Publié le 9 Avril 2022

vaticannews.va nous montre que les présidents de la CEC et de la COMECE,  le révérend Christian Krieger et le cardinal Jean-Claude Hollerich, ont publié un message de Pâques le vendredi 8 avril 2022 depuis la frontière polono-ukrainienne, invitant «à prier et à œuvrer pour la justice, la réconciliation et la paix entre les personnes, les cultures, les nations». Au cours de leur visite en Pologne, les deux responsables chrétiens ont rendu visite à des Églises locales de diverses confessions, découvrant leurs projets pour accueillir les réfugiés dans le pays. Ils également été accueillis par le Conseil œcuménique polonais et l'évêque catholique de Łódź, Mgr Grzegorz Ryś.

 

Pour la troisième fois depuis le début du conflit en Ukraine, l'aumônier du pape, le cardinal Krajewski, se rendra dans le pays de l'Est pour livrer un autre véhicule équipé de défibrillateurs pour enfants. À Kiev, le cardinal célébrera le Triduum pascal avec les fidèles qui souffrent de la guerre «sacrilège», expression utilisée au sujet du conflit ces dernières semaines par le pape François (https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2022-04/krajewski-se-rend-a-kiev-avec-le-cadeau-d-une-seconde-ambulance.html).

 

Au 45e jour de l’invasion russe, l’Ukraine s’efforce d’évacuer les civils dans l’Est, désormais la cible prioritaire de Moscou, laissant derrière elle des villes ravagées et des accusations de violences extrêmes contre les civils, alors que la frappe de missiles sur la gare de Kramatorsk démentie par Moscou a été dénoncée comme un «crime contre l’humanité» par la France. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky demande «une réponse mondiale ferme» après la frappe de missiles qui s’est abattue vendredi sur la gare de Kramatorsk, point de passage central du Donbass, faisant 52 morts dont 5 enfants et plus d’une centaine de blessés. Ce samedi, il a toutefois affirmé que l’Ukraine était «toujours prête» à négocier avec la Russie. Enfin, Boris Johnson a rencontré Volodymyr Zelensky en Ukraine lors d’une visite surprise de la capitale ukrainienne Kyiv ce samedi, faisant de lui le premier dirigeant du G7 à fouler le sol ukrainien (https://www.liberation.fr/international/europe/en-direct-guerre-en-ukraine-zelensky-veut-une-reponse-mondiale-ferme-apres-le-massacre-de-la-gare-de-kramatorsk-20220409_PLTLHZAVIVG6NLXBR6RNWZKBXY/).

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 8 Avril 2022

Jesús Bastante nous montre ce vendredi 8 avril 2022 dans religiondigital.org que mercredi dernier, le cabinet d'avocats Cremades&Calvo Sotelo a présenté l'équipe multidisciplinaire qui réalisera l'audit externe sur les abus dans l'Église espagnole. Une équipe internationale d'experts, composée de 28 personnes, dont Pedro Strecht, chef de la commission anti-abus de l'Église portugaise; l'avocat qui s'est occupé du «cas Grassi» en Argentine ou deux membres du cabinet chargé de l'enquête dans le diocèse de Munich. Pourtant, deux noms figuraient dans tous les titres : celui de l'ancien directeur d'El País (et membre de la firme), Juan Luis Cebrián; et, surtout, celle de l’ancienne maire de Madrid, Manuela Carmena.

 

Tous deux, avec l'ancien vice-président de la Cour constitutionnelle Encarnación Roca, seraient chargés de conseiller l'équipe d'enquêteurs. Ils étaient les "stars" de l'annonce, les atouts de la manche jalousement gardés par Javier Cremades, au point qu'ils n'étaient même pas apparus dans les informations divulguées à El País le matin précédent. Cependant, tel que publié par elDiario.es, Carmena précise qu'elle ne fera pas partie de la commission, malgré les tentatives de Cremades.  «Ils m'ont invité à participer et je n'ai pas voulu parce que je ne suis pas d'accord avec la démarche», expose la magistrate à la retraite. Selon sa version, mardi, un jour avant la conférence de presse, le cabinet d'avocats a encore insisté, cette fois de "faire un constat" sur "la manière dont il convient d'aborder le traitement des victimes".

 

Carmena a accepté cela, bien qu'elle insiste auprès du journal numérique sur le fait qu'elle ne rédigera qu'un dossier. "Je trouve intéressant d'être avec des gens qui ne pensent pas comme moi", explique-t-ell. Ainsi, l'ancien maire soutient que l'Église doit présenter ses excuses aux victimes "en changeant les problèmes qui ont déterminé que ce qui s'est passé s'est produit", et en abordant "le sentiment d'abus d'autorité avec lequel les prédateurs de mineurs sont intervenus".

 

En tout cas, Carmena avoue que, pour l'instant, elle n'a que "les grandes lignes" de son écriture, car "tout a été très précipité". La magistrate, qui n'a pas précisé si elle percevrait ou non une compensation financière pour son travail, a tenu à prendre ses distances avec la "commission Cremades", estimant que "la démarche était très fermée et très data-basé". "Je voulais que ce soit beaucoup plus ouvert. Ils n'ont pas programmé d'auditions avec les victimes, cela me semble très important car cela implique une réparation", déplore l'ancien maire de Madrid.

 

vaticannews.va (https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2022-04/assemblee-pleiniere-eveques-france-lourdes-ecologie-abu.html) nous montre que l’assemblée plénière de printemps des évêques de France s’achève ce vendredi à Lourdes après 4 jours de travaux et de réflexion. Une assemblée qui a vu la réélection à la tête de la Conférence des évêques de Mgr Eric de Moulins-Beaufort, pour un nouveau mandat de 3 ans. Dans son discours de clôture l’archevêque de Reims est revenu avant tout sur l’importance de répondre à l’urgence écologique, car «Plus que jamais sans doute, nous devons constater que le moindre de nos actes: nous nourrir, nous habiller, nous déplacer, nous informer, nous rencontrer, déclenche une série de causes dont beaucoup abîment durablement la "maison commune"».

 

Face à la crise écologique, «nous sommes conduits à être lucides comme nous avons appris à l’être à l’égard des violences et agressions sexuelles» a encore souligné l’archevêque de Reims. À ce titre, il a rappelé que le fonds d’indemnisation des victimes était opérationnel et que le tribunal pénal canonique serait prêt «dans trois semaines». Des outils, a-t-il précisé, qui ont pour ambition d’ouvrir une relation nouvelle avec l’Église. «Ainsi espérons-nous humblement mais de manière déterminée ouvrir un chemin de réconciliation là où il y a eu profanation», a expliqué Mgr de Moulins-Beaufort.

 

 Enfin, à deux jours du premier tour de l’élection présidentielle, le président de la CEF a souligné que «les enjeux étaient grands et l’issue incertaine». «Dimanche, nous n’élirons pas un sauveur de la France, ni un messie, ni quelqu’un qui devrait incarner tout le bien à faire a rappelé l’archevêque de Reims. Nous aurons à choisir un responsable politique, homme ou femme, celui ou celle qui aura à conduire notre pays dans les temps toujours incertains où l’humanité avance, dans ces temps spécialement incertains de fractures sociales, de crise sanitaire, de crise écologique, de guerre toujours possible».

 

Au 44e jour de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les attaques russes se poursuivent dans l’est de l’Ukraine, où dix couloirs humanitaires devraient permettre d’évacuer des civils. La gare de Kramatorsk, dans le Donbass, a été la cible d’une attaque russe qui a fait des dizaines de morts. Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borell et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen étaient cet après-midi à Boutcha, après la découverte de centaines de corps de civils, pour manifester leur soutien. Ils sont actuellement à Kiev, avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Enfin, selon la vice-première ministre ukrainienne, Iryna Vereshchuk, dix couloirs humanitaires doivent permettre d’évacuer les civils ce vendredi. Ils concernent les villes de l’Est (https://www.ouest-france.fr/monde/guerre-en-ukraine/direct/direct-guerre-en-ukraine-26-corps-retrouves-pres-de-kiev-ou-est-attendue-une-delegation-de-l-ue-5f097358-b6f9-11ec-91b4-4cb12076d3f2).

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église, #Actualités

Repost0

Publié le 7 Avril 2022

Salvatore Cernuzio, à la Cité du Vatican, nous montre dans vaticannews.va que les travaux de la commission indépendante sur les cas de pédophilie dans l'Église, confiés par l'épiscopat d’Espagne à un cabinet d'avocats, ont été présentés ce jeudi au pape François par la présidence de la Conférence épiscopale espagnole, ce jeudi 7 avril devant la présidence de l’épiscopat espagnol.

 

Les évêques ont rendu compte de ce cheminement au pape François ce jeudi. Le Saint-Père «nous a encouragés à suivre cette voie, à accompagner les victimes car c'est le centre de tout, à collaborer en tout et à faire de la prévention, pour que cela ne se reproduise pas à l'avenir», a déclaré l’archevêque de Barcelone aux journalistes. En ce qui concerne la méthodologie et les objectifs de l'audit, le cardinal Omella a expliqué qu'ils seront connus «bientôt» et a insisté sur le fait que l'attitude de l'Église «est toujours ouverte à la collaboration, et c'est ce que nous voulons, car nous pensons toujours à écouter, accompagner, assister et aider les victimes, ce qui est vraiment important». Le pape François, a assuré le prélat espagnol, suit la situation de près et a écouté le compte rendu de la commission indépendante et de ses travaux «avec grand intérêt». Le Souverain Pontife qui a réaffirmé que les victimes d’abus sont «au centre de tout», et a apporté son soutien à la poursuite des travaux.

 

Lors de l’audience, il a également été question des migrations, sujet de préoccupation pour le pape François. «Le Saint-Père, a rapporté le cardinal Omella, a dit quelque chose qui m'a beaucoup plu : nous avons parlé des villes d'Espagne qui se vidaient et il a dit : "Regardez dans combien de villages il y aurait peut-être des maisons où certains migrants peuvent vivre et travailler"». Parmi les autres thèmes abordés figuraient la charité et l'aide aux pauvres, ainsi que l'évangélisation afin de ne pas perdre les racines chrétiennes dans un pays fortement sécularisé : «Évangéliser et vivre notre foi par la prière, les sacrements et la formation», a résumé le président de l’épiscopat espagnol.

 

Et ce jeudi, e secrétaire d'État du Saint-Siège, en marge d'un événement au siège de Radio Vatican, a commenté les récentes nouvelles en provenance d’Ukraine et confirmé la possibilité d'un voyage du Pape à Kiev, mais une prudente évaluation reste en cours Il s'agit notamment des relations avec l'Église orthodoxe russe, une situation que le cardinal juge «délicate». Il a également évoqué la préparation d’une rencontre avec le patriarche Kirill. «D'après ce que j'ai compris, on continue dans cette préparation», a-t-il affirmé, expliquant que la recherche pour le moment consiste pour le moment à trouver un «terrain neutre». «C'est la condition. Mais rien n'est décidé. Un travail est effectué, de notre part, notamment par le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, qui est le Dicastère compétent», a ajouté le cardinal Parolin. En ce qui concerne le travail de la diplomatie vaticane, le secrétaire d'État du Saint-Siège a précisé qu’il n’y a actuellement aucune «initiative particulière», mais «la disponibilité offerte il y a quelque temps pour une médiation ou toute autre forme d'intervention qui pourrait, d'une part, faciliter un cessez-le-feu et, d'autre part, le début des négociations» est toujours valable. Un voyage à Kiev de Mgr Paul Richard Gallagher, le secrétaire pour les relations avec les États, reste une possibilité concrète (https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2022-04/cardinal-parolin-declarations-pape-ukraine-voyage-kiev-kirill.html).

 

Au 43e jour de l’invasion russe en Ukraine, l’Europe discute de nouvelles sanctions contre la Russie, après celles prises la veille par les États-Unis et par Le Royaume-Uni qui a également renforcé ses mesures de rétorsion. Sur le front militaire, l’est du pays se prépare à une offensive d’envergure de l’armée russe. Enfin, la Russie est suspendue du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Quelque 93 pays ont voté en faveur de la motion présentée par les États-Unis, tandis que 24 pays ont voté contre et 58 pays se sont abstenus (https://www.liberation.fr/international/europe/en-direct-guerre-en-ukraine-retrouvez-les-dernieres-actualites-sur-le-43e-jour-de-linvasion-russe-20220407_7RVOTXG5HZECBPLISTPEEB74TY/).

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église, #Actualités

Repost0

Publié le 6 Avril 2022

José Manuel Vidal nous montre dans religiondigital.org ce mercredi 6 mars 2022 que le pape François a clôturé l'audience massive du mercredi avec trois gestes faits à Bergoglio, de ceux qui touchent le cœur et brisent le plafond de verre des grands médias : un drapeau ensanglanté de la ville martyre ukrainienne de Bucha, un groupe d'enfants réfugiés ukrainiens qui il a monté avec lui sur la scène de la salle d'audience et le don d'œufs de Pâques du pape pour les enfants. Et sa dénonciation verbale contre "les atrocités de Bucha et la cruauté de plus en plus horrible contre des civils, des femmes et des enfants non armés". Son "sang innocent crie vers le ciel et implore la fin de cette guerre, de faire taire les armes, d'arrêter de semer la mort et la destruction".

 

Hier, la Conférence des évêques de France (CEF) a ouvert mardi son assemblée plénière de printemps à Lourdes, lors de laquelle ils doivent notamment "faire le point" sur les mesures sur la pédocriminalité dans l'Église prises en 2021 et procéder à l'élection de leur présidence, débutant cette session "en communiant aux douloureuses épreuves de la guerre menée en Ukraine", a-t-il souligné, avec une messe, en milieu de journée, présidée par Mgr Hlib Lonchyna, le représentant de l'Église gréco-catholique (de rite byzantin) pour la France. Une manière de s'associer "ainsi à la supplication du peuple ukrainien, pour lui-même et pour le peuple russe", a dit Mgr de Moulins-Beaufort, précisant qu'une visioconférence avec l'archevêque majeur de l'Église gréco-catholique d'Ukraine, Sviatoslav Shevshuk, était aussi prévue (https://actu.orange.fr/france/les-eveques-ouvrent-leur-assemblee-de-lourdes-avec-une-messe-pour-l-ukraine-CNT000001Lj7G2.html).

 

Au 42e jour de l’invasion russe en Ukraine, les pays occidentaux travaillent à de nouvelles sanctions contre Moscou. Les pays européens ont décidé l’expulsion concertée de dizaines de diplomates russes, une quarantaine pour l’Allemagne et 35 pour la France. Sur le front, Kyiv dit s’attendre à une «attaque massive» dans le Donbass, puisque deux villes évacuées dans le sud de Kharkiv, alors que dans les zones proches de Kyiv et de Tchernihiv, les forces russes se sont retirées. La République tchèque a acheminé mardi une dizaine de tanks et de véhicules blindés d’origine soviétique en Ukraine. Une première, alors que Volodymyr Zelensky le demandait depuis longtemps (https://www.liberation.fr/international/europe/en-direct-guerre-en-ukraine-retrouvez-les-dernieres-actualites-sur-le-42e-jour-de-linvasion-russe-20220406_WSGEGCSWFJEGPO7QRAFORPENBE/).

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités, #Actualités de l'Église

Repost0

Publié le 5 Avril 2022

«Les images de Bucha provoquent horreur et trouble : c'est Caïn qui tue son propre frère». Le cardinal Michael Czerny, qui s'est déjà rendu deux fois, sur ordre du pape en Ukraine, revient de Kiev en dénonçant "les effets abominables de la guerre" comme le montre religiondigital.org ce mardi 5 avril 2022. «Nous condamnons les effets abominables de la guerre, nous aidons les réfugiés et nous travaillons pour la diplomatie», souligne le préfet par intérim du Dicastère pour le service du développement humain intégral, qui soutient que, «si les conditions sont réunies, un déplacement du pape à Kyiv aurait une grande résonance».

 

En revanche, l'évêque d'Odessa, Stanislav Schyrokoradjuk, considère que l'Ukraine a actuellement d'autres priorités, en plus d'une éventuelle visite du pape à Kyiv. Dans une interview au journal 'La Nazione', le prélat remercie le pape François pour ce qu'il fait pour parvenir à la paix, bien qu'il ait dit qu'il ne comprenait pas pourquoi le pape ne nomme pas la Russie ou Poutine dans ses phrases. "La racine du mal doit être appelée par son nom", a déclaré Shyrokoradjuk, qui appelle le président russe "le nouvel Hitler". "Le pape a toujours appelé à une solution pacifique des problèmes", a souligné Schyrokoradjuk, qui a exprimé ses réserves quant à une éventuelle rencontre entre le pape François et Kyrill. "Mais le pape sait mieux comment et quoi faire. Nous lui faisons confiance."

 

Pour sa part, s'adressant à Crux, l'ambassadeur d'Ukraine au Vatican, Andriy Jurash, a soutenu que "la Russie essaie de toutes les manières possibles, formellement et officieusement, de faire comprendre" qu'une visite papale à Kyiv "ne serait pas acceptable pour eux", bien qu'il ait précisé que "Moscou ne permettrait pas la mort du pape". "Je pense qu'ils comprennent que ce serait leur fin dans le monde civilisé", a déclaré l'ambassadeur. Même s'ils voulaient éviter une visite papale en Ukraine, il suppose que les Russes eux-mêmes s'assureraient que ce voyage soit sûr. L'option d'une visite papale à Kiev, a ajouté Jurash, est discutée depuis deux semaines. Et, malgré les difficultés, une visite du "chef religieux le plus influent du monde" serait vitale pour la reconstruction du pays.

 

Au 41e jour de l’invasion russe en Ukraine, les massacres de civils autour de Kyiv, notamment à Boutcha, suscitent l’indignation dans le monde entier. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui dénonce un «génocide», était en direct du Conseil de sécurité de l’Onu et a demandé l’éviction de la Russie afin que le pays soit privé de son droit de véto. L’Otan annonce que la Russie s’apprête à prendre «le contrôle de l’ensemble du Donbass», la population exhortée à fuir l’est du pays. Et Environ 150 diplomates russes expulsés d’Europe. Les pays européens expulsent tout à tour des dizaines de diplomates russes dans un contexte d’indignation européenne, liée en particulier à la récente découverte de cadavres dans la ville de Boutcha (https://www.ouest-france.fr/monde/guerre-en-ukraine/direct/direct-guerre-en-ukraine-apres-les-massacres-a-boutcha-le-president-zelensky-devant-l-onu-99f1d94c-b49c-11ec-af07-9a1e7d385411).

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 4 Avril 2022

«La guerre est cruelle, inhumaine, elle va à l'encontre de l'esprit humain. Je suis prêt à faire tout ce qui peut être fait.» Le pape François n'a pas parlé à Poutine depuis la fin de l'année, bien qu'il ait parlé à Zelensky deux fois depuis le début d'une guerre qui pourrait amener le pape à Kiev. Ou, du moins, c'est ainsi que Bergoglio l'a laissé tomber lors du vol retour de Malte, lors de la conférence de presse classique avec les journalistes accrédités comme nous le montre Jesús Bastante sur religiondigital.org le dimanche 3 mars 2022. "Il n'y a pas de non. Je suis disponible. C'est sur la table. C'est l'une des propositions, mais je ne sais pas si cela peut être fait et si cela conviendra. Tout cela est en l'air." «Que diriez-vous au président russe ?» Le pape garde ses distances. «Je lui dirais que les choses que j'ai dites aux autorités de chaque côté, elles sont publiques. Rien de ce que j'ai dit ne m'est réservé. J'en ai parlé avec le patriarche». "Nous n'apprenons pas. Que le Seigneur ait pitié de nous, de nous tous. Nous sommes tous coupables", a déploré le pape interrogé sur la guerre en Ukraine.

 

Dans le même temps, il affirme que "les immigrés doivent être accueillis", un problème "sérieux" que "Chypre, l'Italie, l'Espagne, Malte et la Grèce" ont notamment. "Il faut qu'il y ait une entente avec les pays d'Europe. Tout le monde n'est pas prêt à accueillir des immigrés. On oublie que l'Europe a été faite par des migrants. Il ne faut pas la laisser entre les mains des pays voisins si généreux." "L'Europe accueille très généreusement les Ukrainiens qui frappent à sa porte et j'espère qu'ils accueilleront également ceux qui arrivent de l'autre côté de la Méditerranée", a observé le pape François, souligne Efe. Dans son dernier acte à Malte, le souverain pontife s'est rendu dans un centre d'accueil des migrants et a rappelé aux journalistes que "les migrants sont toujours les bienvenus", mais "que chaque gouvernement doit dire ce qu'il peut recevoir et pour cela il faut un accord en Europe".

 

Concernant son état de santé, Bergoglio avoue qu'"il est un peu capricieux", et a admis "un problème au genou qui m'amène à avoir des difficultés à marcher". Bien que, souligne-t-il, "maintenant ça va mieux, au moins je peux marcher alors qu'il y a quinze jours je ne pouvais pas. À cet âge, on ne sait pas comment le jeu va se terminer."

 

Au 40e jour de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, c'est l'indignation qui domine après la découverte de scènes laissant penser à des crimes de guerre dans les zones libérées après le départ des forces russes, près de Kiev. Plusieurs pays évoquant «un génocide» et appelant à une enquête internationale. De son côté, Michelle Bachelet, la Haute-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU s'est dite «horrifiée» par les images de Boutcha. Comme le chancelier allemand et d'autres, le président français Emmanuel Macron s'est déclaré lundi favorable à ce que l'Union européenne décide de nouvelles sanctions vis-à-vis de la Russie. La Russie nie «catégoriquement» toute implication dans ces exactions et a demandé un débat au Conseil de sécurité de l'ONU pour statuer sur les «provocations haineuses» commises selon elle par l'Ukraine à Boutcha (https://www.rfi.fr/fr/europe/20220404-en-direct-guerre-en-ukraine-la-russie-nie-toute-implication-dans-des-crimes-de-guerre-%C3%A0-boutcha).

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 3 Avril 2022

vaticannews.va nous montre ce dimanche 3 avril 2022 qu’au second et dernier jour de son voyage à Malte, le pape François est allé prier dans la grotte de saint Paul, là où l’apôtre trouva refuge après son naufrage sur l’île. Dans sa prière, il implore Dieu de nous aider à reconnaître de loin les besoins de ceux qui luttent au milieu des vagues de la mer et d’allumer  «le feu de l'accueil qui fait oublier le mauvais temps, réchauffe les cœurs et les unit: foyer de la maison construite sur le rocher, de l'unique famille de tes enfants, tous frères et sœurs».

 

Après la prière dans la grotte de saint Paul, à l’autre bout de l’île de Malte, le pape s'est rendu au centre, place Saint-Publius, vaste esplanade à deux pas du centre historique de La Valette. Devant près de 20 000 fidèles qui l’ont attendu pendant près de deux ans à cause de la pandémie de Covid-19, le pape François est revenu sur l’évangile de ce dimanche précédant les Rameaux, celui de la femme adultère. Dans son homélie délivrée lors de la messe célébrée à Floriana, à l'ouest de La Valette, le pape François a exhorté les fidèles à ne pas oublier la miséricorde et à ouvrir notre cœur à Jésus. Dieu est venu pour les malades, a rappelé le Saint-Père, invitant à nous mettre avec amour à la recherche des pécheurs (https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2022-04/homelie-messe-malte-pape-francois.html).

 

Le pape François a conclu son voyage apostolique à Malte par une visite au centre pour migrants Giovanni XXIII Peace Lab, où il a rencontré deux cents migrants. Dans son discours, il a dénoncé les autorités complices des violations des droits fondamentaux et exprimé le rêve de voir les migrants devenir des témoins d’accueil et de fraternité deviennent personnellement, insistant sur ce dernier point avant de mettre en garde : «Ne nous laissons pas tromper par ceux qui disent: il n’y a rien à faire». La réponse est d’allumer «des feux de fraternité, autour desquels les gens pourront se réchauffer, se relever, reprendre espérance». Et de citer Jean XXIII dont le centre Peace Lab porte le nom : «Que le Christ enflamme le cœur de tous les hommes et leur fasse renverser les barrières qui divisent, resserrer les liens de l’amour mutuel, user de la compréhension à l’égard d’autrui et pardonner à ceux qui leur ont fait du tort» (https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2022-04/voyage-apostolique-malte-pape-francois-migrants-rencontre.html).

 

Hier, après sa rencontre avec les autorités maltaises dans la matinée, le pape François s’est rendu au sanctuaire de Ta'Pinu, sur l’île maltaise de Gozo. Malte, petite île au grand cœur, est un trésor pour l’Église, a affirmé le Saint-Père à l'occasion du moment de prière. Son histoire nous appelle à retrouver l’esprit des premières communautés de chrétiens, centré sur la relation au Christ et l’annonce de son Évangile (https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2022-04/au-sanctuaire-ta-pinu-retrouver-l-esprit-des-premiers-chretiens.html).

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités, #Actualités de l'Église

Repost0

Publié le 2 Avril 2022

fr.euronews.com nous montre que ce samedi 2 avril le pape François a déclaré samedi lors de son déplacement à Malte qu'il envisageait une visite à Kyiv ! Ce voyage dans l'île méditerranéenne autour de la condition des migrants était prévu il y a deux ans mais a été reporté à cause de la pandémie du Covid.

 

Le souverain pontife en a profité pour aborder l'actualité et la guerre en Ukraine, qu'il a largement dénoncée, avec un ton offensif. Il n'a toujours pas cité Vladimir Poutine ou la Russie mais a fait référence à "un potentat" ayant menacé le monde d'une guerre nucléaire, ne laissant aucun doute sur son identité. Le pape François a dénoncé des "revendications anachroniques d'intérêts nationalistes". "Nous pensions que les invasions d'autres pays, les combats de rue sauvages et les menaces atomiques étaient des sombres souvenirs d'un passé lointain", a-t-il regretté.

 

Aux côtés du Président maltais George Vella; le pape a également parlé d'immigration, voulant faire de la Méditerranée un "théâtre de solidarité"... Il a critiqué l'attitude des pays européens et notamment les accords signés avec la Libye pour empêcher les départs des migrants depuis son littoral.

 

En ce 38e jour de l’invasion russe en Ukraine, la mise en place d’un couloir humanitaire reste complexe dans la ville assiégée de Marioupol, où environ 3000 personnes se sont enfuies en voitures ou en bus, alors que grâce à la mise en place de couloirs humanitaires, plus de 6000 Ukrainiens ont pu quitter des zones de combats vendredi. Autour de Kyiv, l’apparent retrait russe permet à l’armée ukrainienne de reprendre du terrain. Dans le Sud-est, Marioupol reste assiégée. Enfin, l’ONU enverra dimanche à Moscou son secrétaire général adjoint pour les Affaires humanitaires afin de négocier un «cessez-le-feu humanitaire» en Ukraine (https://www.liberation.fr/international/europe/en-direct-guerre-en-ukraine-retrouvez-les-dernieres-informations-sur-linvasion-russe-20220402_EU6SJHTELRBWVHQUEVP2TEFOOY/).

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 1 Avril 2022

RFI.fr nous montre ce vendredi 1er avril 2022 que le pape François a reçu des délégations des peuples autochtones canadiens au Vatican. Il s'est excusé auprès d'eux suite aux drames dans les pensionnats canadiens.

 

Venues cette semaine au Vatican pour des rencontres privées avec le pape François, des délégations de peuples autochtones canadiens ont été reçues en audience ce vendredi 1er avril.  Des danses, des tambours, des violons et surtout beaucoup d’émotion ont parcouru cette audience publique du pape François aux peuples autochtones du Canada, venus amorcer un chemin de réconciliation avec l’Église catholique, incarnée par son plus haut responsable. Le pape François a confié devant eux être «profondément attristé par les histoires de souffrance, d'épreuves, de discrimination et de diverses formes d'abus» que certains membres de ces peuples ont subis, en particulier dans les pensionnats tenus par l’Église catholique canadienne. Plus tôt cette semaine, ces délégations formées de 32 représentants autochtones et d'évêques canadiens avaient présenté au souverain pontife des témoignages de survivants de ces pensionnats administrés par les Églises catholique et anglicane.

 

La découverte de centaines de sépultures d'enfants anonymes ces derniers mois a secoué le Canada et beaucoup de survivants attendaient un geste fort du pape. En septembre, l'Église catholique du Canada avait présenté des excuses officielles aux peuples autochtones. Entre la fin du XIXe siècle et les années 1980, quelque 150 000 enfants autochtones ont été enrôlés de force dans plus de 130 pensionnats à travers le pays, où ils ont été coupés de leur famille, de leur langue et de leur culture. Des milliers n'en sont jamais revenus. Les autorités estiment leur nombre entre 4000 et 6000. En 2015, une commission d'enquête nationale avait qualifié ce système de «génocide culturel». Depuis bientôt un an, plus de 1300 tombes d'enfants anonymes ont été retrouvées sur les sites d'anciens pensionnats, et de multiples recherches se poursuivent à travers le pays.

 

«J'ai honte, j'ai mal et j'ai honte du rôle que plusieurs catholiques, en particulier avec des responsabilités éducatives, ont joué dans tout ce qui vous a blessé. Pour la conduite déplorable de ces membres de l'Église catholique, je demande le pardon de Dieu et je voudrais vous dire du fond du cœur : j’éprouve beaucoup de douleur», a déclaré ce vendredi le pape François. «Je voudrais vous dire que l'Église est de votre côté et veut continuer à marcher avec vous» a aussi expliqué le souverain pontife, souhaitant que ces jours passés à Rome puissent ouvrir «d’autres pistes à explorer ensemble». «Les mots du pape étaient historiques et nécessaires» a déclaré Cassidy Caron présidente du Conseil national des Métis, à l’issue de la rencontre, «nous l’attendons désormais au Canada où il pourra renouveler ses excuses auprès des survivants et des familles». Une volonté partagée par le pape argentin qui a confirmé qu’il se rendrait en terre canadienne, probablement à la fin du mois de juillet. «Le pape François a présenté ses excuses pour le rôle de l'Église dans les abus qui ont eu lieu dans les pensionnats autochtones. C'est une étape importante», a déclaré le chef du gouvernement canadien Justin Trudeau, ajoutant «nous avons hâte qu'il vienne au Canada pour présenter ses excuses en personne». Bien qu'il n'ait pas précisé de date, tout semble indiquer que la visite coïncidera avec la fête des grands-parents, célébrée le 26 juillet, comme le signale RD (https://www.religiondigital.org/el_papa_de_la_primavera/Papa-indigenas-canadienses-Siento-indignacion-canada-francisco-perdon-verguenza-viaje_0_2437556232.html).

 

Enfin, le pape François a reçu aujourd'hui le président polonais, Andrzej Duda, avec qui il a discuté de la guerre en Ukraine après l'invasion de la Russie et des réfugiés ukrainiens, qui ont atteint 4 millions, dont plus de la moitié se trouvent en Pologne. S'adressant aux médias après l'audience, le président polonais a également invité le souverain pontife à se rendre dans le pays car il a déclaré que «puisqu'il y a près de deux millions de citoyens ukrainiens, ce serait l'occasion pour deux nations de se rencontrer, la polonaise et l'ukrainienne», mais il n'a pas voulu donner de détails sur la réponse du pape François car il était d'accord avec lui. Le Vatican a rapporté dans une note que lors des entretiens qu'il a également tenus avec le secrétaire d'État, le cardinal Pietro Parolin, ils ont principalement abordé «le conflit en Ukraine et la sécurité et la paix en Europe» et dans ce contexte «ils se sont arrêtés sur tout dans la situation des réfugiés ukrainiens et de leur aide humanitaire». Duda a également expliqué que le pontife argentin l'avait interrogé "avec beaucoup d'intérêt sur la situation en Ukraine". Et qu'il lui a fait part de ses conversations avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et de son opinion sur la situation, qui, a-t-il dit, «pour les Polonais, il est clair que c'est comme une attaque brutale non provoquée». Interrogé pour savoir si le Vatican et la communauté internationale souhaiteraient trouver une solution honorable pour Poutine, Duda a répondu : «Il n'y a pas d'honneur pour les gens sans honneur» (https://www.religiondigital.org/mundo/Francisco-presidente-Polonia-frontera-ucrania-refugiados_0_2437556235.html).

 

En ce 37e jour de l’invasion russe en Ukraine, la nouvelle tentative de couloir humanitaire à Marioupol est très incertaine. Sur le terrain militaire, Etats-Unis, France et Otan craignent un conflit «prolongé» et ne croient pas aux annonces de retrait des forces russes. Tandis que la Russie accuse l’Ukraine d’avoir mené une attaque contre un «dépôt de pétrole» dans la ville de Belgorod, dans l’ouest de la Russie, à une quarantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne. Et dès ce vendredi, Moscou impose aux acheteurs de gaz russe de pays «inamicaux» de posséder des comptes en roubles, faute de quoi la Russie ne les livrera pas (https://www.liberation.fr/international/europe/en-direct-guerre-en-ukraine-retrouvez-les-dernieres-informations-sur-linvasion-russe-20220401_KPL7CDWASFHN7JXPZNCUKDAHKI/).

 

Merci !

 

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités, #Actualités de l'Église

Repost0