157 prêtres soutiennent le Père Roy Bourgeois

Publié le 27 Juillet 2011

Aux Etats-Unis, Plus de 150 prêtres catholiques soutiennent le Père Roy Bourgeois, menacé de renvoi après avoir participé à l’ordination d’une femme, indique "The New York Times" le 22 juillet 2011.

 

Le Père Roy Bourgeois est un critique virulent de la politique étrangère américaine en Amérique latine et le fondateur de l'école School of the Americas Watch (SOAW), qui est l'un des groupes les plus efficaces dans les États-Unis en ce qui concerne la dénonciation de l'enseignement par l'armée américaine de la torture stratégique,. En 2005, il a reçu le Prix Thomas Merton. Il s’est prononcé récemment en faveur de l'ordination des femmes.

 

Dans une déclaration commune, 157 prêtres américains affirment soutenir le Père Bourgeois dans son "droit à exprimer sa conscience". Une formulation prudente qui expliquerait, selon "The New York Times", le succès de l'initiative. Car le Père Bourgeois ne s'est pas contenté d'appuyer l'ordination des femmes par les mots, il y a également pris part dans les actes. Une attitude que le Vatican ne saurait tolérer.

 

Suite à sa participation à une cérémonie d'ordination illicite, organisée par le groupe "Roman Catholic Womenpriests", le Père Bourgeois a reçu une lettre du Vatican en 2008, le menaçant d'excommunication s'il ne se rétractait pas. En réponse, le prêtre a adressé une longue lettre au Vatican dans laquelle il affirmait vouloir suivre sa conscience.

 

Si, dans un premier temps, la congrégation des missionnaires de Maryknoll – à laquelle il appartient - ne l'a pas démis de ses fonctions, elle lui a récemment fait parvenir la première des deux "monitions canoniques" le 18 mars 2011 qui devraient déboucher sur son renvoi et qu'il avait 15 jours pour se rétracter sur son soutien à l'ordination des femmes ou il ferait face à l'expulsion de l'ordre. Et il faut dire que cette menace n’a pas été réalisée dans les faits, tant elle a été appliquée mollement.

 

Pour le Père Bourgeois, se rétracter pour sauver son sacerdoce ou sa retraite correspondrait à un mensonge. Interviewé par "The New York Times", il a affirmé: "Il s'agit ici clairement à mon avis d'une question de sexisme, et tout comme le racisme, c'est un péché". Et d'ajouter: "Cela ne peut pas être justifié, peu importe combien nous, prêtres et dirigeants de l'Eglise – à commencer par le pape –, essayons de justifier l'exclusion des femmes. Ce n'est pas la voie de Dieu. C'est la voie des hommes."


Les experts de l’Église ont dit qu'il était étonnant que 157 prêtres signèrent une déclaration à l'appui du prêtre américain, le Père Roy Bourgeois, parce qu'il fait beaucoup plus que parler : il a donné l'homélie et béni une femme dans une cérémonie d'ordination illicite menée par le groupe, Roman Catholic Womenpriests. Ce groupe affirme avoir ordonné 120 prêtres et cinq évêques femmes dans le monde entier. Le Vatican ne reconnaît pas ces ordinations et a déclaré la femme ordonné automatiquement excommunié. On sait que pour le Vatican toute «tentative d'ordonner une femme», qui est qualifiée de «délit grave contre la foi». Dans la pratique, l'ordination des femmes est traitée plus durement à l’intérieur de l'église que les prêtres qui sont accusés d'abus sur mineurs. Alors que les prêtres qui abusent de mineurs, sont punis en vertu d'une loi canonique différente et sont rarement excommuniés. Un injuste traitement envers les femmes désirant devenir prêtre mise au plus bas rang que des pervers.

 

L'action des prêtres américains suit de près l’«Appel à la désobéissance» émis en Autriche par plus de 300 prêtres et diacres. Ils stupéfièrent leurs évêques avec un engagement en sept points qui inclut la promotion active de la prêtrise pour les femmes et les hommes mariés, et en récitant une prière publique pour «réforme de l'Église» à chaque messe. Et en Australie, le Conseil national des prêtres a récemment publié une défense pour l'évêque de Toowoomba, qui avait publié une lettre pastorale en disant que, face à une pénurie sévère de prêtre, il faut ordonner des femmes et des hommes mariés même «si Rome ne le permet pas.» Après une enquête à charge, le Vatican le força à démissionner. Les spécialistes de l'Église notent que pour la première fois depuis des années, des groupes de prêtres dans plusieurs pays sont aux côtés de ceux qui contestent l'église sur le célibat sacerdotal et masculin.

 

Karl Rahner, que l'on croyait être un candidat pour devenir pape, avait soutenu dans les années 1970 que les femmes devraient être ordonnées, et avait souligné la place importante des femmes dans l'Eglise primitive. Il avait souligné dans ses écrits que le la première personne de Jésus après la résurrection avait rencontré était une femme.

 

Le Père Roy Bourgeois est punit pour avoir utilisé sa conscience, mais l’Église peut-elle continuer à mettre la femme dans des postes de subalterne sans en prendre le contre coup, car elle ne va pas attendre un meilleur traitement de la part d’une institution ne sachant pas voir leur présence créative et le pilier du renouveau qu’elles puissent être. Même si elles ne peuvent avoir la prêtrise, qu’on leur donne alors le diaconat et le lectorat, mais à l’égal des hommes et pas en version réduite.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F


Jean Paul II poussé ou pas par le cardinal Ratzinger a éclairci son propos en rappelant à maintes reprise que  sa décision n’est pas un avis ou une
position temporelle  mais qu’elle est infaillible et donc definitive  .


 



Répondre
P


C'est la décision d'un homme, l'histoire a souvent montrer que leurs décisions ne sont pas restées infaillibles. L'histoire elle ne tient pas sur des vérités soi-disant toutes faites décidées
dans le dos des fidèles et qu'on leur demande d'accepter sans leur demander leur avis.


Une attitude peu chrétienne. Guider ne veut pas dire imposer mais être en phase avec son troupeau, car si le berger n'est pas aimé du troupeau, son troupeau l'aura vite déserté.


Benoit XVI serait un meilleur pape s'il était mieux entouré, mieux conseiller et qu'il demandait aux fidèles ce qu'ils penseraient d'une décision à leur sujet. Benoit XVI malgré qu'il est
conservateur, est assez moderne sur certains sujets, mais ne pourra rien faire car la plupart des groupes le soutenant freineront des quatre fers un peu de modernité dans l'Eglise. C'est
pourquoi, il pense que quelques réformes ne se feront pas sous son pontificat.


Merci !



F


cher paroissiens progressiste , 


J'ai vraiment comme l'impression que vous êtes de mauvaise foi et que vous êtes entrain de jouer sur les mots.Que vous me disiez que le pape a fait une erreur en déclarant cette décision
infaillible je veux bien mais dire qu'il ne s'agit pas d'une décision infaillible et qu'on peut débatre c'est archi faux puis que c'est justement pour cette raison que le saint Père a écrit sa
lettre . Je voudrais vous citer deux lettres du cardinal Raztinger préfet de la congregation de la doctrine de la foi a écrit  pour éclaircir au mieux ce que le pape a voulu dire dans cette
lettre. 


Responsum ad Dubium du 28 octobre 1995


“Cette doctrine exige un assentiment définitif parce qu’elle est fondée sur la Parole de Dieu écrite,
qu’elle a été constamment conservée et mise en pratique dans la Tradition de l’Église depuis l’origine et qu’elle a été proposée infailliblement par le Magistère ordinaire et
universel(cf. Const. Lumen Gentium, 25). C’est pourquoi, dans les circonstances actuelles, le Souverain Pontife, exerçant son
ministère de confirmer ses frères (cf. Luc 22, 32) a exprimé cette même doctrine par une déclaration formelle, affirmant explicitement ce doit toujours être tenu, partout et par tous les fidèles,
en tant que cela appartient au dépôt de la foi.”


 


Lettre du Cardinal Ratzinger, October 28, 1995.


“Il s’agit d’un assentiment plénier et définitif, c’est-à-dire irrévocable, à une doctrine proposée de
manière infaillible par l’Église. En effet, comme l’explique la Réponse, ce caractère définitif découle de la vérité de la doctrine elle-même, parce que, fondée sur la Parole de Dieu écrite et
constamment tenue et appliquée dans la Tradition de l’Église, elle a été proposée infailliblement par le Magistère ordinaire universel (cf. Const. Lumen Gentium, 25). Aussi, la Réponse précise-t-elle que cette doctrine appartient au dépôt de la foi de
l’Église. Il faut donc souligner que le caractère définitif et infaillible de cet enseignement de l’Église n’est pas né avec la
Lettre Ordinatio sacerdotalis... Dans le cas présent, un acte du Magistère pontifical ordinaire, en soi non infaillible, atteste le
caractère infaillible de l’enseignement d’une doctrine déjà en possession de l’Église.”


 on ne peut pas être plus clair que cela . 



Répondre
P


Ce n'était qu'une lettre apostolique au départ, sans un cadre véritablement infaillible, ce n'est qu'après que Jean-Paul II y mettra son infailliblité poussé par ce cher cardinal
Ratzinger. La lettre de Ratzinger dit bien que cette lettre est "en soi non infailllible."


Ce n'est qu'à l'occasion de la publication du motu proprio Ad Tuendam Fidem en 1998, qu'il est affirmé que certaines vérités sont
tranchées de manière définitive, et relèvent du domaine de l'infaillibilité du Magistère. Pas avant.


Clair non, car dans sa lettre du 28 octobre 1995, il se mélange un peu car il dit bien qu'un acte du magistère ordinaire n'est pas
infaillible et dit ensuite que cela atteste un caractère infaillible de la foi. C'est un peu fort. Si ce n'est pas infaillible, comment ça peut le devenir. Il faut avoir un peu de bon sens.


Merci !



M


Bonjour,


 Plusieurs églises anglicanes et protestantes demandent depuis plusieurs années leur rattachement à l'Eglise catholique universelle. C'est déjà fait pour un certain nombre d'entre-elles
(T.A.C. entre autres).


Pourquoi demandent-elles ce rattachement ?


Parce que ces églises, ses ministres et fidèles en ont justement assez de ces déviations (ordinations de femmes, d'hommes ou femmes homosexuels, mariage de prêtres...) !!!!! Ainsi, même des
prêtres ou évèques mariés venant de ces églises sont prêts à renoncer à leur sacerdoce !!!!!


Alors, cher paroissien progressite, votre souhait serait justement que l'Eglise "progresse" vers le mariage des prêtres, l'ordination des femmes etc..., alors que justement, c'est à cause de cela
que des chrétiens fuient leurs églises pour se rattacher à l'Eglise catholique romaine et universelle !!!!


J'ai une suggestion, cher paroissien: vous qui n'aimez pas le pape, ni l'institution ecclésiale, ni l'église en générale telle qu'elle est, qu'attendez-vous pour rejoindre une église luthérienne,
anglicanne, évangélique ou autre ? Vous y seriez certainement bien accueilli, et seriez bien plus épanoui !!!


Au cas où vous attendiez un prochain pape qui rejoigne vos points de vue, j'ai bien peur que vous soyez encore plus désillusionné... Alors, ne tardez pas ! Quittez cette Eglise réactionnaire, rétrograde, étroite d'esprit, qui ne vous apporte aucune satisfaction! C'est d'ailleurs ce qu'à proposé mon curé à une
équipe de paroissens progressistes qui cherche à ne pas perdre ses petits privilèges, et qui reste persuadée que le salut de la paroisse ne tient qu'à elle (en toute modestie).


Merci !


Mike


 



Répondre
P


Mike,


Dans la TAC, les prêtres sont mariés et non célibataires. On peut comprendre qu'il sont allés ailleurs, mais ce n'est pas l'hémorragie de l'Eglise anglicane. Ce qui posera problème, c'est l'âge,
car les prêtres anglicans seront de plus en plus vieux, cela ne vous rappelle rien.


Je n'ai pas à quitter l'Eglise, car c'est en son sein qu'on peut la changer et pas en allant voir ailleurs. D'ailleurs je n'ai que peu d'atomes crochus avec les protestants. Mais j'ai
l'impression que vous ne les connaissez pas. Je ne vous ferai pas ce plaisir, car votre message me donne encore plus envie de rester.


De quels privilèges parlez vous ? Il y a bien longtemps que c'est une vision réactionnaire qui est privilégiée. Non, on essaye de la faire changer, car le retour au passé n'est pas la bonne
solution.


Merci !



F


Je ne sais pas quelle traduction vous disposez de la lettre "ordinatio sacerdotali " mais la mienne ne laisse vraiment aucune ambigüite à l'interprétation :


"«. Bien que la doctrine sur l'ordination
sacerdotale exclusivement réservée aux hommes ait été conservée par la Tradition constante et universelle de l'Église et qu'elle soit fermement enseignée par le Magistère dans les documents les
plus récents, de nos jours, elle est toutefois considérée de différents côtés comme ouverte au débat, ou même on attribue une valeur purement disciplinaire à la position prise par l'Église de ne
pas admettre les femmes à l'ordination sacerdotale.



 C'est pourquoi, afin qu'il ne subsiste aucun doute sur une question de grande importance qui concerne la constitution divine elle-même de l'Église, je
déclare, en vertu de ma mission de confirmer mes frères (cf. Lc 22,32), que l'Église n'a en aucune manière le pouvoir de conférer
l'ordination sacerdotale à des femmes et que cette position doit être définitivement tenue par tous les fidèles de
l'Église. »"



 http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/apost_letters/documents/hf_jp-ii_apl_22051994_ordinatio-sacerdotalis_fr.html


 A moins que le P.Roy Bourgeois ne soit pas un fidèle de l'Eglise catholiqu si non il est tenu de professer comme tous les
fidèles que l'Eglise ne peut ordonner des femmes et que cette décision est définitive . Je peux comprendre que cette doctrine soit contraire à sa conscience et qu'il ne la défende pas , pour te
dire à quel point je suis tolérant je peux même comprendre qu'il la critique ouvertement et publiquement mais qu'il puisse participer à des ordinations de femmes ce n'esst plus de la critique
c'est tout simplement  de la provocation .Alors qu'on lui donne ce qu'il veut l'excommunication puisque l'Eglise ne peut pas lui donner ceux pourqoui il est rentré en revolté et en désobéissance et qu'il est
convaincu d'avoir raison au point de passer sa critique en acte . 


"Si un prêtre se trouve en opposition avec
l’Église au sujet d’un dogme, il a le droit et même le devoir de se demander si une conscience plus étendue, plus compétente que la sienne propre, ne voit pas les choses de manière plus valable.
Et, au stade ultime, tout chrétien a le devoir de penser que le Christ qui a une compétence éminente, mérite d’être cru même en ce qui apparaît comme inacceptable à notre jugement
individuel.


Nos vues personnelles sont souvent très courtes et il est bon que notre vie puisse être conduite à partir de vues plus
hautes concernant le bien de l’Église"  cardinal Daniélou


  Le P. Bourgeois ne se demande même plus si ses vues personnelles sont courtes ou plus longue que ceux de l’Eglise , il est convaincu d’avoir raison et il
veut l’imposer à l’Eglise en le mettant devant le fait accompli .La seule solution qu'il laisse à l'Eglise en agissant ainsi c'est l'excommunication .



Répondre
P


Fred,


Si vous pour vous être dans l'Eglise, c'est obéir aveuglément aux décisions du pape, ce n'est pas du christianisme, mais de l'absolutisme ou une dictature.


Dans votre traduction: "n'a en aucune manière" ne veut pas dire qu'elle ne le peut pas mais qu'elle ne le veut pas. Donc on peut débattre du sujet.


Le "doit être" signifie une obligation particulière imposée par la morale, la loi, un règlement, les conventions sociales. C'est souvent imposé et non demandé à personnes concernées ici,
les fidèles.


On ne peut pas aller contre sa conscience, ou alors non ne vaudrons pas mieux que les docteurs de la loi que Jésus combattait.


Merci !



F


Pour qui il se prend ce prêtre , il se croit où ? Croit-il que
l'Eglise catholique est comme ces Eglise luthérienne ou anglicane où chaque pasteur fait ce qu'il veut. Qu'est-ce qu'il espère vraiment ?  Que le pape change la décision infaillible  de
son prédécesseur ou  qu'il change le droit canon ?  J'espère que son évêque aura le courage de le suspendre et mieux de l'excommunier. J’en ai marre de ces prêtres qui prend l’Eglise
comme leur épicerie  


 


 



Répondre
P


Fred,


C'est ainsi que vous montrez votre tolérance à ceux qui ne pensent pas comme vous. Ici le christianisme ne vous étouffe pas. Ce prêtre a le courage de ces convictions, se renier serait comme
renier l'Eglise. Le pape est un homme et ses avis ne sont pas infaillibles, ce sont ceux d'un homme et rien d'autre.


Ordinatio Sacerdotalis était une lettre apostolique de Jean-paul II en 1994 et disait cela : 


l'Église estime ne pas avoir autorité pour conférer le sacerdoce aux femmes; cela doit être considéré ainsi définitivement par tous les fidèles.


Estimer veut dire émettre une opinion pas trancher un sujet. Considérer veut dire ici tenir compte, prendre en considération. Donc, ce n'est pas encore le moment de se poser la question, on verra
ensuite.


En tant que lettre apostolique, Ordinatio Sacerdotalis est a priori un acte du magistère ordinaire du pape, définissant un point particulier de doctrine ou
discipline de l’Eglise. Cela lui donne un statut doctrinal important même si de moindre ampleur (adressé aux évêques uniquement) que ne le ferait une encyclique.


Il n'a pas définit ce texte comme «parle ex cathedra» ( c'est-à-dire dans l'accomplissement de sa fonction comme pasteur et enseignant de tous les chrétiens, et en vertu de son autorité
apostolique suprême….).


Ce n'est que le Motu Proprio "Ad tuendam fidem" qui a été signé par le pape
Jean-Paul II  en date du 18 mai 1998, et rendu public le 30 juin 1998 qui a définit cette chose infaillible, mais c'est surtout Ratzinger et sa note de 12
pages qui l'a fait. Car ce Motu proprio n'en donnait pas les contours.


Merci !