Mgr Fellay attendu le 14 septembre au Vatican pour des discussions doctrinales

Publié le 25 Août 2011

Le supérieur de la Fraternité catholique intégriste Saint-Pie X, Mgr Bernard Fellay, se rendra le 14 septembre au Vatican pour rencontrer le cardinal William Levada, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF). La tenue de cette rencontre a été confirmée le 23 août tel que le rapporte l'agence d'informations religieuses I-média. Il sera accompagné de ses deux assistants, les abbés Niklaus Pfluger et Alain-Marc Nely.

 

Mgr Bernard Fellay avait annoncé dès le mois de juin qu'il avait été invité à rencontrer le cardinal William Levada, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), le poste qu'occupait auparavant Joseph Ratzinger avant d'être élu pape.

 

Cette rencontre aura pour but d'évaluer la portée des discussions à huis clos entamées en octobre 2009 au siège de la CDF. Ces discussions portent sur l'interprétation du concile Vatican II (1962-1965) mais aussi, entre autres, sur le concept de tradition, le Missel de Paul VI, sur l'unité de l'Eglise, l'oecuménisme ou le rapport entre le christianisme et les religions non chrétiennes, affirme I-média. Il est indéniable que les lefebvristes ne lâcheront rien sur ces sujets et j’en suis persuadé.

 

Benoît XVI s'est montré soucieux de mettre fin à ce schisme. Le Vatican a publié ainsi en mai une instruction visant à faciliter la célébration de la messe en latin d'avant Vatican II, chère aux lefebvristes, à la condition que l'autorité du pape ne soit pas contestée.

 

Vatican Insider rapporte que le Vatican devrait soumettre à Mgr Fellay des protocoles d’accord sur l’interprétation du concile Vatican II selon l’herméneutique de la continuité, un point sur lequel Benoît XVI a insisté dès le début de son pontificat. Le concile Vatican II est le seul concile qui est vraiment novateur avec celui de Jérusalem et ne semble pas épouser la continuité voulue par Benoit XVI.

 

Mais début juillet 2011, le Vatican avait dû réaffirmer l'illégitimité de nouveaux prêtres de la Fraternité, ordonnés sans l'accord de Rome. Le 18 juin, alors qu’il célébrait l’ordination de plusieurs nouveaux prêtres au séminaire de Winona (Etats-Unis), Mgr Fellay, avait tenu des propos très durs contre une Eglise "pleine d’hérésies". Il avait fustigé la béatification de Jean Paul II, et critiqué la rencontre interreligieuse d’Assise (Italie), organisée en octobre 2011, 25 ans après la première rencontre convoquée par Jean Paul II. Nous voyons bien ici qu’aucun accord n’est possible.

 

Dans le cas où les difficultés doctrinales seraient surmontées, Rome pourrait proposer à la fraternité sacerdotale Saint-Pie-X l’institution d’un ordinariat semblable à celui créé à l’intention des anglicans désirant rentrer en communion avec Rome. De cette manière, la fraternité dépendrait du Saint-Siège, et plus particulièrement de la commission Ecclesia Dei, et pourrait conserver ses caractéristiques propres sans devoir en répondre devant les évêques diocésains.

 

Si le Vatican leur donne cela, alors les lefebvristes auront une arme contre le concile Vatican II et beaucoup de fidèles pourront craindre la suite des événements. Car je peux dire que les lefebvristes demandent la tolérance qu’ils ne donnent pas aux autres. Espérons que la hiérarchie va se réveiller.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article