Grève générale au Portugal

Publié le 23 Mars 2012

Le Portugal au ralenti ce jeudi, première grève générale de l’année pour protester contre la politique d’austérité du gouvernement. C'est la première grève générale depuis le début de l'année.

 

Un mouvement à l’appel du plus important syndicat au Portugal la CGTP. La CGTP, le plus important syndicat du Portugal, cherche par ce mouvement social à arrêter l'activité du pays. L'adhésion était "un peu plus faible" que lors des derniers mouvements de grève.

 

La grève touche principalement les transports dans les principales villes du pays. Des manifestations sont prévues dans la journée. “Occupez les rues, bloquez tout”, c’est l’un des slogans adopté par les grévistes. “Cette grève est liée aux mesures de la troïka, comme la suppression de deux salaires par an, les 13ème et 14ème mois, explique une manifestante. Les fonctionnaires comme les salariés des transports publics ont souffert de ces suppressions.” Le défilé des syndicats s'est dirigé dans le calme vers le parlement portugais, où il devait être rejoint par les mouvements de jeunes “indignés”.

 

A l'appel de la centrale syndicale CGTP, des salariés de divers secteurs se sont mis en grève jeudi au Portugal pour protester contre la politique d'austérité du gouvernement, ce qui a fortement perturbé la circulation des transports publics à Lisbonne, provoqué la fermeture de ports et la paralysie du trafic ferroviaire.

 

La CGTP s’est lancée seule dans la bataille. Contrairement à son allié traditionnel l’UGT, la centrale n’accepte pas les réformes visant à assouplir le marché du travail, des réformes facilitant les procédures de licenciement et réduisant les indemnités des salariés. Alliée de l'opposition socialiste, l'UGT craint que le Portugal ne connaisse le sort de la Grèce sans politique d'austérité. Cette réforme annoncée par le gouvernement du Premier ministre Pedro Passos Coelho sera la semaine prochaine au parlement, où la coalition de droite dispose d'une confortable majorité.

 

Outre les transports, les écoles, les hôpitaux, les tribunaux, les musées, ou encore le ramassage des ordures ménagères furent perturbés.

 

La CGTP a eu raison même seule de s’opposer à cette reforme qui n’en a que le nom qui est un recul net dans le domaine social depuis l'instauration de la démocratie au Portugal en 1974. Voilà pour faire plaisir aux marchés, des gouvernements ont oubliés de servir d’abord le peuple plutôt que les marchés financier et cela est injuste.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gaetan ribault 28/03/2012 18:09


je ne discuterai plus avec vous car AMHA vous êtes dans votre bulle de progessiste et ne voyez pas le monde tel qu'il evolue vraiment, mais tel que vous souhaiteriez qu'il évolue.


Pour un gars du Nord vous manquez de réalisme


YiX


GAME OVER

paroissiens-progressistes 29/03/2012 21:26



Si le monde tel qu'il évolue est de mettre des populations dans la misère, ce monde là je n'en veux pas et je me battrai pour le changer même si je suis le seul. Vous aussi vous manquez de
réalisme, car si c'est soutenir l'égoïsme roi, alors je serai indigne d'être chrétien. Le Nord a toujours été une région de mouvements sociaux, s'intéressant aux gens dans la misère, et je suis
fier d'être de cette région.


Merci !



gaetan ribault 28/03/2012 12:35


 


Défaire n'est pas faire .


Que l'Eglise ait besoin de réformes may be mais comme pour les médecins                        " d'abord ne pas nuire"

paroissiens-progressistes 28/03/2012 13:52


Les réformes ne nuisent qu'à ceux qui n'en veulent pas, elles n'ont jamais nuit à l'Eglise, car elle s'est continuellement réformée depuis qu'elle existe, à trop esquiver on ne fait pas forcément
du bien à une institution trop monolithique. Merci !


gaetan ribault 27/03/2012 17:28


Mon exemple n'est pas hasardeux , puisque besé sur un fait réel qui s'est terminé par le suicide de l'emprunteur qui s'etait servi de cet argent pour jouer (et perdre ) au Casino de Deauville.


Mais je vois que comme tout bon "progressiste" vous prenez toute image au 1er degré , vous auriez fait jadis à Constantinople un pargait iconoclaste

paroissiens-progressistes 27/03/2012 18:01



Au moins si j'étais un iconoclaste, j'aurai fait quelque chose plutôt que dire l'Eglise n'a pas besoin de réforme, c'est-à-dire ne rien faire. Et je trouve toujours cet exemple hasardeux, car ce
n'est pas les populations qui ont empruntés mais leurs gouvernements et leurs hommes politiques auxquels les banques avaient appris à tricher. Ceux qui vont payer sont les pauvres et les classes
moyennes à la place de ceux qui ont volés le pays. Voilà ce qui est injuste.


Merci !



gaetan ribault 27/03/2012 07:56


Dans votre réponse , il me semble que vous confondez deux choses: l'aspect moral de l'utilisation des sommes empruntées et l'emprunt lui-même.


Si vous utilisez le prêt d ela banque pour votre habitation à vous acheter une voiture de sport , il me semble que vous aurez des ennuis au moment du remboursement Mais n'accusez pas le banquier,
battez votre coulpe.

paroissiens-progressistes 27/03/2012 13:24



Le banquier doit vous permettre de  garder votre argent, pas de vous inciter à faire des placements hasardeux. Votre exemple est également très hasardeux, connaissez vous les pays que vous
critiquez ou bien vous vous faitez l'avis de la masse. Là aussi vous devez battre votre coulpe.


Merci !


 



gaetan ribault 23/03/2012 15:34


Il me semble que ces marchés financiers , les gouvernements étaient bien contents (y compris celui de la France) de les trouver pour emprunter afin de couvrir des dépenses somptuaires ou pas.


Ces marchés souhaitent être surs d'être remboursés un jour tant d eleur créance que des interets dûs .


Ce ne sont pas eux qui ont fait des dettes , mais bien les pays souvent pour acheter la paix sociale,Vous chantiez , j'en suis fort aise et bien  dansez  maintenant!

paroissiens-progressistes 23/03/2012 23:12



Non, la réalité c'est que c'est une minorité qui s'est enrichie sur le dos des travailleurs. Il faut dire que le système repose sur la hiérarchie, le clientélisme et le piston. Les relations
incestueuses entre la classe politique et la classe financière sont de plus en plus évidentes depuis la “crise mondiale” de 2008. Il devenait de toute façon impossible de les cacher. Les
habitants n'ont pas à payer pour les autres, ceux qui ont enfoncés le pays dans la crise. 


La crise aurait pu être finie si le portugal avait fait comme l'Argentine, c'est-à-dire refuser l'aide internationale et l'UE aurait du dévaluer l'€uro pour que ce pays s'en sorte. Pourquoi ça
marche mieux aux Etats-Unis, car leur monnaie est plus basse que l'€uro et qu'ils ont une politique de croissance plutôt que d'austérité.


Ces marchés financiers sont des truands qu'aucune loi ne limite, tant qu'on ne les mettra pas au pas, on verra des crises à répétitions, ce ne sont pas à eux de faire la loi, mais aux Etats. Pour
les crises grecques, portugaises et espagnoles, ce sont ces mêmes marchés qui ont gagnés de l'argent sur la faillite des Etats, car un Etat faible ne peut refuser le diktat des marchés et la
casse sociale.


Merci !