Divorcés remariés : le théologien Eberhard Schockenhoff demande à repenser la pastorale

Publié le 26 Novembre 2012

Le théologien de morale de Fribourg, Eberhard Schockenhoff plaide pour une approche différente de l'Église catholique avec les divorcés remariés. Sous certaines conditions, les individus devraient être autorisés à recevoir la communion, selon ce qu'a déclaré Schockenhoff le samedi 24 novembre à Bonn dans le cadre de l'assemblée générale du Comité central des catholiques allemands (ZDK). Le théologien a rappelé, entre autres, les déclarations du cardinal Joseph Ratzinger, devenu depuis Benoît XVI, et de Mgr Ludwig Müller, le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Selon lesquelles on devrait savoir si les seconds mariages qui sont canoniquement inadmissible, mais qui remplissent encore toutes les conditions de mariage qui remettent ces fidèles dans l'Église, pourrait être tolérée.

 

Schockenhoff se demande "Si ce n'est pas seulement un problème pastoral, dans lequel l'Église n'a pas encore trouvé de réponse satisfaisante". Ce dernier précise que "Lorsque vous traitez des divorcés et des remariés, il faudrait également voir le problème avec une loupe, pour résoudre de nombreux problèmes théologiques fondamentaux qui sont visibles, ayant trait à l'auto-compréhension de toute l'Église". Même le message de Jésus sur le divorce ne se réduit pas uniquement à l'indissolubilité du mariage, nous dit le théologien. Avec son approche Jésus avait aussi ramené délibérément les gens à la lisière de la Société religieuse de son temps. Cette «durée intérieure de Jésus», nous devons nous appliquer à la respecter.

 

Schockenhoff s'exprima ainsi à l'assemblée générale du Comité central des catholiques allemands (ZDK). La plus haute instance du laïcat catholique en Allemagne adopta un appel après un avis sur une autre approche pour les divorcés remariés. "L'appréciation du mariage indissoluble passera aux fidèles dans la société en général, lorsque l'Église en même temps que l'amour incassable de Dieu se trouvera également dans un moment tragique, encline à blâmer l'échec de leurs actions servant à éprouver les vivants."


Dans l'Église catholique, les divorcés remariés sont exclus de la réception des sacrements, tant que leur premier partenaire est encore en vie parce qu'ils en «contradiction objective» avec l'indissolubilité du mariage. Le ZDK reconnaît expressément qu'"à différents niveaux des efforts ont été entrepris" pour faire avancer le débat dans l'église. À la mi-octobre, le président de la Conférence épiscopale allemande, l'archevêque Robert Zollitsch, réaffirma que les évêques continuent de s'efforcer à trouver des solutions pastorales pour les divorcés remariés.

 

Une Église plus ouverte et plus humaine envers les divorcés remariés serait plus que souhaitable, alors espérons que cette proposition allemande puisse enfin montrer la voie à l'Église toute entière.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article