faisaient pas l'unanimité. C'est celle de Jacques, frère de Jésus, l'évêque de Jérusalem et régent en son absence, qui fut privilégié : « L'Esprit Saint et nous-mêmes, nous avons en effet décidé de ne vous imposer aucune autre charge que ces exigences inévitables : vous abstenir des viandes de sacrifices païens, du sang, des animaux étouffés et de l'immoralité. Si vous évitez tout cela avec soin, vous aurez bien agi. » (Actes 15, 28-29.) Une solution de compromis qui pouvait permettre les repas en commun et la vie avec les païens pour les juifs membres de la communauté. Et, si l'on suit Galates 2, 9, les « colonnes », Jacques, Céphas (Pierre) et Jean, donnèrent aussi « la main, à moi (Paul) et à Barnabas, en signe de communion, afin que nous allions, nous vers les païens, eux vers les circoncis. » Rite, identique à celui qui fut fait pour les diacres, chefs du groupe helléniste, et qui signifie qu'ils leur délèguent une partie de leurs pouvoirs, mais en tant que délégués de l'église d'Antioche, pas en leur nom propre, comme le suggère Paul.

Et, Pierre les accompagna à Antioche, où il fit la communauté de table avec l'ecclesia d'Antioche, mais ce qu'il ne savait pas c'était que Paul avait une définition toute personnelle de cette dernière : « Tout ce qu'on vend au marché (où l'on trouvait aussi des viandes sacrifiées aux idoles, ou non étouffées), mangez-le sans poser de question par motif de conscience ; car la terre et tout ce qu'elle contient sont au Seigneur. Si un non-croyant vous invite et que vous acceptiez d'y aller, mangez de tout ce qui vous est offert, sans poser de question par motif de conscience. » (1 Corinthiens 10, 25-27.) Donc un non respect évident des règles imposés par la déclaration de l'ecclésia de Jérusalem. Prévenu par les envoyés de Jacques, Pierre et Barnabé, qui est un lévite, refusèrent de continuer les repas commun qui violait leur conscience de pratiquant juif, et comme l'a très bien fait remarqué Hyam Macoby (Paul et l'invention du christianisme, Lieu commun, 1987) n'était donc pas en tort. Paul s'en plaint devant l'ecclesia d'Antioche, mais il fut mis en minorité, Barnabé ne le soutenant pas. D'ailleurs, Pierre semble être resté sur place pour réorganiser la communauté et mettre en place le compromis décidé à Jérusalem avec un tel succès que Paul coupe les ponts avec son ecclésia en se séparant de Barnabé car dorénavant pour garantir la validité de leur enseignement, il veut emmener avec eux Jean surnommé Marc, proche des frères de Jésus.

Il décide alors de retourner vers les communautés qu'ils ont fondé puis il va répandre la bonne nouvelle et organiser des communautés en Syrie, Phénicie, Asie Mineure et Grèce, c'est-à-dire tout le long de la côte de la Méditerranée, entre 52 et 58, sans mandat ni des frères de Jésus ni des 12, chefs de l'ecclésia de Jérusalem, ni de l'ecclésia d'Antioche, à qui a été remis la charge de convertir les « incirconcis ». Cette dernière, derrière ses nouveaux chefs, Pierre et Barnabé, va donc, tel que le suggère Jérôme Murphy O'Connor (Histoire de Paul de Tarse. Le voyageur du Christ, Cerf, 2004) commencer à s'intéresser à l'enseignement de cet infatigable voyageur, qu'il a eu le temps de relayer à Antioche en plus de sa vision de la communauté de table. Celle-ci s'écarte très fortement de celui des disciples directs de Jésus au sujet de la Torah, qui eux ont connu Jésus : « Avant la venue de la foi, nous étions gardés en captivité sous la loi, en vue de la foi qui devait être révélée. Ainsi donc, la loi a été notre pédagogue, en attendant le Christ, afin que nous soyons justifiés par la foi. Mais, après la venue de la foi, nous ne sommes plus soumis à ce pédagogue. Car tous, vous êtes, par la foi, fils de Dieu, en Jésus Christ. » (Galates 3, 23-26) Donc pour lui, « la fin de la loi, c’est Christ, pour que soit donnée la justice à tout homme qui croit. » (Romains 10, 4.) Ce qui fait que « l’homme n’est pas justifié par les œuvres de la loi, mais seulement par la foi de Jésus Christ ; nous avons cru, nous aussi, en Jésus Christ, afin d’être justifiés par la foi du Christ et non par les œuvres de la loi, parce que, par les œuvres de la loi, personne ne sera justifié. » (Galates 2, 16.) On comprend dès lors les oppositions que l'on déguise lors de leurs missions entre Paul et Barnabé et que l'incident d'Antioche vient d'exposer au grand jour.

L'ecclésia d'Antioche se doit donc de réagir à un homme qui prétend avoir reçu des « colonnes » une délégation personnelle au même titre que Barnabé, alors qu'en réalité il l'a reçu en tant que délégué de cette dernière, qui se sent responsable des erreurs de son ancien membre au sein des communautés fondés en son nom et en son nom propre, profitant de l'aura de la décision de l'ecclésia de Jérusalem.

b) Surveillance des communautés pauliniennes :

Le succès de Paul au sein de la sphère des sympathisants païens du Judaïsme avaient de quoi inquiéter.

L'exemple du Jésus historique n'intéressait pas Paul, comme il l'avoue lui-même : « Si nous avons connu le Christ à la manière humaine, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi. Aussi, si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Le monde ancien est passé, voici qu’une réalité nouvelle est là. » (2 Corinthiens 5, 16.) Alors que ce dernier était la base de l'enseignement donné jusque-là par l'ecclésia de Jérusalem puis celle d'Antioche. Un seul l'intéresse, Jésus Christ ou le Christ ressuscité, « établi, selon l’Esprit Saint, Fils de Dieu avec puissance par sa résurrection d’entre les morts, Jésus Christ notre Seigneur » (Romains 1, 4) qui « lui est aussi apparu » (1 Corinthiens 15, 8), à lui qui a « persécuté l'ecclésia de Dieu », ainsi qu'il dénomme la communauté chrétienne. Si bien que de son point de vue, il est devenu, au même titre que les disciples directs de Jésus, « apôtre » (1 Corinthiens 9, 1), pour qu'il annonce que tous les hommes « sont gratuitement justifiés par sa grâce, en vertu de la délivrance accomplie en Jésus Christ. C’est lui que Dieu a destiné à servir d’expiation par son sang, par le moyen de la foi, pour montrer ce qu’était la justice, du fait qu’il avait laissé impunis les péchés d’autrefois » (Romains 3, 24-25). Donc ce n'est plus la pratique de la Torah, donc des « œuvres » qui offre le salut, mais la foi au seul Jésus Christ, qui, pour lui, n'était pas un homme mais un être de « condition divine » que Dieu a envoyé « dans la condition de notre chair de péché » (Romains 8, 3), « semblable aux hommes, et, reconnu à son aspect comme un homme » (Philippiens 2, 6-7) pour « condamné le péché dans la chair » (Romains 8, 3). On peut comprendre que les frères de Jésus et les 12, qui ont bien connu Jésus, aient été choqués par un tel enseignement venant d'un homme qui ne reconnaissait pas leur autorité ni leur vécu avec celui qu'il considérait comme le Messie promis à Israël : « Ne suis-je pas libre ? Ne suis-je pas apôtre ? N’ai-je pas vu Jésus, notre Seigneur ? N’êtes-vous pas mon œuvre dans le Seigneur ? » (1 Corinthiens 9, 1.)

Il faut donc réorganiser les communautés pauliniennes avant que ces dernières ne se détourne de la source même de l'enseignement de Jésus, la Torah, qui, pour lui et ses disciples étaient source de salut au même titre que la Résurrection de Jésus, tel que peut en attester une lecture attentive de l'Épître de Jacques, écrite entre les années 80 et 90, où l'on retrouve les réponses des communautés nazoréenne à l'enseignement des communautés pauliniennes. Ce qui dans le cas des convertis païens se fera par le compromis de Jérusalem. Et là aussi les missions, envoyés par l'ecclésia d'Antioche, connaissent beaucoup de succès. On apprend, à travers la lecture des épîtres pauliniennes (1 Corinthiens 1, 12), que Pierre s'y investi également, ce qui a augmenté probablement leur réussite, car, en tant que témoins de la prédication de Jésus, il était en mesure de contredire l'enseignement de Paul, qui le prendra d'ailleurs très mal : « Mais, en ce qui concerne les personnalités – ce qu’ils étaient alors, peu m’importe : Dieu ne regarde pas à la situation des hommes » (Galates 2, 6 ) ; « Ces gens-là sont de faux apôtres, des faussaires camouflés en apôtres du Christ ; rien d’étonnant à cela : Satan lui-même se camoufle en ange de lumière » (2 Corinthiens 11, 13-14). Au point qu'il réponde vertement à la communauté qu'il a fondé en Galatie : « J’admire avec quelle rapidité vous vous détournez de celui qui vous a appelés par la grâce du Christ, pour passer à un évangile différent. » (Galates 1, 6.)

Un succès qui n'est pas du qu'à la présence des disciples de Jésus parmi les missionnaires, envoyés par l'ecclésia d'Antioche, maintenant dirigé par Pierre et Barnabé, mais aussi pour aussi pour tous les missionnaires itinérants délégués par elle qui ne l'ont pas connu à travers probablement la mise par écrit entre 52 et 58 de la prédication des disciples mais pas encore sous une forme regroupé à l'image des quatre évangiles et pouvaient permettre d'offrir un modèle de vie à travers l'exemple de Jésus. Ils circulaient sous forme de livrets où étaient rassemblés, les dits de Jésus, tel le document Q, qui a probablement vu le jour en Galilée au cours de cette période, ses miracles, le récit de sa mort, des récits épars de sa résurrection des sommaires de son itinéraire. Leur contenu consistait à démontrer que Jésus était un pratiquant de la religion juive rigoureux qui n'avait jamais eu l'intention d'abolir la Torah : « Ne croyez pas que je suis venu nier la Torah et les Prophètes : je suis venu les mettre en application » (Matthieu 5, 17) ; « il est plus facile au ciel et à la terre de passer qu'à un iota ou à un shérif de la Loi de tomber » (Q 16, 17) ; « Celui qui ignore le " moindre " des commandements sera jugé " moindre " parmi ceux du Royaume de Dieu » (Matthieu 5, 19).

Et quelle meilleure manière de démontrer que Jésus a été un juif rigoureux que de le faire en montrant que la famille de Jésus était pratiquante et qu'il a donc suivi tous les préceptes de la loi juive dès sa naissance. On peut donc penser que des sommaires ont circulé qui seront à l'origine des évangiles de l'enfance de Matthieu et de Luc.

2) Jésus était juif dès le berceau :

Ces sommaires étaient de deux sortes : d'abord, ceux s'adressant à une communauté qui semble bien connaître Jésus sans qu'on ait besoin de préciser de détails superflus ; ensuite, ceux, où le Jésus humain pouvant être contestée, on développe les circonstances de sa naissance et de son enfance pour démontrer qu'il a toujours été un juif pratiquant.

a) Des circonstances de naissance bien connu :

Le premier sommaire se trouve dans l'évangile de Matthieu. Il est très facile à retrouver une fois dépouillé du récit d'annonce de la naissance de Jésus à Joseph produit par la communauté de l'évangéliste dans un autre contexte.

Il se présentait ainsi :

« Marie, sa mère, fut fiancée à Joseph ; il prit chez lui son épouse, et elle lui enfanta son fils premier-né, et il l'appela du nom de Jésus. » (Matthieu 1, 18, 24-25.)

Il y a très peu de détails, les parents de Jésus y sont nommés sans autre précision, et on n'explique pas les procédures de fiançailles juives, car ces faits semblent être connus de ceux à qui il s'adresse. C'est donc une communauté qui a vu le jour au sein de la Diaspora juive, et probablement au sein d'un groupe qui connaissait les disciples et les frères de Jésus, ce qui explique que Marie et Joseph n'y soit que nommé sans autre précision sociale que leur paternité. D'ailleurs rien d'étonnant à cela : le père de Jésus porte un nom très commun chez les Juifs de cette période, qui est celui de l'un des douze fils du patriarche Jacob, et la mère de Jésus « s'appelait Marie, Myriam en hébreu, qui était aussi un nom courant à cette époque. Bien que nous ne connaissons que peu de nom de femmes de l'Antiquité (...), Flavius Josèphe mentionne huit femmes du nom du nom de Myriam. Toutes tiraient le nom de la première d'entre elles, qui n'étaient autre que la sœur de Moïse » (David Flusser, Jésus, Editions du Seuil, Paris, 1970). Et qu'il n'y a aucune mention de leur lieu d'origine, le bourg de Nazareth en Galilée, peut-être parce que tout le monde au sein de la communauté où ce récit était écrit connaissait le surnom que l'on avait donné à Jésus, le « Nazarénien », qui signifiait qu'il était originaire de ce bourg. L'ecclésia d'Antioche semble être un choix intéressant, car cette dernière a été réorganisé par Pierre en 52.

Ce peu de détails démontrent aussi qu'ils semblent être une réponse au trouble que Paul avait jeté au sein de l'ecclésia en disant que Jésus était venu abolir la Torah. Ceux-ci présentent donc une famille juive pratiquante, respectant les traditions juives dès leurs fiançailles, et s'adresse à des gens qui les connaissent bien, et parmi eux aussi les païens convertis qui fréquentaient la synagogue :

1) « Marie (...) fut fiancée à Joseph » (Matthieu 1, 18) :

ceux qui lisait le terme « fiancée » comprenait qu'il avait un sens plus fort à l'époque qu'aujourd'hui, puisqu'il signifiait, comme l'a très bien traduit la TOB (Traduction Œcuménique de la Bible) « accordée en mariage » pour la future mariée, qu'on ne devait pas tarder à marier de peur qu'elle ne se livre à la débauche (Sanhédrin 76a). Les âges des deux époux devaient être assortis. En effet, tel que le rapporte le docteur en théologie et professeur honoraire à l'Institut catholique de Paris, Charles Perrot, les filles « étaient mariées entre douze et quinze ans (nubile ou pas) et les garçons n'étaient guère plus vieux » (ces derniers entre 15 et 18 ans, âge légal dans le Talmud) (Pirké Aboth, V, 21). D'autant que l'espérance de vie était plus courte entre 40 à 45 ans pour les femmes et les hommes, et signifiait donc qu'il fallait se marier tôt pour avoir le plus de chance d'avoir des enfants à une époque où la mortalité en couches et infantile étaient importantes. En effet, les fiançailles n'avait rien de romantique, étant la base de mariage arrangé à travers un contrat (Ketubah) entre les familles des deux futurs époux, voire si son père est mort, le futur « fiancé», qui avait souvent charge de la famille, et entre la famille de la future « fiancée » avec le futur « fiancé», résultat d'une négociation financière (dont le total s'appelait le Mohar) qui avait dans le Judaïsme la valeur du mariage lui – même, raison pour laquelle Marie est qualifié d'« épouse » dans le verset 24. Ce contrat avait pour but d'éviter la dispersion des biens, le père recherchant un parti pour sa fille dans sa parenté et le même milieu social, qui ne sera jamais évoqué ici, probablement parce que ce à qui était destiné ce sommaire connaissait la profession de son père, tekton, qu'il serait plus juste de traduire non par charpentier mais par artisan en bâtiment ou construction. Et cela facilitait les fiançailles, car les fiancés se connaissaient, et devait se rencontrer au moins avant les fiançailles (Kidduschin 41a), afin de faciliter l'acceptation de la fille qui pouvait refuser le choix de son père si elle avait atteint l'âge de 13 ans, étant devenu majeure, ce qui était moins compliqué avant qu'elle soit majeure (entre 12 ans et 12 ans et 6 mois). Pour ceux qui auraient vu le film Ben Hur de William Wyler, sorti en 1959, cette pratique est évoqué par Esther qui dit avoir rencontré son futur fiancé une fois avant son futur mariage, organisé par son père.

2) « il prit chez lui son épouse » (Matthieu 1, 24) :

la phrase a elle aussi un sens plus fort à l'époque car elle désigne la cérémonie de mariage qui est qualifié dans le Talmud, de « réception » ou « introduction de l'épouse » (dans la maison de l'époux). En effet, un an après avoir établi le contrat de fiançailles, les parents de la future épouse l'amenaient dans la maison de son futur époux, ou sinon c'est ce dernier qui venait la chercher si les parents de la fiancée lui donnait leur accord. Dès le premier jour le mariage était consommé, car, après le festin, le mari était conduit par ses amis (« les amis de l'époux » ou « les fils de l'époux », que l'on retrouve dans Matthieu 9, 15) dans la chambre nuptiale où sa femme l'avait précédé, puis le nouveau marié sortait de la chambre pour annoncer aux invités : « notre mariage est consommé! », validant ainsi le contrat de fiançailles. Ce qui semble avoir été le cas pour Marie et Joseph. En effet, comme le précise Flavius Josèphe : « La loi ne connaît qu’une seule union, l’union naturelle de la femme, et seulement si elle doit avoir pour but de procréer » (Contre Apion, Livre II, 24), ainsi que l'indique que le premier commandement de la Torah : « Croissez et multipliez » (Genèse 1, 28). Et fortement encouragé par un devoir d'obligation conjugale : « Il ne privera sa femme ni de nourriture, ni de vêtement, ni de droit conjugal » (Exode 21, 10). Au point qu'un groupe d'esséniens, avaient accepté des femmes parmi eux, car ils pensaient « que renoncer au mariage c'est vraiment retrancher la partie de la vie la plus importante, à savoir la propagation de l'espèce ; chose d'autant plus grave que le genre humain disparaîtrait en très peu de temps si tous adoptaient cette opinion. » (Guerre des Juifs, II, 8, 13.) Donc, il y a peu de chances comme l'exprime le récit actuel de l'évangile de Matthieu que Joseph n'est pas connu sa femme jusqu'à la naissance de Jésus. L'annonce de la consommation donnait alors lieu à une fête qui durait 7 jours pour les parents et amis des nouveaux mariés, 7 jours de réjouissances, appelés les « sept jours du repas de noces », parait-il avec plus de décorum en Galilée qu'en Judée (Toseftah, ch. I).

3) « elle lui enfanta son fils premier-né, et il l'appela du nom de Jésus. » (Matthieu 1, 25) :

la paternité de Joseph n'était pas un problème au sein de l'ecclésia d'Antioche comme elle l'est aujourd'hui pour les chrétiens actuels, car c'était par le père que se faisait l'ascendance, ce que montre Romains 1, 3 : « son Fils, issu selon la chair de la lignée de David ». Et cela est attesté dans la traduction en syriaque – c'est – à – dire en araméen – de l'évangile de Matthieu, retrouvé dans le Codex Sinaïticus, au verset 16 : « Joseph, à qui avait été fiancée (la vierge) Marie, engendra Jésus », et 21 : « Marie, ton épouse, t'enfantera un fils ». Et explique que dans la traduction de l'évangile de Matthieu de Baal Shem Tov et du Codex de Bèze, on dise que Jésus était le « fils premier-né », l'« être sorti le premier du sein maternel » (Exode 13, 2 et 13, 12, cf. aussi Nombres 3, 12-13 et 18, 15-16), donc leur premier enfant. On n'évoque pas sa circoncision 8 jours après, ce qui suggère qu'au sein de la communauté d'ascendance juive c'était un fait tellement établi qu'on n'avait pas besoin d'en parler. On pense que c'est à ce moment là qu'était choisi le nom de l'enfant - j'en expliquerai la raison plus bas. À l'époque, il était une coutume assez répandue de donner à un enfant juif le nom de son père, encore vivant.

Le nom choisi pour l'enfant fut Jésus, qui se prononçait Yeshua, ce qui signifiait « Dieu sauve », mais la prononciation galiléenne était surement Yeshu, ce qui a donné en grec, Iêsous, qui servait déjà dans la Septante à désigner le successeur de Moïse, Joshuah (Josué), et a donné notre Jésus actuel. Mais il ne démarquait en rien son porteur, comme aujourd'hui : « À cette époque, " Jésus " était un des noms juifs les plus répandus. L'historien juif de l'Antiquité, Flavius Joséphe, mentionne, par exemple, vingt hommes portant ce nom. Le premier est le Joshuah (Josué) de la Bible, le successeur de Moïse, qui conquit la Terre Sainte. Mus par un respect religieux emplis de crainte, les anciens juifs évitaient d'utiliser certains noms bibliques importants, tels David, Salomon, Moïse et Aaron. Et il est bien possible que le nom Yeshua - Jésus - ait connu une grande popularité à cette époque dans la mesure où il pouvait se substituer à celui de Moïse. » (David Flusser, Jésus, Editions du Seuil, Paris, 1970). D'après John P. Meier (Un certain juif, Jésus. Les données de l'histoire. Vol. 1, Les sources, les origines, les dates, éditions du Cerf, 2004), ce désir de refléter l’époque patriarcale et l’Exode par le nom, tels que le montre celui des parents de Jésus, daterait plutôt du IIe siècle avant J. - C., à l’époque des frères Maccabées et de la montée du mouvement nationaliste qui s’opposait à la tentative d’acculturation des Grecs. Cette renaissance juive était surtout forte dans les petites villes et dans les milieux ruraux, comme en Galilée, qui la refusait. Le symbolisme de cette dénomination démontre que les parents de Jésus étaient donc ce qu'on pourrait appelés des « patriotes » juifs, dont le règne d'Hérode Ier le Grand, un demi-juif, ami de l'empereur Auguste, avaient exaspéré les attentes messianiques, à l'image de l'auteur de L'Assomption de Moïse.

Ce sommaire a pu rassurer les membres de l'ecclésia d'Antioche, que l'enseignement de Paul avait décontenancé : « ton enseignement pousserait tous les Juifs qui vivent parmi les païens à abandonner Moïse ; tu leur dirais de ne plus circoncire leurs enfants et de ne plus suivre les règles. » (Actes 21, 21.) Et qui avait créé une division que démontre le problème des tables communes. Les missionnaires leur montraient en effet un Jésus pleinement juif, né sous le sceau de la Torah.

Mais si ce sommaire pouvait suffire à un public en contact direct avec l'ecclésia de Jérusalem, ce n'était pas le ca pour ceux qui se trouvait en dehors de cette zone, ce qui obligea les missionnaires itinérants à développer un sommaire plus spécifique à un nouveau type de convertis, celui lucanien.

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2014

L'OBS.com nous montre que le pape François a célébré ce jeudi 25 décembre 2014 la fête de Noël qui commémore la naissance de Jésus, en envoyant à 1,2 milliard de catholiques sa bénédiction "urbi et orbi", sur fond de guerres et de fondamentalisme religieux. C'est le deuxième Noël du pape argentin qui vient de fêter ses 78 ans et qui, écouté de certains non croyants et membres d'autres religions, jouit d'une popularité forte dans le monde entier.

À l'occasion de cette fête, la deuxième plus importante du calendrier chrétien après Pâques, il est de tradition que le chef de l'Église catholique s'adresse "à la ville et au monde" ("urbi et orbi") et lance des appels pour remédier à des situations de guerre et d'injustice. Ces appels sont retransmis par des télévisions du monde entier.

Le pape a condamné fortement , dans son message de Noël, tous les trafics, abus, exploitations et violences que subissent les enfants "sous nos propres yeux", et la "persécution brutale", les massacres et les prises d'otages dans le monde.

Il y a trop d'enfants "victimes d'abus et exploités sous nos propres yeux et avec notre silence complice", a-t-il dénoncé. En sortant de son texte, visiblement ému, il a évoqué "les enfants massacrés sous les bombardements, y compris là où est né le Fils de Dieu" (en Terre Sainte), et leur "silence impuissant qui crie sous l'épée".

Dénonçant "l'indifférence", le pape François a aussi déploré les enfants "tués avant de voir la lumière", dans une condamnation explicite de l'avortement.

"Que Jésus sauve les trop nombreux enfants victimes de violence, objets de trafics et de la traite des personnes, ou contraints de devenir soldats", a-t-il demandé. "Qu'il apporte le réconfort aux familles des enfants tués au Pakistan la semaine dernière", a-t-il relevé en particulier, faisant allusion aux 149 personnes dont 133 écoliers tués à Peshawar par un commando taliban.

Le pape François a par ailleurs exhorté les Ukrainiens à "surmonter les tensions, vaincre la haine et entreprendre un nouveau chemin de fraternité et de réconciliation".

Le pape argentin a mis l'accent sur les violences des groupes djihadistes en Irak et en Syrie. "À Dieu, Sauveur du monde, je demande qu'il regarde nos frères et sœurs d'Irak et de Syrie qui, depuis trop de temps, souffrent des effets du conflit en cours et, avec ceux qui appartiennent à d'autres groupes ethniques et religieux, subissent une persécution brutale", a-t-il relevé.

Il a évoqué "les nombreuses personnes dispersées, déplacées et réfugiées, enfants, adultes et personnes âgées, de la région et du monde entier". Il a demandé qu'ils "puissent recevoir les aides humanitaires nécessaires pour survivre à la rigueur de l'hiver et revenir dans leurs pays".

L'Afrique a été évoquée, mais pas l'Amérique latine. Il a exhorté à "la paix au Nigeria, où à nouveau du sang est versé et trop de personnes sont injustement soustraites à l'affection de leurs proches et tenues en otage ou massacrées". Il a aussi invité au dialogue et à la pacification en Libye, au Sud Soudan, en Centrafrique et en République Démocratique du Congo.

Il a exprimé sa solidarité aux victimes africaines de l'épidémie Ebola, renouvelant "une invitation pressante à assurer l'assistance et les thérapies nécessaires".

"Vraiment, il y a tant de larmes en ce Noël", a-t-il conclu, demandant que le "pouvoir divin" touche "la dureté des cœurs de tant d'hommes et de femmes immergés dans la mondanité et dans l'indifférence".

Le pape François a demandé l'espoir, la proximité et l'aide pour les exilés et les réfugiés. Il demande également la paix au Moyen-Orient, l'Afrique et l'Ukraine et se souvient des victimes d'Ebola. Pape de la paix, il est tout sauf naïf et il a une nouvelle fois condamné le fondamentalisme religieux.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2014

RTL.fr dans son article du jeudi 25 décembre 2014 nous dit que le pape François a demandé mercredi aux catholiques de faire face aux situations "les plus dures" par la "tendresse" et la "douceur", en montrant de l'empathie pour les personnes en difficulté, dans son traditionnel message de la messe de Noël.

"Seigneur, donne-moi la grâce de la tendresse dans les circonstances les plus dures de la vie, donne-moi la grâce de la proximité face à toute nécessité, de la douceur dans n'importe quel conflit", a-t-il invité les fidèles du monde entier à prier, même au milieu des difficultés, des conflits et des guerres.

Devant quelque 5000 personnes rassemblées dans la basilique Saint-Pierre, le pape a prononcé une homélie au ton très religieux, lors d'une "messe de minuit" très solennelle, qui célèbre selon la tradition la naissance de Jésus dans la crèche de Bethléem.

Il a exalté la figure de l'enfant Jésus, dont il avait dévoilé une statuette naïve au début de la cérémonie : "Comme le monde a besoin de tendresse aujourd'hui! Avons-nous le courage d'accueillir avec tendresse les situations difficiles et les problèmes de celui qui est à côté de nous, ou bien préférons-nous les solutions impersonnelles, peut-être efficaces mais dépourvues de la chaleur de l'Évangile ?", a demandé le pape argentin.

En évoquant des "solutions impersonnelles et efficaces", il dénonçait des dérives de la société contemporaine mais aussi de certains dirigeants de l'Église, dont il avait vivement critiqué lundi dans son discours devant la curie romaine "l'excessive planification et l'indifférence envers les autres".

"La vie doit être affrontée avec bonté, avec mansuétude", a poursuivi le pape François. À Noël, Dieu "est amoureux de notre petitesse", "se fait petit pour nous rencontrer". Il "assume notre fragilité, notre souffrance, nos angoisses, nos désirs et nos limites", a-t-il ajouté, sans faire allusion à des situations précises.

Le pape François durant la messe du réveillon nous a invité à voir les plus faibles et à nous débarrasser de nos petitesses pour remarquer ce qui est à côté de nous. Une vision qui nous invite à abandonner notre orgueil et à recentrer nos priorités.

Merci et passez un joyeux Noël !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0